• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 30 août

LA ROCHELLE / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Montauban / Stade Toulousain

Les Toulousains ont gagné à Montauban (41-10, avec bonus offensif ) le premier match de leur saison à l'extérieur.
A Montauban (Sapiac) - Stade Toulousain bat Montauban 41 à 10 (mi-temps : 19-3)
Beau temps ; bon terrain ; 9.200 spectateurs ; arbitrage de M. Darrière, puis M. Péchambert
Pour Montauban : 1 essai de Delasau (73) ; 1 pénalité de Mitu (9) ; 1 transformation de Fortassin (73).
Pour le Stade Toulousain : 4 essais de Donguy (24), pénalité (60), Médard (68) et Lacombe (76) ; 4 pénalités de Skrela (4, 14, 18, 28) et Bélie (79); 3 transformations de Skrela (24), Jauzion (60) et Bélie (68).
Montauban : Paku ; Delasau, Avramovic, Audrin, Cassin ; (o) Lespinas, (m) Mitu ; Diarra, Raynaud, Battut ; Ghezal, Rolland ; Florea, Traversa, Shvelidze.
Carton jaune : Raynaud (37)
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Donguy (puis Nyanga, 55), Fritz, Jauzion, Heymans (puis Médard, 55) ; (o) Skrela (puis Ahotaeiloa, 41), (m) Kelleher (puis Bélie, 61) ; Dusautoir, Sowerby, Bouilhou ; Albacete, Pelous (puis Millo, 51) ; Lecouls (puis Human, 41), Servat (puis Lacombe, 51), Poux (puis Montès, 63).

Une semaine après avoir été battu à Clermont, le Stade Toulousain a su redresser la barre et gagner à Montauban. Ce succès à l'extérieur, le premier de la saison pour les Toulousains, est loin d'être anodin, sur un terrain où les Montalbanais ne s'étaient inclinés qu'une seule fois lors de l'exercice précédent (c'était déjà face à Toulouse). Voilà qui permet au club de se repositionner vers le haut du classement alors que se profile un joli sommet samedi prochain à Ernest Wallon, avec la venue de Perpignan.
Certains joueurs effectuaient leurs rentrées en tant que titulaires ce samedi : Jauzion et Bouilhou, sur le banc en Auvergne, débutaient la partie. Poitrenaud (mollet) et Albacete (épaule), respectivement blessés depuis une et deux semaines, en faisaient autant. Pour le reste, si on relevait la deuxième titularisation consécutive de Benoît Lecouls en première ligne, on notait aussi que la concurrence à l'arrière faisait des dégâts : car si Médard était sur le banc, Kunavore, Du Toit et Swanepoel ne figuraient pas dans le groupe.

 

Une mêlée conquérante

 

La partie débutait sur un signe favorable, quand la mêlée stadiste prenait nettement le dessus sur le pack adverse, lors d'une introduction pourtant en faveur des locaux. Les Stadistes récupéraient le ballon, lançaient une attaque intéressante, mais étaient sanctionnés sur un ruck. Un (mauvais) air de déjà-vu. Mais globalement, l'entame toulousaine faisait plaisir à voir, et dès la 4ème minute, c'était au tour de Delasau d'être pénalisé sur un regroupement. Skrela, de 30 mètres sur la gauche, ouvrait la marque.
La partie se poursuivait et les hommes de Novès confirmaient leur domination en mêlée fermée. Ils étaient loin cependant de se contenter de cette seule performance et s'évertuaient à faire vivre le ballon, en variant bien le jeu. Tout allait donc pour le mieux, mais Albacete se faisait prendre un peu bêtement sur un regroupement, en ne passant pas dans l'axe de celui-ci. Depuis la ligne des cinquante mètres, Mitu égalisait.

Toulouse répliquait dans la foulée, et après un mouvement au large, Heymans délivrait une magnifique passe sautée à Donguy, qui marquait. Un essai de toute beauté, invalidé par M. Darrière pour un en-avant peu évident à l'oeil nu sur la passe entre les deux ailiers. L'occasion avait été belle, mais cela ne décourageait pas les visiteurs, qui dominaient très nettement, que ce soit en terme de possession ou d'occupation. Montauban se mettait une nouvelle fois à la faute et Skrela doublait la mise (6-3, 14ème).
Le ballon circulait toujours aussi bien par la suite. En terme d'investissement, il n'y avait rien à reprocher aux coéquipiers du capitaine Bouilhou. Dans les intentions non plus, du reste, même si on pouvait regretter le léger manque de réalisme constaté jusqu'ici. A la 18ème minute, la mêlée tarn-et-garonnaise était une nouvelle fois punie par son homologue adverse, et Skrela, en toute tranquillité, ajoutait trois points.

Montauban se montrait pour la première fois dangereux à la 22ème minute, sur une contre-attaque au terme de laquelle Fritz devait commettre un en-avant en position de dernier défenseur. A cinq mètres, la melée stadiste ne faiblissait pas et subtilisait son quatrième ballon depuis le coup d'envoi dans ce secteur. Dans la continuité ou presque, une chandelle de Kelleher était cafouillée par la défense locale. Donguy se saisissait du ballon, se débarrassait de quatre adversaires et marquait le premier essai de la rencontre après un raid solitaire. Skrela transformait, et son équipe prenait le large.

C'était un miracle que Toulouse ne double pas la mise moins d'une minute plus tard  : Kelleher réalisait un numéro extraordinaire en perçant sur quarante mètres, donnait de façon acrobatique à Donguy à un mètre de la ligne, mais la passe de ce dernier à destination de Bouilhou n'aboutissait pas. Une occasion passait, mais le Stade ne faiblissait pas : à la 28ème minute, Skrela passait une nouvelle pénalité (19-3), avant de connaître son premier échec, de plus de cinquante mètres, à la 33ème.

On s'acheminait vers la pause, et si Montauban réagissait en pénétrant ballon en mains dans les trente mètres toulousains, diverses maladresses réduisaient à néant ses offensives. A la 37ème, Marc Raynaud écopait d'un carton jaune pour avoir trop vertement exprimé sa façon de penser à M. Darrière. La mi-temps était atteinte sur un score de 19 à 3. C'était évidemment plus que satisfaisant, mais on ne pouvait s'empêcher de penser que le Stade, au vu de sa domination, aurait sans doute pu marquer un essai supplémentaire. 

Lacombe (re)donne le bonus

 

La partie reprenait avec Yannick Jauzion à l'ouverture, Skrela ayant cédé sa place à Ahotaeiloa. Dès la deuxième minute, Toulouse se procurait une énorme occasion d'essai sur une supériorité numérique manifeste, mais Ahotaeiloa laissait échapper la passe sautée de Jauzion, alors que dans le cas contraire, le Tongien aurait pu aller derrière la ligne en marchant.
Mais comme il fallait s'y attendre, Montauban n'entendait pas subir comme cela avait été le cas lors du premier acte. Les locaux balayaient ainsi le terrain dans la largeur mais se heurtaient à une défense remarquablement bien en place qui ne cédait pas un pouce de terrain. A la 50ème minute, c'est... M. Darrière, touché à une cuisse, qui cédait sa place à M. Péchambert, jusque là quatrième arbitre.

Si le match était plus équilibré, il était également plus décousu. On relevait davantage d'approximations, et aucune occasion digne de ce nom n'intervenait. Peu à peu cependant, les Haut-garonnais remettaient la main sur le ballon. Yannick Jauzion prenait ainsi un espace intéressant, mais après une succession de passes, celle de Human était interceptée. Puis c'était au tour de Nyanga, entré en jeu en position d'ailier suite à la sortie sur saignement de Donguy, d'être repris à un mètre de la ligne sur un beau service en or de Fritz. Le score n'évoluait pas, mais le Stade, incontestablement, avait repris les commandes du match.

La récompense des efforts stadistes ne tardait pas : sur une mêlée à cinq, le pack avançait irrésistiblement, et si Sowerby semblait aplatir, l'essai de pénalité était de toute façon accordé. La victoire, désormais, ne faisait plus de doute et on pouvait légitimement lorgner vers le point de bonus offensif côté rouge et noir. Conscient de la proximité de ce butin, le champion de France repartait de l'avant. Ahotaeiloa était plaqué tout près de la ligne, mais quelques instants plus tard, après une nouvelle mêlée convaincante, Médard aplatissait en force.

Le cinquième point était virtuellement dans la poche, il restait à bien gérer les dix dernières minutes. Cela débutait fort mal avec un essai de soixante mètres de Delasau, qui partait de son aile pour concrétiser une impressionnante action en solitaire. Mais les supporters toulousains n'allaient pas avoir le temps d'avoir peur  : Lacombe faisait parler sa puissance au terme d'une fort belle séquence, et marquait le quatrième essai des siens, à nouveau synonyme de bonus.
Après une pénalité de Bélie, le score en restait là,et les Toulousains pouvaient repartir avec le sentiment du devoir (bien) accompli. Gagner à Montauban est déjà une magnifique performance, le faire en ramenant cinq points aux Sept Deniers était sans doute au delà des espérances des entraîneurs stadistes.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15