• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 04 octobre

STADE TOULOUSAIN / STADE FRANÇAIS

Ernest Wallon à 20h45

Compte rendu

Match Bordeaux Bègles / Stade Toulousain

Battus sur le terrain de Bordeaux-Bègles lors de la 21ème journée du Top 14 (17-18), les Toulousains doivent se contenter du point de bonus défensif.

Bordeaux (Chaban Delmas) - Bordeaux-Bègles bat Stade Toulousain 18 à 17 (mi-temps : 12-9 )

Temps agréable ; belle pelouse ; 33.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Gaüzère (Côte Basque Landes)
Pour Bordeaux-Bègles : 5 pénalités de Lopez (17, 31, 40, 50, 53)  ;  1 drop de Lopez (20).
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Donguy (75) ; 4 pénalités de Beauxis (8, 29, 35, 47).
Bordeaux-Bègles : Reihana; Lilo, Rey, Mailei, Connor; (o) Lopez, (m) Adams; Chalmers, Clarkin, Purll ; Jaulhac, Leo; Roux, Avei, Delboulbes.
Stade Toulousain : Jauzion (puis Poitrenaud, 54) - Matanavou, David, McAlister (puis Fritz, 44), Donguy - (o) Beauxis, (m) Doussain - Picamoles (puis Galan, 67), Nyanga, Bouilhou (cap) - Albacete (puis Millo, 50), Lamboley - Johnston (puis Montès, 67), Servat (puis Brevgadze, 50), Steenkamp (puis Human, 15).
Carton jaune : David (6)

Depuis la fin du Tournoi des VI Nations, la saison, pour les clubs, est officiellement entrée dans sa dernière ligne droite. Les Toulousains, encore engagés sur les deux tableaux (Top 14 et H Cup) n'ont pas débuté cet ultime virage de la meilleure des façons, en s'inclinant à Chaban Delmas, contre Bordeaux-Bègles, lors de la 21ème journée du championnat. Avant un déplacement compliqué sur la pelouse du Stade français, les Rouge et Noir vont devoir encore cravacher pour assurer leur place en phase finale.

 

Une succession de fautes

Le début de partie était plutôt à l'avantage des locaux, qui monopolisaient le ballon. Sur un temps fort dans les cinq mètres toulousains, les Girondins obtenaient une pénalité, sur laquelle Yann David n'était pas à dix mètres. Le centre toulousain écopait d'un carton jaune, mais Lopez voyait son coup de pied passer à côté. Ce n'était pas le cas de Beauxis, qui obtenait à son tour une pénalité,  convertie. Les Rouge et Noir ouvraient le score (3-0, 8ème).

Malgré un début de rencontre pas vraiment emballant, les joueurs de la ville rose étaient devant au tableau d'affichage. Lopez manquait une nouvelle pénalité, après une faute de Johnston en mêlée. Les Toulousains s'en tiraient à bon compte, jusqu'à ce que Lopez trouve enfin la cible, après une faute au sol de Nyanga. Le Bordelais récidivait à la 20ème, cette fois via un drop ajusté de quarante mètres. L'UBB menat au score (6-3), et il n'y avait rien à redire.

Les rares ballons d'attaque toulousains, quant à eux, étaient gâchés en raison de maladresses. On jouait depuis près de vingt-cinq minutes, et Toulouse n'avait pas eu un semblant d'occasion à se mettre sous la dent. Mais, peu à peu, et même si le jeu développé n'était pas transcendant, les Stadistes mettaient la main sur le ballon. Bordeaux se mettait à la faute, et Beauxis égalisait, peu avant la demi-heure de jeu.

Mais décidément, le Stade n'était pas dans la partie, et rendait un  ballon à son adversaire, avant de se mettre une nouvelle fois à la faute. Lopez, à la 31ème, redonnait l'avantage aux siens (9-6).
On s'acheminait doucement vers la pause, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les hommes de Novès n'avaient pas montré grand chose. Après l'égalisation de Beauxis sur pénalité, grâce à une mêlée cinquérante, Lopez, sur la sirène, ajoutait trois points. Le retard minimal (9-12), dans ces conditions, apparaissait comme un moindre mal au moment où les Haut-garonnais s'engageaient dans le très long couloir menant aux vestiaires. Mais incontestablement, il fallait montrer autre chose par la suite pour espérer un résultat posiitf.

 

Lopez creuse l'écart

Le deuxième acte ne débutait pas de la meilleure des façons. Si Toulouse mettait la main sur le ballon, cela ne donnait rien et, surtout, McAlister, touché au mollet, devait céder sa place. Mais au moins, les champions de France étaient revenus avec de meilleures intentions. Le Stade mettait la main sur le ballon et Matanavou, sur chaque prise de balle, faisait d'énormes différences. Ce temps fort était jstement récompensé par une pénalité de Beauxis, qui égalisait (12-12, 46ème).

Hélas, les Toulousains ne parvenaient pas à faire durer cette bonne période. Au contraire, acculés dans leurs cinq mètres, ils repoussaient tant bien que mal les assauts adverses, et après un essai (ou pas) non validé par l'arbitrage vidéo, Bordeaux bénéficiait d'une pénalité, réussie par Lopez (15-12, 50ème). Le demi d'ouverture béglais récidivait quelques minutes plus tard et pour la première fois, un premier écart significatif était créé (18-12, 53ème).

Les affaire stoulousaines ne s'arrangeaient pas par la suite. Certes, ils dominaient légèrement en terme de possession, mais ils rendaient successivement des ballons, notamment en touche. Alors que l'heure de jeu approchait, aucune réelle occasion d'essai n'était à mettre à leur crédit. Certes, aux alentours de la 65ème, les charges se multipliaient dans les cinq mètres béglais, mais le ballon était finalement perdu et dégagé.

On était dans les dix dernières minutes, et les bonnes intentions stadistes étaient ruinées par des ballons trop facilement rendus, à l'image de la touche, clairement pas à son avantage sur cette rencontre. Mais à force de dominer, Donguy sortait un ballon d'un point de fixation et aplatissait, pour son dixième essai de la saison. Sur la transformation, Beauxis échouait, et Toulouse restait derrière, d'un point, ce qui allait rester le cas jusqu'au coup de sifflet final. Il n'y avait rien à dire, car le sursaut stadiste avait été trop tardif.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15