• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Compte rendu

Match Edimbourg / Stade Toulousain

Les Toulousains ont été éliminés en quart de finale de la Coupe d'Europe par Edimbourg, 14 à 19.


A Edimbourg (Murrayfield) -  Edimbourg bat Stade Toulousain 19 à 14 (mi-temps : 10-14 )
Temps couvert ; belle pelouse ; 30.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Owens (Galles).
Pour Edimbourg : 1 essai de Blair (2) ; 3 pénalités de Laidlaw (46, 53, 80) ; 1 transformations de Laidlaw (2) ; 1 drop de Laidlaw (37).
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Matanavou (31) ; 3 pénalités de Beauxis (5, 20, 29).
Edimbourg : T.Brown – L.Jones, De Luca, Scott, Visser – (o) Laidlaw (cap), (m) Blair – Talei, Rennie, Denton – Cox, Gilchrist – Cross, Ford, Jacobsen.
Carton jaune : Jacobsen (26), Rennie (29)
Stade Toulousain : Jauzion – Matanavou, Fritz, David, Donguy – (o) Beauxis, (m) Burgess – Dusautoir (cap), Picamoles, Bouilhou – Albacete, Maestri – Johnston, Servat, Poux.

C'est terminé pour le Stade en Coupe d'Europe. Battus à Edimbourg en quart de finale de la compétition, les Toulousains, pourtant en tête à la pause, ont fini par être dépassés par une équipe écossaise fidèle à sa réputation. Cette rencontre laissera cependant énormément de regrets aux champions de France qui, incontestabmeent, sont passés à côté de leur match. Il faudra maintenant essayer de rebondir en championnat, où la qualification pour les demi-finales n'est plus très loin. 

 

Matanavou se loupe, puis se rattrape

Le début de match était littéralement cauchemardesque pour le Stade, avec d'entrée de jeu une chandelle dans les 22 mal contrôlée par Matanavou. Le ballon arrivait entre les mains de Blair, qui aplatissait. On jouait depuis moins de deux minutes.
Le réveil toulousain, heureusement, ne tardait pas, avec des charges successives de Fritz et Burgess. La défense écossaise se mettait à la faute et Beauxis, pourtant en position inconfortable, réduisait le score (3-7, 5ème).

Peu à peu, le Stade parvenait à mettre la main sur le ballon. Les assauts de David, notamment, mettaient à mal la défense écossaise, mais les hommes de Novès ne parvenaient pas à enchaîner les temps de jeu, victimes de quelques maladresses. En mêlée, malgré quelques séquences dominatrices, ils étaient à deux reprises sanctionnés par M. Owens, et si cela était trop lointain pour être tenté par Edimbourg, cela donnait l'occasion à ce dernier d'occuper le terrain.

A la 20ème minute, la mêlée stadiste permettait à Beauxis de recoller à un point (6-7). Très clairement, les champions de France n'étaient pas pour le moment dans un grand jour, mais ils n'étaient pas distancés. Le carton jaune de Jacobsen, coupable d'avoir empêché Matanavou de jouer rapidement une pénalité, constituait un atout. Et si Beauxis manquait la pénalité consécutive, Toulouse profitait de sa supériorité numérique pour développer une superbe offensive, à l'issue de laquelle Rennie, deux minutes après Jacobsen, écopait à son tour d'un carton jaune !

Beauxis, sur la pénalité, donnait pour la première fois l'avantage à son équipe. Le Stade allait devoir négocier la suite à quinze contre treize, et il fallait en profiter.  Cela ne tardait pas, avec un authentique chef d'oeuvre de Matanavou, qui passait entre plusieurs joueurs à hauteur de la ligne médiane pour marquer à lui seul un essai de cinquante mètres.

Toulouse menait maintenant 14 à 7, et avait su renverser une situation compliquée. Mais la fin de la première période, après le retour de Jacobsen, puis de Rennie, était en faveur des Ecossais. Laidlaw exploitait le temps fort des siens par un drop, et les deux équipes se séparaient sur le score de 14 à 10 en faveur des visiteurs. Tout, évidemment, restait à faire.

 

Maudites chandelles

Malgré un bon début de deuxième période, les Toulousains ne tardaient pas à être en difficulté. Comme cela avait été le cas lors du premier acte, les chandelles mettaient l'arrière-garde toulousaine au supplice. Sur l'une d'entre elles, le ballon était immédiatement perdu, et la conséquence était double : carton jaune pour Servat, et pénalité réussie pour Laidlaw.

Le demi d'ouverture écossais récidivait quelques minutes plus tard, et son équipe menait désormais au score, 16 à 14. Les Toulousains ne parvenaient pas à mettre leur jeu en place et se montraient trop fébriles. Leurs rares offensives étaient annihilées par des ballons trop facilement perdus, à l'image de cet en-avant de Donguy, en bout de ligne, sur une offensive intéressante.

Le chrono, désormais, tournait clairement à l'avantage d'Edimbourg. La domination, pourtant, était en faveur des Ecossais, et on ne voyait plus trop comment, alors que dix minutes seulement restaient à jouer, comment le stade allait pouvoir se tirer d'affaire.
On était désormais dans le money time, et le jeu se déroulait dans les trente mètres toulousains. Les coéquipiers de Thierry Dusautoir ne pouvaient même pas espérer, dans ces conditions, une pénalité tentable. Au contraire, sur la sirène, Laidlaw passait une pénalité, qui scellait la victoire des siens. Toulouse était passé à côté de son match, et voyait son parcours européen s'achever sur une note pour le moins amère.

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15