• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 06 septembre

CA BRIVE / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Clermont Auvergne / Stade Toulousain

Les Toulousains ont été éliminés en demi-finale du Top 14 par Clermont (9-19), vainqueur au stade Chaban-Delmas.
A Bordeaux (Chaban Delmas) -  Clermont bat Stade Toulousain  19 à 9 (mi-temps : 13-9)
Temps chaud ; belle pelouse : 36.000 spectateurs environ ; arbitrage de M. Berdos (Ile de France).
Pour le StadeToulousain : 3 pénalités d'Elissalde (21, 25, 29).
Pour le Stade français : 1 essai de James (12) ; 5 pénalités de James (4, 62), Baby (27, 44) ; 1 transformation de James (12).
Stade Toulousain : Médard ; Clerc, Fritz (puis Poitrenaud, 62), Jauzion, Kunavore ; (o) Elissalde (puis Skrela, 48), (m) Kelleher (puis Michalak, 68) ; Dusautoir, Sowerby, Lamboley (puis Nyanga, 48) ; Pelous (puis Millo, 48), Albacete ; Lecouls (puis Poux, 60), Servat (puis Basualdo, 78), Human(puis Montès, 69).
Clermont : Floch ; Baby, Rougerie (cap), Canale, Nalaga ; (o) James, (m) Mignoni ; Audebert, Bonnaire, Cudmore ; Privat, Pierre ; Scelzo, Ledesma, Domingo.
Carton jaune : Cudmore (50)

Le rêve s'envole. Le Stade Toulousain ne conservera pas son titre de champion de France. Battus par Clermont en demi-finale du Top 14, les Rouge et Noir ne quittent sans doute pas la compétition sans regret, tant l'affaire paraissait jouable sur la pelouse de Chaban Delmas. Mais trop d'erreurs et d'approximations ont compliqué la tâche des Stadistes difficile, alors que l'ASM, beau vainqueur, peut plus que jamais croire en son étoile.
Gardée secrète jusqu'au coup d'envoi, la composition d'équipe comportait quelques surprises. A l'aile, Maleli Kunavore débutait, ce qui reléguait Cédric Heymans en tribune. Associé à Kelleher, c'était finalement Jean-Baptiste Elissalde qui prenait l'ouverture, damant le pion à David Skrela et Fred Michalak, tous deux sur le banc des remplaçants. Enfin, si le reste du XV de départ n'appelait pas de commentaire particulier, il fallait toutefois souligner le forfait de Bouilhou, remplacé par Lamboley au coup d'envoi.

 

James dans tous les coups

Malgré une bonne entame et un ballon volé en touche à l'alignement adverse, le Stade encaissait les premiers points de la partie, après une faute au sol de Lamboley. Le métronome James, évidemment, ne laissait pas passer l'occasion, d'autant qu'il se trouvait dans une position favorable. Ce coup du sort ne calmait pourtant pas les ardeurs toulousaines, et c'étaient bien les Rouge et Noir qui monopolisaient le ballon par la suite. Et sur une percée de Kunavore, Fritz n'était pas si loin d'aller au bout, pour finalement être projeté en touche aux cinq mètres.

Hélas, les Jaunards scoraient sur leur première opportunité : James prenait le trou, tapait magnifiquement à suivre par dessus Médard, et si ce dernier semblait être le premier pour récupérer le cuir, il cafouillait le ballon. Le demi d'ouverture australien n'en demandait pas tant et aplatissait, pour le premier essai de la partie. On jouait depuis onze minutes à peine, et le score était de 10-0 pour les Auvergnats. Les Stadistes, du reste, semblaient avoir pris un coup derrière la tête, car on assistait dans la foulée à deux en-avants "gratuits" qui rendaient autant de munitions au camp adverse.

Malgré quelques frayeurs provoquées par de nouvelles maladresses (à la suite de l'une d'elles, Baby récupérait le ballon et voyait son drop s'écraser sur le poteau), Toulouse s'accrochait. Elissalde, sur pénalité, ne trouvait pas la cible sur une première tentative, mais réussissait la deuxième, conséquence d'un comportement conquérant sur un ruck (10-3, 21ème). Cela se confirmait trois minutes plus tard, alors que l'ASM multipliait les fautes. Elissalde passait un deuxième coup de pied et Toulouse revenait dans la partie.

Malheureusement, toujours dans la continuité, c'était le Stade qui se mettait à la faute, sur une mêlée. Baby, de 55 mètres, réussissait une monstrueuse pénalité, avant qu'Elissalde, toujours lui, ne passe à son tour trois points sur une nouvelle faute au sol asémiste. L'écart se stabilisait (9-13, 30ème). En dehors de ces échanges de pénalités, le jeu se stabilisait au milieu de terrain, même si Clermont semblait dominer légèrement en terme de possession. Les Rouge et Noir étaient loin de démériter, mais de petites erreurs venaient fréquemment ruiner leurs efforts.
Mais en dehors de ces quelques approximations, les Toulousains pouvaient compter sur une conquête très propre, à l'image de cette mêlée de la 38ème, qui mettait au supplice le pack jaune et bleu. Sur la sirène, Elissalde manquait un coup de pied de 40 mètres face aux barres et le score restait à 9-13 au moment où la pause était sifflée.

Un carton jaune sans effet


La partie reprenait sans qu'aucune opportunité ne se présente pour l'une ou l'autre des deux équipes. Toulouse concédait une pénalité à la 44ème, et depuis la ligne médiane, Baby réussissait un nouveau coup de pied, avec l'aide du poteau. Si Toulouse avait toujours autant de difficultés à poser son jeu, il bénéficiait pourtant à son tour d'une pénalité pour une faute d'Audebert. On avait presque l'impression d'assister, déjà, à l'un des tournants de la partie, et Elissalde, en position très délicate, voyait son coup de pied passer de peu à côté.

A la 48ème, Guy Novès apportait du sang neuf à son équipe : Skrela, Millo et Nyanga entraient en jeu, et on avait évidemment une pensée pour Fabien Pelous au moment où celui-ci quittait le terrain. A la 50ème, Cudmore écopait d'un carton jaune pour un plaquage à retardement sur Jauzion, alors que l'arbitre avait sifflé depuis quelques secondes ! L'expulsion temporaire de l'Auvergnat était bêtement concédée, mais constituait une occasion en or de porter le danger. Suivait en effet un énorme temps fort pour les Stadistes, mais malgré une succession de charges dans les dix mètres adverses, la défense des Jaunards tenait bon.

Les champions de France faisaient main basse sur le ballon, parvenaient à obtenir quelques décalages, mais un grain de sable venait toujours enrayer la mécanique. Dire que cela était rageant relevait de l'euphémisme. A la 58ème, un drop de Kunavore passait d'un rien à côté, et la marque restait à 16-9. L'affaire devenait compliquée, d'autant plus qu'après l'heure de jeu, James passait trois points pour sa formation, qui était du coup à l'abri d'un essai transformé.

Le moral des Stadistes semblait atteint, et malgré la belle entrée en jeu de Michalak, la messe était dite. Clermont tenait sa place en finale, alors que Toulouse pouvait nourrir des regrets pour ne pas avoir montré son meilleur visage sur cette demi-finale.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15