• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 29 novembre

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 20h45

ST vs Grenoble : 29 novembre 2014

Compte rendu

Match Brive / Stade Toulousain

Handicapés par un début de match manqué, les Toulousains se sont inclinés à Brive (21-27) lors de la quinzième journée du Top 14.
A Brive (Amédée Domenech) - Brive bat Stade Toulousain Brive 27 à 21 (mi-temps : 18-6 )
Temps frais ; pelouse grasse ; arbitrage de M. Raynal (Roussillon)
Pour Brive : 2 essais de Jeanjean (5, 7) ; 2 pénalités de Palisson (58, 69) ; 1 transformation de Palisson (7) ; 3 drops d'Estebanez (23, 36, 64).
Pour le Stade Toulousain : 2 essais de Heymans (41), Fritz (50) ; 3 pénalités de Skrela (15, 39) et Michalak (65) ;1 transformation de Michalak (41).
Brive : Palisson ; Waqaceduadua, Noon, MacKay, Jeanjean ; (o) Estebanez, (m) Perry ; Forgues, Claassen, Vosloo ; Mela, Uys ; Barnard, Thompson, Kinchagishvili.
Stade Toulousain : Poitrenaud (puis Médard, 59) ; Donguy, Fritz, Jauzion, Heymans; (o) Skrela (puis Michalak, 41), (m) Bézy ; Lamboley, Sowerby, Bouilhou (cap.); Millo-Chluski (puis Ledevedec, 75), Maestri (puis Albacete, 59); Lecouls (puis Johnston, 41), Servat (puis Lacombe, 41), Poux.
 
A une semaine de la Coupe d'Europe et d'un périlleux déplacement à Cardiff, le Stade Toulousain s'est incliné à Brive lors de la quinzième journée du Top 14. Comme cela avait été le cas à Castres lors de leur dernier déplacement, les Toulousains ont payé au prix fort une entame totalement manquée, qui les a vus encaisser deux essais en moins de dix minutes. Un écueil qu'il faudra à tout prix éviter samedi prochain face aux Blues, même si le deuxième acte a été de bien meilleure facture.

 

Jeanjean frappe deux fois

Les Toulousains connaissaient une entame compliquée, et ils ne parvenaient pas à sortir de leur moitié de terrain. Stérile durant quelques minutes, la domination corrézienne finissait par payer via un essai en bout de ligne de Nicolas Jeanjean, validé par l'arbitrage vidéo malgré le retour de Donguy, qui faillit bien projeter l'ancien Toulousain en touche.
Moins de deux minutes plus tard, Jeanjean, toujours lui, interceptait une passe de Skrela pour filer en roue libre à l'essai. Après 7 minutes de jeu, le Stade était mené 12-0 par des Brivistes totalement et auxquels tout réussissait.

Peu à peu, pourtant, les visiteurs entraient dans le match et le jeu s'équilibrait. Les Brivistes commençaient à commettre des fautes et après l'une d'entre elles, au quart d'heure de jeu, Skrela débloquait le compteur de son équipe. La suite confirmait que les Toulousains, après une entame cauchemardesque, avaient repris els affaires en mains. Une interception de Poitrenaud constituait une opportunité intéressante mais le coup de pied à suivre du numéro 15, pour une poignée de centimètres, filait directement en touche.
Cela dit, dans une entame décidément riche en interceptions, Waqaceduadua piquait un ballon à ses adversaires et aurait très bien pu filer à l'essai si Fritz n'avait joué les pompiers de service par l'entremise d'une cuillère salvatrice.

A la 23ème minute, Estebanez passait facilement un drop, après un ballon perdu en touche par les Toulousains sur leurs cinq mètres. Depuis quelque temps, d'une manière générale, les Rouge et Noir éprouvaient de grandes difficultés à conserver le ballon au delà de quelques temps de jeu et rendaient gratuitement trop de munitions au CAB. Le nouveau drop d'Estebanez, cette fois claqué depuis plus de quarante mètres, venait récompenser  la domination briviste, et l'écart (15 points) commençait à s'accroître de façon inquiétante. Juste avant la pause, toutefois, une mêlée toulousaine conquérante permettait à Skrela d'ajouter trois points. Rien n'était perdu, mais seul un changement radical pouvait permettre d'inverser la tendance car Brive n'avait pas volé son avantage, bien au contraire.

 

Michalak, entrée gagnante

Le Stade, heureusement, attaquait le deuxième acte d'une toute autre façon qu'il ne l'avait fait en première période. Michalak, entré en jeu à la place de Skrela, réalisait une sublime passe sautée à destination de Heymans, en bout de ligne, qui aplatissait en coin. Michalak passait une transformation pourtant difficile et l'espoir renaissait, avec un écart réduit à cinq points.
La possession du ballon, du reste, était clairement en faveur des Toulousains, et il s'en fallait de pas grand chose pour que Heymans, une nouvelle fois, ne bénéficie d'une passe sautée de Jauzion qui lui aurait ouvert un beau boulevard.

Mais Brive n'avait pas abdiqué et se procurait une superbe occasion d'essai, quand Estebanez tapait joliment à suivre dans le dos de la défense toulousaine. Le ballon était dans l'en-but et le demi d'ouverture était devancé par... Census Johnston, qui, au prix d'un superbe sprint, devançait son adversaire d'un cheveu.
Cette (grosse) frayeur passée, les coéquipiers de Jean Bouilhou reprenaient les affaires en mains, confirmant que la physionomie de la rencontre, par rapport aux quarante premières minutes, avait clairement changé.
Et cela se confirmait à la 50ème : Michalak, étincelant depuis son entrée en jeu, trouvait  Heymans grâce à un magnifique coup de pied de déplacement, qui fixait le dernier défenseur pour donner à Fritz, lequel aplatissait pour marquer son quatrième essai de la saison. Les deux équipes étaient désormais dos à dos (18-18).

Le Stade était sur de bons rails, mais se mettait en difficulté en perdant une touche dans ses cinq mètres : la sanction ne tardait pas, et sur l'action, la défense était pénalisée, pour une faute au sol peu évidente de Johnston. Palisson ne s'en souciait guère et redonnait l'avantage à sa formation. La fin de match promettait d'être brûlante, alors que, si la partie était désormais équilibrée, les Toulousains étaient trop fréquemment sanctionnés, rendant par là même trop de ballons à Brive. Sur l'un d'eux, justement, Estebanez tentait et réussissait son troisième drop de l'après-midi, juste avant que Michalak, sur le coup d'envoi consécutif, ne passe lui aussi trois points.

Palisson, après que la mêlée toulousaine eut été sanctionnée, passait un nouveau coup de pied : l'écart passait à six points, avec dix minutes à jouer. Les affaires devenaient compliquées, car les Toulousains éprouvaient des difficultés à mettre la main sur le ballon. Malgré une ultime débauche d'énergie dans les cinq dernières minutes, le score n'allait plus évoluer. Toulouse, en dépit d'une deuxième période plus achevée, échouait finalement de peu, ce qui ne faisait qu'attiser les regrets après une  entame totalement manquée.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15