• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 29 novembre

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 20h45

ST vs Grenoble : 29 novembre 2014

Belle affaire pour le Stade

Samedi 9 février 2008
Belle affaire pour le Stade
A Montauban - Stade Toulousain bat Montauban 16 à 12 (mi-temps : 8-6)
Temps beau et frais; bonne pelouse; arbitrage de M. Mené (Provence).
Pour Montauban : 3 pénalités de Fortassin (16, 35, 65); 1 drop de Fortassin (49).
Pour le Stade Toulousain : 2 essais de Poitrenaud (2), Médard (56); 2 pénalités de Courrent (24, 68);.
Montauban : Fortassin; Audrin, Avramovic, Jahouer, Cassin;(o) Fauqué, (m) Garcia; Diarra, Raynaud, Caballero; Murry, Ghezal; Lemoine, Traversa, Henn.
Stade Toulousain : Poitrenaud; Médard, Kunavore (puis Mermoz, 56), Jauzion, Donguy (puis Du Toit, 66); (o) Courrent, (m) Kelleher; Maka (puis Nyanga, 57), Sowerby, Bouilhou (cap); Millo (puis Lamboley, 72), Pelous; Hasan, Basualdo, Human (puis Montès, 66).

Pour son deuxième match disputé concomitamment au Tournoi des VI Nations, le Stade n'a pas baissé de rythme et a ramené une victoire de Sapiac pour le compte de la neuvième journée. Privés de nombreux joueurs, qu'ils soient sélectionés ou blessés, les hommes de Novès ont su trouver les ressources pour s'imposer en terre montalbanaise, ce qui, compte-tenu du contexte, s'apparente à un petit exploit. Les Rouge et Noir recevront la semaine prochaine le renfort des internationaux pour la réception de Perpignan, qui a ce week-end fait tomber Clermont à Aimé-Giral.
Sur le banc la semaine passée contre Montpellier, Courrent était cette fois associé à Kelleher pour former la charnière. Jauzion, incertain jusqu'au coup d'envoi, était finalement  titulaire alors qu'en troisième ligne, Sowerby débutait, entouré de Maka et Bouilhou.

 

Poitrenaud frappe d'entrée

 
Agressif dès le coup d'envoi, le Stade réalisait un bon début de match, illustré par un coup de pied à suivre intelligent de Kunavore qui oibligeait Fortassin à sortir avec le ballon, sous la pression conjuguée de Médard et Poitrenaud. Sur la touche consécutive, le jeu se déployait rapidement au large et Kunavore, encore lui, servait Poitrenaud dans le bon tempo pour le premier essai de la rencontre. On jouait depuis deux minutes. Bien dans le match, les Toulousains multipliaient les passes et les relances, y compris depuis leurs 22 mètres.
On assistait ainsi rapidement à la deuxième occasion d'essai, initiée par une charge de Jauzion, qui réalisait une bien belle passe après contact à destination de Pelous. Ce dernier prenait le trou et amorçait une contre-attaque, stoppée par une interception in-extremis de la part d'un Montalbanais alors que le jeu était déployé au large. Dans le cas contraire, Poitrenaud, à qui le ballon était destiné, serait sans doute allé à l'essai....
Mais comme cela était prévisible, Montauban n'allait pas tarder à réagir. Les locaux campaient ainsi de longues minutes dans les dix mètres toulousains et multipliaient les charges. Sans parvenir à l'en-but, grâce à une défense bien en place et bien décidée à ne pas lâcher une once de terrain. Le ballon était finalement récupéré sur un ruck, mais cette longue séquence illustrait que malgré un bon départ, la rencontre s'annonçait comme prvu compliquée. Fortassin, après le quart d'heure de jeu, passait une pénalité et réduisait le score, ce qui était mérité compte-tenu du temps fort qu'avait connu son équipe.
Le jeu allait s'équilibrer par la suite. Toulouse occupait globalement bien le terrain, grâce au jeu au pied efficace de Courrent. A la 24ème, Médard perçait après une croisée avec Poitrenaud. Repris à dix mètres, il donnait à Bouilhou, dont la charge ne pouvait pas aller à dame. Mais sur la séquence, Diarra se mettait à la faute et Courrent exploitait l'aubaine (8-3, 24ème).
Cantonné le plus souvent au milieu du terrain, le jeu n'occasionnait pas d'occasion d'essai digne de ce nom par la suite. Les coéquipiers de Byron Kelleher dominaient plutôt en terme de possession, mais quelques approximations les empêchaient de faire fructifier leur maigre ascendant. Au contraire, sur une pénalité concédée sur une mêlée, Fortassin passait une deuxième pénalité et ramenait sa formation à deux points (6-8, 36ème).
C'est sur ce score que les deux équipes regagnaient les vestiaires et bien malin qui pouvait prédire, à l'issue de ces quarante premières minutes, quelle serait l'issue de la rencontre.

Médard double la mise

 
La physionomie à la reprise ne changeait pas radicalement : la partie, toujours aussi intense, était assez équilibrée. Le Stade connaissait néanmoins une petite alerte à la suite d'une chandelle adverse mal réceptionnée par Sowerby, mais Courrent dégageait en catastrophe. Puis, dans la continuité ou presque, c'était Cassin qui manquait d'un rien de convertir en essai une belle passe au pied de Fortassin. Le même Fortassin, moins de deux minutes plus tard, passait un drop et Montauban, pour la première fois, menait au score.
Les Rouge et Noir tentaient évidemment de réagir, mais éprouvaient dans un premier temps des difficultés à prendre de vitesse une défense montalbanaise bien en place. A la 58ème minute, pourtant, Kelleher récupérait un ballon sur mêlée adverse et donnait à Médard, qui, à un contre deux, réalisait un cadrage-débordement d'école pour marquer en coin. Toulouse reprenait les devants, et alors que rien n'était acquis, loin de là, quant à l'issue finale de la partie, on ne pouvait s'empêcher de remarquer que le point de bonus offensif n'était plus très loin.
Courrent, à l'heure de jeu, voyait son drop passer de peu à côté et ne concrétisait pas une séquence intéressante de la part des siens. Alors que le score était toujours aussi serré, on ne pouvait que le regretter, mais Toulouse, depuis son deuxième essai, mettait la main sur le ballon et passait le plus clair de son temps dans les quarante mètres adverses. C'était évidemment la meilleure des garanties contre un retour de Montauban, mais un gros quart d'heure restait à jouer.
Il était de toute façon bien trop tôt pour souffler. Fortassin, à la 64ème, passait une pénalité suite à un plaquage-cathédrale de Maxime Mermoz. Les Vert et Noir revenaient à un point. Alors que Donguy, touché à la cheville, devait céder sa place à Du Toit, le Stade obtenait dans la foulée une pénalité après avoir gagné une bonne dizaine de mètres sur un groupé-pénétrant. Courrent la réussissait, et le Stade reprenait (un peu) d'air, et cela faillit être confirmé à la 72ème minute, quand Arganèse commettait une faute au sol suite à une charge de Poitrenaud. Courrent voyait son coup de pied passer d'un rien à côté, et son équipe restait sous la menace.
Le score n'allait plus évoluer, dans des dernières minutes plutôt maîtrisées côté stadiste. La dernière offensive montalbanaise était annihilée par un sauvetage de Médard : le Stade tenait une victoire importante, là où Paris, Castres et Brive avaient échoué, et pouvait penser sereinement à la venue de Perpignan, samedi à Ernest Wallon.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15