• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 03 mai

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 14h40

Clerc veut rattraper le temps perdu

Mardi 7 avril 2009
Clerc veut rattraper le temps perdu

 

L'équipe de Cardiff

« C’est certain qu’il doit s’agir d’une revanche pour les Cardiff Blues. Ils sont bien plus compétitifs cette saison et demeurent invaincus en phases de poule de H Cup et se retrouvent en finale de l’EDF Energy Cup.   Nous allons les affronter sur leur terrain, même si nous connaissons bien nous aussi le Millennium Stadium.
Nous allons entamer notre analyse vidéo des Cardiff Blues cette semaine, car jusqu’ici nous étions monopolisés par le retour en Top 14 et notamment notre tout dernier match  à Brive.  De ce que nous avons pu voir en phases de poule, c’est une équipe très puissante, notamment au niveau des centres et leur numéro 8 Andy Powell, très perforant.
Ce sont des joueurs qui cherchent à jouer dans les intervalles et à passer les bras. À l’image de l’équipe du Pays de Galles.
Ils aiment les duels, leur grande force c’est de pouvoir jouer debout et faire de bonnes passes avant de tomber. Il faudra être fort en défense pour les contrer à ce niveau-là. Et nous devrons faire en sorte de récupérer le ballon le plus possible pour leur éviter de dominer en conquête. »

Un effectif pléthorique ?

« Même si nous bénéficions d’une grande profondeur de banc, il semble toujours nous manquer des 9 et des 10. C’est frustrant parce que pour être capable d’être compétitif à la fois au niveau national et européen, il vous faut cette amplitude de ressources.
C’est le minimum requis : il n’y a donc vraiment rien de trop dans notre effectif et faire tourner les joueurs sans que cela change le niveau de l’équipe est important pour pouvoir jouer sur plusieurs fronts.

La concurrence entre les joueurs d’âge différent est toujours une bonne chose. Lorsque j’étais plus jeune, j’étais en concurrence avec des joueurs plus expérimentés et maintenant que je suis entre deux âges, il y a des plus jeunes qui arrivent, mais cela a toujours existé et cela motive plus qu’autre chose. Ça oblige à travailler plus et à s’améliorer sans cesse et ne jamais se satisfaire de ses acquis.
C’est une concurrence très positive, qui permet à tous de se remettre en question et de travailler ensemble quel que soit l’âge et l’expérience, cela n’a rien d’inquiétant car chacun a sa chance. Ça tire le groupe vers le haut et c’est très sain finalement. »

Le Stade et la H Cup

« A Toulouse, il y a toujours cette passion pour les grands rendez-vous européens. Chaque année, nous entrons dans la H Cup dans le but de la gagner et pas simplement pour jouer. L’engouement est toujours le même pour cette compétition, que ce soit de la part des joueurs ou des entraîneurs.
Nous ne nous lassons jamais et cette motivation est vraiment inscrite dans la culture du club. Il y a toujours eu cette volonté de bien faire, aussi bien pour nous que pour la ville de Toulouse.
Il y a eu des saisons meilleures que d’autres et il nous est même arrivé de ne pas nous qualifier, mais ce n’était pas par manque d’envie. Nous savons le plaisir que cela représente d’aller en phase finale pour s’en priver. Alors chaque année, nous avons cette même envie de revivre ses sensations. »

La référence du Stade français

« En battant le Stade Français, notre contrat était pour ainsi dire rempli parce qu’il s’agissait de notre premier gros match après les Six Nations . Cela faisait six semaines que tous les joueurs étaient éparpillés à droite et à gauche, et il était important pour nous de gagner.
C’était un match clé qui nous a permis de tous nous reconnecter en vue de nous préparer pour l’objectif prioritaire d’affronter Cardiff en quart de finale. Et à ce titre, jouer contre Paris était ce qui se rapproche le plus d’un match de Coupe d’Europe avec l’intensité qui va avec, donc c’était l’idéal pour se remettre dans le bain.

C’était d’autant plus satisfaisant de gagner car nous n’avions pas aligné une équipe habituelle vu qu’il nous manquait encore certains joueurs blessés et nous avons dû improviser un peu, par exemple en mettant Yannick Jauzion à l’ouverture. C’était rassurant de voir que même en situation de difficulté, nous avons bien réagi. C’est un bon test au cas où nous aurions d’autres blessés pour les quarts de finale. »

L'impact Kelleher

« Le fait que Byron ait été élu meilleur joueur du Top 14 la saison passée en dit long. Il a apporté son professionnalisme néo-zélandais dans l’équipe car ils ont une façon différente d’aborder les matchs et de travailler.  C’est un vrai compétiteur lui aussi et je crois qu’il a apporté cette puissance et cette fougue supplémentaires à notre groupe.
Sur chaque match, jamais il ne baisse en intensité et il sert un peu d’exemple car quelque soit l’importance du match, il va s’investir de la même façon et quand on le voit réaliser de telles performances aussi régulièrement, il entraîne le groupe avec lui vers l’avant. »

Le retour de blessure

« Je reviens avec l’appétit d’un tout jeune joueur. J’ai tellement hâte de goûter de nouveau à ses sensations de phases finales. L’an dernier ,j’ai dû voir la finale en tribune de commentateurs car j’étais en arrêt longue durée à cause de mon genou.  J’ai vraiment envie de jouer ce quart de finale contre Cardiff, et c’est l’avantage d’avoir été blessé si j’ose dire, car j’ai pu constater à quel point ça me manquait de jouer.

À force de jouer sans interruption des matchs de haut niveau et quand il y a cette espèce de continuité qui s’installe, on ne prend plus le temps d’apprécier à sa juste valeur ce que l’on vit. Quand tout à coup on se retrouve privé de phases finales ou de matchs de haut niveau pendant plusieurs mois , on se rend compte à quel point on a hâte de recommencer à jouer. »
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15