• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Compte rendu

Match Bayonne / Stade Toulousain

A Bayonne (Jean Dauger) - Bayonne bat Stade Toulousain 21 à 13 (mi-temps : 8-13 )
Temps pluvieux ; pelouse grasse ; Arbitrage de M. Clouté (Béarrn).
Pour Bayonne : 2 essais de O'Connor (16), Rokocoko (65) ; 4 pénalités de Bustos (5, 47) et Brett (68, 80) ; 1 transformation de Brett (65).
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Picamoles (36) ; 1 pénalité de Beauxis (18) ; 1 transformation de  Beauxis (36); 1 drop de Beauxis (2). 
Bayonne : Spedding ; Bustos, Rokocoko, Lovobalavu, O'Connor ; (o) Fernandez, (m) Bélie ; Haare, Ollivon, Chisholm ; Fa'aoso, Senekal ; Tialata, Roumieu, Iguiniz.
Stade ToulousainPoitrenaud (puis Huget, 59); Médard, David, Fickou, Gear ; (o) Beauxis , (m) Doussain (pus Vermaak, 60) ; Dusautoir (puis Camara, 75), Picamoles (puis Tekori, 57), Nyanga ; Albacete (puis Millo, 52), Maestri ; Montès (puis Guillamon, 65, puis Montès, 72) , Ralepelle (puis Tolofua, 52), Steenkamp (puis Ferreira, 52).
Carton jaune : Albacete (5)

Le Stade a malheureusement terminé l'année 2013 sur une nouvelle défaite en déplacement, lors de la 15ème journée du Top 14. Un revers d'autant plus rageant que les hommes de Novès restaient sur une probante victoire à l'extérieur, au Connacht en Coupe d'Europe. En ce qui concerne le championnat, le compteur reste toujours bloqué à zéro, et la réception de Clermont, dimanche à Ernest Wallon, n'en revêt que plus d'importance. 

 

Picamoles en force
 

La partie ne pouvait pas mieux débuter pour le Stade : mis sous pression, Bustos, dans ses 22, trouvait une toute petite touche. Sur la possession suivante, Beauxis, bien servi par Doussain, claquait un drop impeccable. 
Mais cet avantage allait être de courte durée : victime d'un plaquage haut de Albacete, O'Connor bénéficiait d'une pénalité logique, réussie par Bustos, un ancien de la maison montpelliéraine. Les deux équipes étaient de nouveau à égalité, mais le coupable toulousain, Albacete en l'occurrence, écopait d'un carton jaune et laissait donc ses coéquipiers à quatorze durant dix minutes. 

Dans la foulée, et après un ballon perdu en touche, le talonneur Roumieu était l'auteur d'une charge impressionnante et Steenkamp, en position de plaqueur-plaqué, était à son tour sanctionné. Bustos, de 51 mètres, voyait son coup de pied passer de peu à droite. 
Après ces quelques minutes pour le moins délicates, les Toulousains parvenaient enfin à poser leur jeu et à mettre la main sur le ballon. Mais à l'issue d'une séquence à multiples temps de jeu, Maestri, auteur d'une obstruction, rendait le ballon aux Bayonnais

En face, ces derniers allaient se rendre plus réalistes, et à l'issue d'une action où s'illustraient notamment Rokocoko et Spedding, O'Connor marquait en coin un très joli essai. Les locaux menaient désormais 8-3 (16ème).
Heureusement, les Stadistes ne se laissaient pas abattre par cette succession de vents contraires. Aidés par la rentrée en jeu d'Albacete, ils obtenaient une pénalité, réussie par Beauxis. Toulouse recollait à deux points.

Grâce à une mêlée efficace, les joueurs de la ville rose bénéficiaient conséutivement d'un coup franc et d'une pénalité. Celle-ci était tentée par Beauxis en position lointaine, mais le ballon passait assez nettement à côté. 
Trop souvent rythmée par les coups de sifflet de M. Clouté, la partie peinait à s'emballer. Côté bayonnais, une belle opportunité, avec une touche à cinq mètres, était annihilée par un contre de Nyanga fort opportun. C'était à peu près tout ce qu'il y avait à signaler...

Les minutes passaient, et la rencontre se résumait pour l'essentiel à un combat d'avants. Et dans ce secteur, les Rouge et Noir se montraient à la hauteur... Et à la 35ème, juste après que Médard a été repris à trois mètres, un maul se structurait et Picamoles, tout en puissance, marquait le premier essai toulousain. Le Stade reprenait l'avantage (13-8).
Après des ratés au pied de Bustos et Beauxis, on en restait là pour ce premier acte. L'investissement des Toulousains était récompensé par cet avantage, qui était bien entendu loin d'être définitif.
 

Le gâchis bayonnais continue
 

Si le Stade mettait la main sur le ballon dans les premiers instants, l'Aviron obtenait une pénalité sur sa première possession, après une belle percée de Spedding. Bustos, décalé sur la gauche, ne se montrait pas plus en réussite que lors de la premire période... Heureusement, car avec déjà huit pénalités concédées depuis le coup d'envoi, et si on ne jugera pas la véracité de chacune d'entre elles, Toulouse se montrait trop indiscipliné.

La suite allait le confirmer, car après un bel effort de sa première ligne, le club basque manquait une nouvelle occasion de réduire  le score, via la botte de Bustos, sur un coup de pied face aux barres qui paraissait largement dans ses cordes. 
Le Stade s'en sortait très bien, mais restait sous pression depuis quelques minutes. Beauxis, pressé par une montée rapide, dévissait son dégagement dans ses 22 et dans la foulée, c'était au tour de Bélie, sur un drop, de ne pas régler la mire.

La prochaine opportunité était pourtant stadiste, avec un ballon égaré par Bayonne et Beauxis, après avoir tapé au pied, était à deux doigts de devancer Spedding dans l'en-but. Ce n'était pas vraiment une action d'école, mais en cas de succès, cela aurait été une belle option sur la victoire finale. 
L'issue de la partie restait en tout cas incertaine. une fois encore, c'est O'Connor qui apportait le danger, pour une action à l'issue de laquelle son équipe les Ciel et Blanc tapaient une énième pénalité (hors-jeu de Ferreira). Cette fois, Brett, entré en jeu à la place de Bustos, n'était pas plus en réussite, malgré une position plus que jouable.

Toutes ces occasions laissées en route par les joueurs du tandem Lanta-Deylaud laissaient Toulouse devant, même s'il ne fallait pas continuer dans cette voie. Cela faisiat de longues minutes que les Rouge et Noir n'avaient pas dépassé la ligne médiane ballon en mains. Et à force de subir, les fautes se multipliaient...
A l'heure de jeu, la défense stadiste subissait la puissance de plusieurs mauls adverses, mais faisait bonne garde. 
Mais le verrou finissait par craquer, quand Rokocoko, à la réception d'un coup de pied de Brett, mettait les deux équipes à égalité, avant que le même Brett ne donne l'avantage aux siens via la transformation. 

Il restait un quart d'heure pour inverser la tendance, mais on ne pouvais pas dire que Bayonne avait volé son avantage. Un en-avant de Médard, sur un ballon anodin,  trahissait la fébrilité ambiante. Une double peine car sur la mêlée consécutive, le pack visiteur était sanctionné et Brett creusait l'écart (18-13, 68ème). 

Hélas, les hommes de Novès ne parvenaient pas à sortir de leur moitié de terrain dans le laps de temps restant. Les maladresses se succédaient, de même que les soucis en mêlée. C'est d'ailleurs sur cette phase de jeu que Bayonne obtenait une ultime pénalité, qui, après la réussite de Brett, laissait le Stade hors du bonus défensif. Une nouvelle fois, c'est avec des regrets que les Toulousains repartaient d'un déplacement en Top 14

 

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15