• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Vendredi 26 septembre

BAYONNE / STADE TOULOUSAIN

à 20h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Glasgow Warriors / Stade Toulousain

Les Toulousains ont réalisé une bonne opération en s'imposant sur le terrain de Glasgow (22-16, sans bonus offensif) lors de la deuxième journée de H Cup.

A Glasgow ( Firhill Arena) - Stade Toulousain bat Glasgow 22 à 16 (mi-temps : 7-9)
Temps pluvieux ; pelouse grasse; 3.000 spectateurs environ ; arbitrage de M. Lewis (Irl)
Pour Glasgow : 1 essai de Fa'atau (75); 3 pénalités de Parks (5, 13, 31) ; 1 transformation de Parks (75).
Pour le Stade Toulousain : 3 essais de Skrela (26), Kelleher (45), Jauzion (53) ; 2 transformations de Skrela (26, 53) ; 1 drop de Kunavore (43).

Glasgow : Stortoni ; Fa'atau, Evans, Morrison, Evans ; (o) Parks, (m) McMillan ; Barclay, Beattie, Vernon ; Kellock (cap), Turner ; Kalman, Hall, Tkachuk.
Stade Toulousain : Poitrenaud (puis Heymans, 70) ; Ahotaeiloa, Kunavore, Jauzion, Médard (puis Elissalde, 74) ; (o) Skrela, (m) Kelleher ; Dusautoir (puis Maka, 68), Sowerby, Nyanga (puis Bouilhou, 55); Albacete, Pelous (puis Millo, 60); Perugini, Servat (puis Basualdo, 15), Human (puis Poux, 54).

Une semaine après avoir battu Bath au Stadium, les Toulousains ont confirmé leur bonne entame européenne en s'imposant sur le terrain des Glasgow Warriors à l'occasion de la deuxième journée. Les Rouge et Noir, après une première demi-heure inquiétante, ont su mettre assez d'engagement et d'application pour finalement s'imposer, sur une pelouse où ils s'étaient déjà imposés en 2005. La page européenne va maintenant se refermer, avant de s'ouvrir à nouveau le 6 décembre prochain avec la réception de Newport.
Plusieurs changements intervenaient dans le XV de départ par rapport à celui aligné cinq jours plus tôt : Poitrenaud, remis de sa blessure à la cuisse, débutait à l'arrière, ce qui décalait Médard à l'aile. En troisième ligne, Nyanga était titularisé, ce qui permettait à Bouilhou de souffler sur le banc. En première ligne Perugini attaquait la rencontre en compagnie de Human, ce qui plaçait Poux en position de remplaçant. Enfin, Fritz, qui devait être titularisé, se blessait au dos lors de l'échauffement d'avant-match : cela entraînait son remplacement par Kunavore dans l'équipe, alors que Maka entrait dans le groupe.

 

Glasgow démarre fort

 
La rencontre débutait sur un bon rythme, et le Stade se procurait la première opportunité quand Jauzion, à la réception d'une chandelle, donnait à Médard. Ce dernier semblait en mesure d'accomplir un long raid en solitaire, mais l'arbitre revenait à un en-avant de passe entre les deux protagonistes.
Glasgow, fidèle à sa réputation, emballait la partie à chaque occasion. Après une touche gagnée à dix mètres, un regroupement se formait, sur lequel Toulouse se mettait à la faute. Face aux barres, Parks ouvrait le score sans difficulté.
Les visiteurs connaissaient une nouvelle alerte quelques instants plus tard, quand ils perdaient un ballon sur une mêlée en leur faveur. Barkley s'échappait, et son coup de pied à suivre contraignait Skrela à sortir en touche, un peu en catastrophe.
Bousculés en mêlée, acculés dans leurs 22 mètres, les Stadistes, c'est peu dire, souffraient dans ces dix premières minutes. A la 10ème minute, c'était au tour de Servat d'être sanctionné sur un regroupement mais Parks, en position pourtant très favorable, ratait complètement son coup de pied.

A la 13ème minute, la mêlée stadiste était une nouvelle fois pénalisée. Depuis la ligne médiane, Parks réussissait cette fois sa tentative, pourtant bien plus ardue que celle manquée précédemment (6-0). Agressifs, efficaces au pied, dominateurs, les Ecossais réussissaient leur début de match, alors que Toulouse, au contraire, paraissait fébrile. Au quart d'heure de jeu, Servat, sonné sur un plaquage administré à Barkley, cédait sa place à Basualdo.
Peu de temps plus tard, Médard cafouillait un petit ballon à suivre et on pouvait parler d'un miracle si (en l'occurrence un en-avant d'un joueur écossais au moment d'aplatir) cela n'aboutissait pas à un essai.
On atteignait la vingtième minute et Toulouse n'avait quasiment pas franchi la ligne médiane ballon en main. On ne comptait déjà plus les diverses maladresses et ballons tombés, ce qui mettait l'équipe sous une pression à peu près constante. Mais les Rouge et Noir allaient marquer sur leur première opportunité: Sowerby subtilisait le ballon sur une mêlée adverse et transmettait à Skrela. Celui-ci réalisait une magnifique valise et filait à l'essai à l'issue d'une course de trente mètres. Les hommes de Novès menaient au score, ce qui semblait impensable 60 secondes plus tôt.

Cet essai faisait entrer les Toulousains dans la partie. Après une pénal'touche à cinq mètres, les avants pilonnaient la défense adverse à de multiples reprises, mais sans trouver de faille, alors que la séquence s'arrêtait sur un en-avant de Perugini.
Parks, après la demi-heure de jeu, redonnait l'avantage aux siens par l'entremise d'une nouvelle pénalité : Glasgow menait 9 à 7. La partie s'équilibrait par la suite puis, pour la première fois, penchait en faveur des Stadistes, enfin dominateurs. Les Français se procuraient une énorme occasion suite à une percée de Jauzion, mais la passe de ce dernier n'était pas captée par Médard, qui, dans le cas contraire, serait allé derrière la ligne.
La pause était atteinte sur le score de 9 à 7 en faveur de Glasgow. Les coéquipiers de Fabien Pelous ne pouvaient pas s'en plaindre, même si leur réveil dans les dernières minutes de la mi-temps était porteur d'espoirs.

 

Un retour en fanfare

 
C'est le Stade qui attaquait le mieux la reprise, en mettant la main sur le ballon et en prenant possession du camp écossais. A la conclusion d'une très longue séquence, Kunavore claquait un drop très propre et Toulouse reprenait les devants (10-9, 43ème). Une minute plus tard, Toulouse inscrivait son deuxième essai : Médard, lancé par une passe (en-avant ?) de Kunavore, délivrait une magnifique passe à Albacete, lequel fixait le dernier défenseur avant de donner à Kelleher, qui aplatissait.

On ne sait ce qui avait été dit dans les vestiaires pendant la pause, mais le Stade, de toute évidence, était dans de toutes autres dispositions. Plus que les six points d'avance (15-9), c'était la domination toulousaine, manifeste, qui incitait à l'optimisme. A la 52ème, sur un ballon récupéré par Dusautoir, Poitrenaud faisait parler sa vista et tapait à suivre par dessus la défense : Jauzion s'emparait du ballon, se jouait d'un adversaire, et marquait le troisième essai des siens. Toulouse menait 22 à 9 et n'était plus loin du bonus offensif. Autant dire qu'après une demi-heure de jeu, pareil scénario relevait de la science-fiction...
Mais avant cela, il fallait se mettre à l'abri, ce qui incitait Skrela à tenter (et manquer) une pénalité plutôt que de viser la pénal'touche (55ème).

Glasgow, de son côté, n'entendait pas capituler, mais ses sursauts se heurtaient le plus souvent à une défense bien en place. Le réveil écossais, cela dit, faisait reculer les Toulousains dans leurs trente mètres, ce qui les éloignait du quatrième essai tant désiré.
Dans les dix dernières minutes, les champions de France jetaient toutes leurs forces dans la bataille. Une énorme séquence, à seize temps de jeu, n'aboutissaient pas. Il faut dire que le temps, typiquement britannique (entendez par là qu'il pleuvait des trombes d'eau sur la Firhill Arena), n'était guère favorable aux acteurs. A la 76ème minute, les Toulousains pourtant en position favorable perdaient le ballon, ce qui aboutissait à un essai de Fa'atau de plus de 70 mètres. Glasgow revenait à six points.

Le score n'allait plus évoluer, et Toulouse devait se contenter d'une victoire à quatre points. Le comportement des autres équipes de la poule sur le terrain écossais diront plus tard s'il s'agit d'une bonne ou d'une très bonne affaire.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15