• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 30 août

LA ROCHELLE / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Dragons / Stade Toulousain

Les Toulousains ont réalisé une bonne opération en s'imposant à Newport (26-13, sans bonus offensif) lors de la quatrième journée de Coupe d'Europe.
A Newport (Rodney Parade) - Stade Toulousain bat Newport 26 à 13 (mi-temps : 16-10)
Temps froid ; pelouse  grasse; arbitrage de M. Rolland (Irl).
Pour Newport  : 1 essai de R. Thomas (36) ; 1  pénalités d'Arlidge (40) ; 1 transformations d'Arlidge (36).
Pour le Stade Toulousain : 3 essais de Médard (4, 54), Heymans (43) ; 2 pénalités de Michalak (14, 27) ; 1 transformation de Skrela (4); 1 drop de Michalak (32).
Newport : Tovey ; Wyatt, Sidey, A. Smith, Selley  ; (o) Alridge, (m) W. Evans ; Charvis, Bearman, McDonald ; Charteris, A. Jones ; R. Thomas, Willis (cap), Black.
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Médard, Fritz, Jauzion, Heymans ; (o) Skrela (puis Michalak 9), (m) Kelleher ; Dusautoir, Sowerby, Nyanga (puis Bouilhou, 54) ; Albacete, Pelous (puis Lamboley, 66) ; Lecouls (puis Perugini, 49), Servat (puis Lacombe, 73), Poux (puis Human 49).

Une marche de plus. Le Stade Toulousain est allé gagner à Newport le match qu'il ne fallait pas perdre. Ce succès, le quatrième en autant de rencontres, est évidemment une bonne opération, qui sera d'autant plus bénéfique si Glasgow, dimanche, s'impose sur son terrain face à Bath. En attendant, les Rouge et Noir peuvent être satisfaits d'avoir disposé de Newport pour la deuxième fois consécutive. Et si la victoire à Ernest Wallon était attendue, celle ramenée du Pays de Galles était loin d'être acquise et est à ranger au rayon des authentiques performances.
L'information numéro un à la lecture des compositions des équipes était le retour de David Skrela à l'ouverture. Ce dernier, rétabli plus tôt que prévu de sa blessure aux adducteurs, formait la charnière avec Byron Kelleher. Fabien Pelous, contraint de déclarer forfait une semaine plus tôt, était cette fois titulaire en lieu et place de Millo-Chluski, forfait en raison d'une douleur au mollet. Enfin, il fallait noter le roulement en troisième ligne où Sowerby et Nyanga, ménagés le week-end précédent, attaquaient cette fois la partie.

 

Médard frappe d'entrée

 
Le début de partie se déroulait au milieu de terrain, où les deux équipes se neutralisaient. Si les Toulousains perdaient deux touches en leur faveur dans les cinq premières minutes, cela n'avait pas de conséquence directe. Et dès la quatrième minute, suite à une percée de HeymansMaxime Médard récupérait une passe de Skrela et tapait à suivre par dessus Tovey. Après un rebond favorable, il récupérait le cuir et filait entre les barres. La partie ne pouvait pas mieux débuter.

Bien entrés dans la rencontre, les Stadistes confirmaient par la suite en occupant efficacement le terrain grâce au jeu au pied efficace de David Skrela. Hélas, ce dernier se blessait à la 9ème minute et devait céder sa place à Fred Michalak. Ce contretemps ne faisait pas baisser de rythme les visiteurs, qui, déjà conquérants sur les premières mêlées de la partie, confirmaient à la 11ème minute en récupérant un ballon sur introduction galloise.
Cela se confirmait quelques secondes plus tard, et sur un nouveau ballon de récupération, un petit coup de pied à suivre de Kelleher était à deux doigts de trouver Heymans, mais Tovey dégageait en catastrophe.

Les débats se déroulaient depuis de longues minutes dans les vingt mètres de Newport. La possession, clairement en faveur des hommes de Novès, obligeait les Gallois à se mettre à la faute sur une mêlée ouverte. Michalak exploitait l'opportunité et passait la première pénalité de la partie.
Tout allait bien, donc, d'autant plus que chaque tentative adverse de passer la ligne médiane était contrariée par des maladresses qui rendaient le ballon au Stade.

Peu à peu, cependant, les Dragons se ressaisissaient et investissaient le camp toulousain. Jusque là, la défense ne concédait pas la moindre occasion, mais l'occupation du terrain, depuis quelques minutes, était en faveur des locaux. Le Stade défendait, mais après avoir gratté un ballon au sol, il mettait en place une contre-attaque fulgurante, initiée par Fritz et conclue, ou presque, par Médard. Les Rouge et Noir, après un nouveau dégagement à la sauve qui peut de l'arrière-garde adverse, bénéficiait d'une touche à cinq mètres, mais perdait  le ballon suite à un en-avant.

La pression s'inversait, et Poitrenaud contrait un coup de pied, ce qui obligeait Evans à sortir en touche avec le ballon, à cinq mètres. Cette fois, le pack conservait la possession et Willis commettait une nouvelle faute. Michalak, des 22 mètres en coin, passait une pénalité pourtant loin d'être évidente. Le demi d'ouverture confirmait ses bonnes dispositions en réussissant quatre minutes plus tard un joli drop, qui faisait passer le score à 16-0.

Mais Newport allait réagir et marquait sur sa première occasion : suite à une pénal'touche à cinq mètres, le pilier R. Thomas récupérait le ballon en fond d'alignement et aplatissait, sans opposition ou presque. Les Britanniques revenaient au score à quatre minutes de la pause, et on enrageait de ne pas avoir vu les Stadistes conserver leur avance de seize points jusqu'à la mi-temps.
Mais cela dit, il était temps que M. Rolland siffle la fin du premier acte, car les quatre dernières minutes étaient le théâtre d'une véritable furie galloise, qui faisait énormément souffrir les Toulousains. Il s'en fallait d'un rien pour que Thomas, poussé par son pack, n'inscrive son deuxième essai en l'espace de quatre minutes. On pouvait presque être soulagé que cette immense temps fort ne soit sanctionné que d'une pénalité, passée par Arlidge.

Le tableau d'affichage indiquait donc 16-10 quand les deux équipes rentraient au chaud, et autant les trente premières minutes incitaient à l'optimisme, autant la fin de la première période rappelait qu'il fallait rester extrêmement vigilant.

 

Heymans à la conclusion

 
Le début de seconde mi-temps confirmait que le Stade était à son aise dans les premières minutes : un joli mouvement où s'illustraient Michalak, Albacete, Dusautoir et Poitrenaud conduisait à un caviar de ce celui-ci à destination de Heymans. Ce dernier, arrivé lancé, marquait en coin et Toulouse reprenait ses distances (21-10).
Dans cette partie sans temps mort, Newport repartait à l'abordage et Toulouse était logiquement sanctionné pour un talonnage à la main sur un regroupement. De 22 mètres face aux barres, Arlidge ne se faisait pas prier pour faire passer le score à 21-13.

Après cette occasion galloise, le Stade répliquait du tac au tac. Après une première opportunité gâchée par un en-avant à dix mètres de la ligne, Médard y allait de son deuxième essai personnel, copie conforme du premier puisque l'ailier récupérait un intelligent coup de pied à suivre de Shaun Sowerby. Le point de bonus offensif n'était plus loin. Heymans faillit d'ailleurs être l'auteur du quatrième essai de son équipe, en étant à deux doigts de récupérer un ballon à suivre signé Michalak.

Le pack gallois, toujours en grande difficulté sur les mêlées, reculait dangereusement  à cinq mètres, mais s'en tirait sans dommage. Newport semblait avoir pris un coup derrière la tête depuis la deuxième réalisation de Médard, et les Rouge et Noir, dominateurs, tenaient une belle occasion d'inscrire un quatrième essai tant désiré. Michalak, impérial depuis son entrée en jeu, transperçait le premier rideau gallois, et après un relais de Kelleher, il s'en fallait d'un rien pour que Médard n'inscrive son troisième essai.

Les situations intéressantes se multipliaient, mais un peu comme lors du match aller à Ernest Wallon, en tout cas la première période, le réalisme faisait défaut et beaucoup de ballons étaient échappés à quelques mètres de l'en-but des Dragons. Les minutes défilaient, et les coéquipiers de Clément Poitrenaud ne parvenaient pas à accrocher le bonus offensif, qui semblait pourtant largement dans leurs cordes. A la 64ème minute, Michalak attaquait depuis ses 22 mètres et après avoir fait la différence, il trouvait Heymans arrivé en renfort. Le ballon parvenait jusqu'à Kelleher, qui ne négociait pas au mieux une situation à priori plus que favorable. Le score n'évoluait pas.

A la 72ème minute, c'était au tour de Lamboley de s'échapper depuis les quarante mètres après avoir été servi par Jauzion, pour finalement être repris aux 22. La séquence se poursuivait pour s'achever par une mêlée à cinq mètres en faveur des Stadistes. Le ballon sortait mais une nouvelle fois, l'occasion était réduite à néant par un en-avant, cette fois entre Michalak et Médard.
Malheureusement, il s'agissait de la dernière oportunité stadiste. Le contrat avait été rempli pour les Toulousains, même si, sans doute, ils auront quelques regrets  d'avoir laissé passer l'opportunité de prendre un point de bonus qui semblait leur tendre les bras à une demi-heure du coup de sifflet final.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15