• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Vendredi 22 août

STADE TOULOUSAIN / CASTRES

Ernest Wallon à 20h30

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Biarritz / Stade Toulousain

Les Toulousains se sont imposés à Biarritz (20-15, avec bonus offensif), vendredi soir à Aguilera, lors de la 17ème journée du Top 14.

A Biarritz (Aguilera) - Stade Toulousain bat Biarritz 20 à 15 (mi-temps : 17-6 )

Temps froid ; bonne pelouse ; Arbitrage de M. Péchambert (Périgord Agenais).
Pour Biarritz : 4 pénalités de Baby (22, 40, 46, 63) ; 1 drop de Traille (68).
Pour le Stade Toulousain : 3 essais de Burgess (16), Matanavou (24), Donguy (31) ; 1 pénalité de  McAlister (51) ; 1 transformation de McAlister (31).
Biarritz : Balshaw - Ngwenya, Bolakoro, Traille (cap), Baby - (o) Peyrelongue, (m) Lesgourgues - Carizza, R.Lakafia, Guyot - Taele, Thion - Marconnet, Héguy, Watremez.
Stade Toulousain : Poitrenaud; Matanavou, David, Mc Alister, Donguy; (o) Doussain (puis Fritz, 51), (m) Burgess; Nyanga, Galan (puis Sowerby, 58), Bouilhou (puis Nicolas, 53) ; Albacete, Lamboley (puis Boukerou, 70) ; Johnston (puis Montès, 60), Tolofua (puis Brevgadze, 51), Human (puis Steenkamp, 51, puis Johnston, 76).
Cartons jaunes : Nyanga (63), Nicolas (73)

Le Stade s'est imposé à Biarritz, vendredi soir, lors de la 17ème journée du Top 14. Après une semaine de préparation rendue difficile par les conditions météorologiques, les Toulousains, privés de huit internationaux français, ont fait preuve d'un réalisme à toute épreuve pour renverser un adversaire qui, lui, jouait une partie de sa survie dans la compétiiton. Les Rouge et Noir sont ainsi assurés de conserver une marge de manoeuvre conséquente en tête du championnat à l'issue du week-end, alors que c'est Agen, samedi à Ernest Wallon, qui sera le prochain adversaire du club.

 

Le réalisme est toulousain

Le Stade obtenait une pénalité dès la première minute de jeu mais Doussain, certes en position délicate, ne trouvait pas la cible. Par la suite, si Biarritz mettait plutôt la main sur le ballon, la défense rouge et noire faisait bonne garde, à l'image de deux plaquages destructeurs de Johnston et David. Globalement, Toulouse était dans le match, mais rendait coup sur coup deux ballons consécutifs en touche, suite à des lancers de Tolofua. Rien de dramatique, mais les visiteurs se privaient de deux munitions intéressantes.

A la dixième minute, Baby, pourtant en bonne position, manquait la cible sur pénalité. Les Toulousains avaient eu chaud, mais cela symbolisait néanmoins leurs soucis, car ils éprouvaient de grandes difficultés à conserver le ballon. Moins de trois minutes plus tard, le Stade se procurait pourtant une superbe opportunité, quand David échappait à deux plaquages, progressait sur une trentaine de mètres mais semblait oublier le soutien à l'intérieur. Dommage, car l'essai était en vue, mais la deuxième occasion était la bonne : un ballon était récupéré sur une mêlée biarrote, Galan décalait parfaitement Burgess, qui prenait le trou et marquait.

A la 20ème minute, Baby réduisait la marque sur pénalité. Toulouse restait devant, mais était toujours dominé en terme de possession. Heureusement, il pouvait compter sur un réalisme à toute épreuve : bien décalé par Doussain puis Poitrenaud, l'inévitable Matanavou marquait en coin son septième essai de la saison.

Les champions de France menaient 10 à 3  à la 25ème minute, alors que Biarritz perdait coup sur coup Marconnet et Peyrelongue, sur blessures. Par la suite, le BO campait toujours dans les trente mètres opposés, mais de façon trop désordonnée pour surprendre la défense rouge et noire. Un contre de 70 mètres allait aboutir au troisième essai stadiste peu après la demi-heure de jeu : McAlister s'échappait et donnait à Donguy, qui résistait à un plaquage pour filer entre les barres. En trois occasions, Toulouse avait marqué autant de fois, et menait 17 à 3.

Rien ne changeait jusqu'à la pause. Biarritz dominait, se créait quelques situations, mais sans aller au bout, soit par maladresse, soit grâce à la belle défense stadiste. Toulouse encaissait pourtant une pénalité sur la sirène, et menait 17-6 au moment de se réchauffer pour un quart d'heure dans les vestiaires.

 

Une mêlée souveraine

Toulouse avait beau être en position d'empocher le bonus offensif au moment de la reprise, il fallait rester prudent. Malgré les trois essais marqués, l'équipe ne comptait que onze points d'avance, et un sursaut d'orgueil de la part des Rouge et Blanc était à craindre. Cela était d'ailleurs confirmé, car les pensionnaires d'Aguilera dominaient l'entame, et Baby, sur pénalité, ramenait le score à 9-17.

Alors que pas grand-chose n'était à signaler, McAlister réussissait une pénalité importante, qui faisait passer la marque à 20-9. C'est le moment que choisissait Guy Novès pour injecter du sang neuf à ses troupes, avec les premiers turnovers de la partie. Si McAlister, suite à une nouvelle pénalité obtenue en mêlée, ne réussissait pas son coup de pied, le Stade n'était pas en danger : Biarritz ne parvenait pas à imprégner un rythme susceptible de tromper sa vigilance.

Les minutes défilaient, et aucune équipe ne se montrait dangereuse. Les maladresses, de part et d'autre, se succédaient, et le rythme avait sensiblement baissé. Cela faisait plutôt les affaires des Rouge et Noir, qui pouvaient ainsi gérer leur avance. Mais il était trop tôt pour pavoiser. En raison d'une faute d'antijeu, Nyanga écopait d'un carton jaune et Baby, sur la pénalité consécutive, faisait passer la marque à 12-20. Réduit à 14, les joueurs de la ville rose allaient devoir faire le dos rond.

Un drop de Traille venait personnifier un peu plus le danger. A la 68ème, le score était désormais de 15-20, et les pénalités se succédaient contre le Stade. A la 73ème, alors que Nyanga se préparait à entrer en jeu, Nicolas était à son tour sanctionné d'un carton jaune ! Le BO ne jouait pas la pénalité, prenait la mêlée à cinq mètres, mais perdait le ballon.

Après plusieurs minutes de jeu irrespirables, on en restait là. Dans une période de doublon, le Stade s'imposait à Biarritz, avec en prime le bonus offensif. Inutile de dire que dans ces conditions, on retiendra en premier lieu l'opération comptable, plus que précieuse

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15