• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 19 avril

US OYONNAX / STADE TOULOUSAIN

à 14h55

Compte rendu

Match Brive / Stade Toulousain

Les Toulousains ont réalisé un match nul (16-16) sur le terrain de Brive lors de la 8ème journée du Top 14.
A Brive (Amédée Domenech) - Stade Toulousain et CA Brive font match nul 16 à 16  (mi-temps : 10-10)
Temps frais ; belle pelouse ; arbitrage de M. Gaüzère (Côte Basque - Landes)
Pour Brive : 1 essai de Méla (24) ; 1 pénalité de Bélie (34) ; 1 transformation de Bélie (24) ; 1 drop d'Estebanez (47).
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Delasau (2) ; 3 pénalités de Bézy (6) et Skrela (70, 74) ; 1 transformations de Bézy (2).
Brive : Palisson; Cooke, Noon, Estebanez, Jeanjean; (o) Bélie, (m) Perry; Popham, Claassen (cap), Vosloo; Mela, Ledevedec; Cardinali, Bonrepaux, Henn.
Carton jaune : Kinchagisvili (59)
Stade Toulousain : Médard (puis Jauzion, 68) ; Delasau, Fritz, Poitrenaud, Heymans; (o) Bezy (puis Skrela, 49), (m) Vergallo (puis Kelleher, 41) ; Nyanga (puis Dusautoir, 45), Picamoles, Bouilhou; Millo-Chlusky, Maestri (puis Lamboley, 71) ; Poux (puis Montès, 60), Servat, Human (puis Johnston, 41).
Carton jaune : Heymans (34)

Après trois défaites de rang en déplacement, le Stade Toulousain a enfin décroché un résultat positif à l'extérieur, sur le terrain de Brive. Ce match nul, obtenu sur une pelouse où Perpignan et Toulon avaient été battus quelques semaines, est bon à prendre à plus d'un titre. Elle permet déjà de consolider la place du club dans les hauteurs du classement et, ensuite, d'aborder un mois d'octobre capital dans la sérénité. Un mois d'octobre qui débutera samedi pour Toulouse, avec la réception du Racing au Stadium.

 

 

Delasau marque d'entrée

On jouait depuis deux minutes, et Toulouse marquait un joli essai sur une attaque placée, avec une superbe percée de Nyanga, qui passait entre deux adversaires, avant de transmettre à Poitrenaud. Ce dernier fixait le dernier défenseur et donnait à Delasau, qui filait derrière la ligne. Le Stade menait 7-0, après la transformation de Bézy.

A la 6ème minute, Perry commettait un écran sur son partenaire Jeanjean, suite à une chandelle de Vergallo. Bézy, sur la ligne des 22, ajoutait trois points. Il fallait néanmoins rester vigilant et ne pas sortir du match, car dans la foulée, les Rouge et Noir commettaient quelques fautes. Si Bélie ne trouvais pas le chemin des barres sur une tentative, le CAB mettait le nez à la fenêtre.

Ces quelques indisciplines, malheureusement, avaient tendance à se répéter. Suite à une faute sur un regroupement, Bélie, encore une fois, manquait  une nouvelle occasion de débloquer le compteur des siens. Le Stade s'en tirait à bon compte, mais Brive, incontestablement, avait renversé la vapeur et se montrait plutôt dominateur, en proposant beaucoup de jeu. Certes, les visiteurs bénéficiaient çà et là de quelques ballons de récupération, mais quelques maladresses ou mauvais choix ne leur permettaient pas d'en tirer profit.

Mais une nouvelle faute stadiste entraînait une pénal'touche, sur laquelle Brive enchaînait un groupé-pénétrant qui s'effondrait dans l'en-but, pour un essai de Méla. Les Corréziens revenaient dans le match (7-10, 24ème).

Piqués au vif, les Toulousains repartaient de l'avant par la suite et produisaient leur premier mouvement d'envergure depuis de longues minutes. Bézy obtenait et tentait une pénalité largement dans ses cordes, mais, hélas, il ne la convertissait pas. Cela se reproduisait à la demi-heure de jeu, après une faute briviste en mêlée. Toulouse gardait trois points d'avance, mais aurait dû, à ce moment-là, en compter neuf. 

Rien n'allait plus dans le camp toulousain, car sur une action briviste avortée à un mètre de l'en-but, Cédric Heymans se mettait à la faute et écopait logiquement d'un carton jaune. Bélie ramenait les deux équipes à égalité (10-10), et le Stade était cette fois en infériorité numérique. Cela ne prêtait pas à conséquence jusqu'à la pause, atteinte alors que les deux formations étaient à égalité. Toulouse, qui avait mené 10-0, avait vu son avantage fondre peu à peu comme neige au soleil et allait devoir négocier un deuxième acte avec vent de face.

Delasau marque d'entrée

On ne changeait pas radicalement de physionomie à la reprise, et Toulouse, pour un plaquage haut de Maestri, était une nouvelle fois pénalisé, même si Palisson, en position délicate, n'en profitait pas. Comme cela avait été trop souvent le cas en première période, les Rouge et Noir avaient bien quelques coups à jouer, mais trop de fautes techniques les empêchait de mener à bien leurs offensives. Au moins, quand Heymans rentrait en jeu, suspension purgée, le score n'avait pas évolué.

Mais, après une contre-attaque intéressante, côté toulousain, avortée par un en-avant, Brive prenait pour la première fois l'avantage avec un drop, poteau aidant, d'Estebanez. Toulouse réagissait par la suite, avec de jolies percées de Fritz, Johnston et Delasau, mais on ne pouvait pas parler pour autant de réelles occasions.
Delasau, décidément très en vue, était directement à l'origine de la pénalité obtenue par le Stade à la 55ème. Skrela, collé à la ligne de touche, manquait de peu la cible. Le demi d'ouverture, quelques secondes plus tard, ne trouvait pas non plus le chemin qui mène entre les barres, après une faute de Vosloo, qui aurait pu (dû ?) occasionner un carton jaune pour ce dernier. Depuis le début de la rencontre, cela faisait quatre coups de pied manqués côté toulousain.

A l'heure de jeu, Kinchagichvili était sanctionné d'un carton jaune, pour un acte d'antijeu. Sur la pénal'touche se développait un interminable mouvement, mais les Toulousains ne parvenaient pas à trouver la faille, que ce soit par le biais des picks and go ou en envoyant la balle au large. Le Stade venait de laisser passer une occasion, mais, depuis un moment, il avait clairement mis la main sur le ballon.

Contre toute attente, toutefois, le fait de jouer à quinze contre quatorze ne se traduisait pas par la poursuite de la mainmise toulousaine sur les débats. Au contraire, alors que cela n'avait pas été le cas depuis longtemps, Brive revenait dans les trente mètres adverses, et finissait par obtenir une pénalité, sur mêlée. Bélie donnait six points d'avance aux siens (16-10, 69ème).

Les affaires commençaient à sentir le roussi, mais au moment même où le CAB récupérait son suspendu, Toulouse obtenait une pénalité, convertie par Skrela. Il subsistait un espoir, avec trois points de retard et une dizaine de minutes à jouer. Contraint de jouer tous les coups, Toulouse relançait depuis ses 22 par Poitrenaud, et après quelques passes, Skrela prenait le trou et le jeu arrivait dans les trente mètres brivistes, où les locaux se mettaient à la faute. Skrela réussissait un coup de pied extrêmement important, qui remettait les deux équipes à égalité.

Le score n'allait plus évoluer, et les hommes de Novès repartaient avec deux bons points du stade Amédée Domenech. Il y avait peut-être la place de ramener un peu mieux, mais Toulouse, mené de six points à la 70ème minute, pouvait aussi s'en contenter.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15