• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 29 novembre

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 20h45

ST vs Grenoble : 29 novembre 2014

Compte rendu

Match Bourgoin-Jallieu / Stade Toulousain

Belle opération pour le Stade, qui signe sa neuvième victoire consécutive après s'être imposé à Bourgoin (18-12) lors de la 11ème journée du Top 14.

A Bourgoin (Pierre Rajon) - Stade Toulousain bat Bourgoin 18 à 12  (mi-temps : 10-9)
Temps froid et pluvieux ; pelouse grasse ; 8.000 spectateurs environ ; arbitrage de M. Méné (Provence)
Pour Bourgoin : 2 pénalités de Boyet (19, 40) ;  2 drops de Boyet (29) et Denos (61).
Pour le Stade Toulousain : 2 essais de Kunavore (25) et Kelleher (80) ; 2 pénalités de Michalak (27) et Du Toit (67); 1 transformation de Michalak (25).
Bourgoin : Denos ; Nicolas, Janin, Laloo, Coux ; (o) Boyet, (m) M. Forest ; Cowley, T. Genevois, Frier (cap) ; Levast, Basson ; Wihongi, J-P Genevois, Roux.
Stade Toulousain : Du Toit ; Donguy, Kunavore, Fritz (puis Gimenez, 78), Ahotaeiloa ; (o) Michalak, (m) Kelleher ; Nyanga, Sowerby, Bouilhou ; Lamboley, Pelous ; Poux (puis Montès, 68), Lacombe, Human.
Carton jaune : Michalak (63)


Malgré l'absence d'une pléiade d'internationaux, le Stade Toulousain a maintenu le rythme qui est le sien depuis maintenant plusieurs semaines : sa victoire à Bourgoin, la neuvième de rang toutes compétitions confondues, permet au club de boucler sans dommage la première période de doublons de la saison. Et si tout n'a pas été parfait en Isère, les hommes de Novès ont rendu une copie nettement plus convaincante que face à Toulon quelques jours plus tôt. Quoi qu'il en soit, une victoire à Pierre Rajon, même si le terrain berjalien n'est peut-être pas aussi imprenable qu'il le fut naguère, est toujours bonne à prendre.
Très peu de changements intervenaient dans le XV de départ par rapport à celui aligné la semaine passée. Du Toit, sauveur de son équipe contre le RCT, prenait à l'arrière la place de Poitrenaud, absent pour raisons personnelles. Ahotaeiloa, qui avait récupéré de sa blessure à la cuisse, débutait la partie à l'aile, un poste occupé par Swanepoel lors de la dernière rencontre. Pour le reste, rien ne changeait, et le banc des remplaçants faisait une nouvelle fois la part belle aux jeunes du groupe Espoirs.

Le bel essai de Kunavore

 
C'est dans des conditions climatiques délicates que la partie débutait, puisqu'en plus du froid, une pluie fine s'abattait sur Pierre Rajon. Bourgoin dominait plutôt en terme de possession, alors que le jeu au pied était la solution numéro un choisie par les deux équipes. Peu à peu, les Toulousains mettaient la main sur le ballon et un intelligent coup de pied de Michalak par dessus la défense n'était pas loin de trouver Kunavore. C'est pourtant Bourgoin qui manquait d'ouvrir le score suite à un hors-jeu stadiste, mais Boyet ne trouvait pas la cible.

Si le jeu au pied rouge et noir n'était pas des plus performants dans les dix premières minutes, l'équipe pouvait compter sur une conquête solide, qui lui permettait par exemple de récupérer un précieux ballon sur une mêlée aux 22 en faveur des Berjaliens. A la 19ème, Boyet tenait une nouvelle occasion d'ouvrir le score et ne tremblait pas. Le CSBJ menait 3-0, et si on n'en était encore qu'au début de la partie, il fallait se montrer vigilant, car il paraissait évident que l'on n'assisterait pas à une orgie de points.

Toulouse réagissait immédiatement, avec une belle percée de Pelous plein champ, repris à dix mètres. Le jeu se déployait au large : d'abord à gauche, où la charge de Fritz était arrêtée à quelques encablures de la ligne, puis à droite, où le petit coup de pied à suivre de Kelleher dans l'en-but ne trouvait pas preneur. Le Stade ne scorait pas, mais avait réussi à se montrer réellement dangereux pour la première fois de la rencontre.

Après un important temps mort consécutif à la blessure d'un joueur isérois (Cowley), Toulouse marquait le premier essai : suite à une belle touche en fond d'alignement, le jeu se déployait au large. Une superbe croisée entre Michalak et Ahotaeiloa mettait la défense adverse dans le vent et ce dernier, pourtant plaqué, trouvait Kunavore de manière acrobatique, lequel aplatissait. Le Stade menait 7-3, et bientôt 10-3 après une pénalité monstrueuse de Michalak, réussie depuis la ligne médiane.

La partie, décidément, s'emballait, puisque Boyet, moins de 120 secondes plus tard, claquait un joli drop. Le score passait à 10-6, alors que les coéquipiers de Jean Bouilhou dominaient territorialement, mais sans parvenir à se procurer de réelles opportunités. On ne pouvait que regretter cette dernière pénalité concédée, quasiment sur la sirène, et qui ramenait Bourgoin à un petit point. Toulouse avait su se montrer réaliste dans ce premier acte, mais l'avance d'un point dont il disposait l'incitait bien entendu à rester vigilant.

 

 

Le Stade finit bien

 
Les débats reprenaient par un échange de jeu au pied. Michalak, à nouveau depuis la ligne médiane, ne connaissait pas la même réussite que lors de la première période sur pénalité. Denos faisait passer sur des relances audacieuses quelques frayeurs dans les rangs toulousains, mais ses coéquipiers, moins en verve, ruinaient ses efforts par des approximations, il est vrai rendues pardonnables par le ballon glissant.

Kelleher, à la 50ème, n'était pas loin d'exploiter un ballon perdu par la mêlée adverse, en tapant au pied pour lui même. Mais le demi de mêlée était devancé par l'arrière-garde berjalienne. La rencontre était très rare en occasions d'essai et plus que jamais, il fallait se montrer discipliné, car même s'il restait une demi-heure à jouer, il semblait que l'équipe qui commettrait le moins de fautes s'imposerait au final. A la 53ème minute, justement,les Toulousains étaient sanctionnés pour un hors-jeu de ligne et Boyet, de 42 mètres face aux barres, manquait de précision. C'était un avertissement sans frais.

Mais globalement, les Stadistes tenaient plutôt bien le choc et géraient correctement le match. Sans doute influencés par les conditions, ils avaient sans doute un peu trop tendance à user du jeu au pied, même quand des coups semblaient intéressants à la main. La défense, cela dit, était bien en place et parvenait à contenir les assauts isérois, à l'image de cette touche à cinq mètres sur lancer berjalien et du maul consécutif, qui était contenue par les Rouge et Noir.
Peu après l'heure de jeu, Bourgoin reprenait l'avantage, suite à un très joli drop réussi par Denos, après un dégagement quelque peu en catastrophe de Du Toit.

Les choses se corsaient pour le Stade, puisque dans la foulée, Michalak écopait d'un carton jaune pour un plaquage cathédrale. Cela n'empêchait pas ses collègues de développer un mouvement intéressant, à l'issue duquel ils obtenaient une pénalité, convertie par Du Toit malgré une situation peu favorable. Il faut dire que malgré leur infériorité numérique, les Toulousains jouaient bien le coup et se positionnaient dans les trente mètres adverses, se mettaint ainsi àl'abri de toute pénalité dangereuse. Quel dommage qu'un drop superbe de Du Toit, pour quelques centimètres, n'ait pas récompensé ce temps fort.

Le Stade allait boucler ces dix minutes de pénitence par une nouvelle pénalité, hélas manquée par Du Toit. Dans un contexte aussi chaud, on espérait que ces trois points, pourtant largement dans les cordes du Sud-africain, ne viennent pas à manquer au final.  Mais le jeu se cantonnait toujours dans le camp des locaux, ce qui constituait la meilleure assurance pour la fin de rencontre. A force de camper dans la moitié de terrain adverse ballon en mains, Toulouse obtenait une nouvelle pénalité : Michalak ne connaissait pas plus de réussite que Du Toit, et le score restait à 13-12.
Mais dans les dernières secondes, les coups de semonce rouge et noir, dans les cinq mètres du CSBJ, faisaient des dégâts. La très longue séquence se terminait par un essai en force de Kelleher, bien poussé par plusieurs de ses coéquipiers.  Le Stade avait eu l'immense mérite de gérer admirablement les vingt dernières minutes, et c'est là, sans aucun doute, qu'il était allé chercher sa victoire.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15