• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 01 novembre

LOU / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Compte rendu

Match Montpellier / Stade Toulousain

Après deux matchs sans victoire, les Toulousains sont allés gagner à Montpellier (30-12, sans bonus offensif) lors de la neuvième journée du Top 14.

A Montpellier (Yves du Manboir) - Stade Toulousain bat Montpellier 30 à 12 (mi-temps : 24-7 )
Beau temps ; belle pelouse ; arbitrage de M. Gaüzere (Côte Basque-Landes)
Pour Montpellier : 2 essais de Sarraméa (31), Trinh-Duc (67) ; 1 transformation de Paillaugue (31).
Pour le Stade Toulousain : 3 essais de Fritz (8), Clerc (13), Picamoles (16) ; 2 pénalités  d'Elissalde (62), 76 ; t3 ransformations d'Elissalde (8, 13, 16) ; 1 drop d'Elissalde (20).
Montpellier : Sarraméa - Brana, Doumayrou, Trinh-Duc, Kuzbik - (o) Paillaugue, (m) J.Tomas - Matadigo, Bost, Giraud - Hancke, Demarco - Thiart, Rofes, Toleafoa
Carton jaune : Toleafoa (13)
Stade Toulousain : Médard (puis Lamerat, 72) ; Clerc, Fritz (puis David, 60), Jauzion, Heymans ; (o) Elissalde, (m) Kelleher ; Nyanga (cap), Picamoles (puis Sowerby, 60), Bouilhou (puis Dusautoir, 60); Millo, Lamboley  (puis Albacete, 44); Johnston (puis Lecouls, 60), Lacombe (puis Servat, 44), Poux (puis Human, 44).
Carton jaune : Kelleher (35)

Après deux matchs sans succès, le Stade Toulousain s'est rassuré à l'occasion de la neuvième journée du Top 14. Vainqueurs à Montpellier, là où Perpignan, Biarritz et Toulon avaient chuté quelques semaines plus tôt, les Rouge et Noir n'ont pas seulement réalisé une bonne opération au classement. Ils ont aussi préparé de la meilleure des façons la venue de Sale, dimanche au Stadium, pour l'ouverture de la Coupe d'Europe.

 
Une entame en fanfare

Les Toulousains connaissaient une entame délicate, en réalisant deux en-avants en l'espace d'une minute. Peu à peu, pourtant, les visiteurs entraient dans le match et dominaient territorialement, bien aidés en cela par une touche impeccable sur ses lancers et qui se permettait en outre de subtiliser quelques ballons au départ montpelliérains.
Et c'étaient les Rouge et Noir qui marquaient le premier essai de la partie : au départ, Picamoles réalisait une échappée tonitruante sur une vingtaine de mètres et trouvait Clerc en renfort. Ce dernier sprintait jusqu'aux cinq mètres et donnait à Fritz, qui aplatissait sans difficulté. Elissalde transformait, et Toulouse prenait l'avantage (7-0).

En confiance, les hommes de Novès mettaient la main sur le ballon et développaient plusieurs mouvements intéressants, en multipliant les temps de jeu. La récompense ne tardait pas, avec un surnombre à l'aile parfaitement joué : Bouilhou servait au près Clerc, lancé à toute vitesse, qui allait sous les poteaux. Tout allait bien pour le Stade, mais mal pour Montpellier, qui écopait de surcroît un carton jaune logique pour un plaquage à retardement de Toleafoa sur Elissalde sur l'action ayant amené ce deuxième essai.

Dans une rencontre totalement débridée, Toulouse se procurait une nouvelle opportunité, sur une contre-attaque partie de ses 22 mètres et menée tambour battant par Clerc. L'ailier, après un relais avec Fritz, était finalement repris à dix mètres. Sur la touche consécutive, un maul se formait côté stadiste, et Picamoles s'en extrayait pour aplatir en force. Toulouse menait 21-0, et le quart d'heure de jeu était à peine terminé.

Tout souriait, décidément, à des Stadistes inspirés : à la vingtième, servi par Kelleher, Elissalde réussissait un drop depuis sa ligne des 22, ce qui portait la marque à 24-0. Le MHRC, par la suite, tentait de réagir et connaissait quelques temps forts, gâchés par des maladresses et des ballons échappés. Mais dans ce match un peu fou, on assistait à un essai peu commun : Kelleher partait au ras de la mêlée et se débarrassait d'un adversaire pour pénétrer dans les dix mètres adverses. Le demi de mêlée était finalement repris au terme d'un petit exploit, mais sa passe était interceptée par Sarraméa, qui filait seul à la ligne d'en-but toulousaine, située... 70 mètres plus loin ! Montpellier revenait dans le match.

A la 35ème, Kelleher écopait d'un carton jaune au moins aussi incompréhensible que celui qui avait sanctionné Jean-Baptiste Poux une semaine plus tôt devant Paris. Le Néo-zélandais était expulsé pour un prétendu plaquage haut et laissait les siens à 14, bien malgré lui. Les mouches semblaient avoir changé d'âne, mais Toulouse pouvait toujours compter sur une conquête très au point qui le tirait de bien de mauvais pas, à l'image de cette touche héraultaise à cinq mètres, finalement subtilisée.
La mi-temps était finalement atteinte sur le score de 24 à 7, et c'est sans doute avec soulagement que les Stadistes regagnaient les vestiaires. Car dans les derniers instants, Montpellier avait su se montrer dangereux, et à une minute de la pause, il avait fallu un en retour en catastrophe de Médard pour éviter un deuxième essai des locaux.

 

 
Le bonus s'échappe

Si Montpellier dominait nettement en terme de possession au début du deuxième acte, il tombait sur une défense stadiste parfaitement en place, qui ne lâchait pas un mètre de terrain. Kelleher, dès la 43ème minute, entrait en jeu et son équipe n'avait pas concédé le moindre point durant son absence.
Alors que les débats s'équilibraient par la suite, le Stade se procurait une belle opportunité à la 50ème minute de jeu, quand Kelleher, après une mêlée à cinq mètres, partait au près pour finalement être repoussé. Le score n'évoluait pas, mais le temps, évidemment, s'écoulait en faveur de Toulousains toujours devant au tableau d'affichage.

Aux alentours de l'heure de jeu, cela faisait déjà quelque temps que le Stade avait repris les choses en main. Un contre de Bouilhou, sur un dégagement adverse, aurait pu conduire au quatrième essai si le rebond avait été favorable. Elissalde réussissait une pénalité à la 64ème qui semblait bien, à ce moment-là, sceller le sort de la partie.
Mais, à la 67ème minute, Trinh-Duc marquait le deuxième essai des siens. Si cela n'était pas réellement inquiétant, voilà qui éloignait significativement les Toulousains du bonus offensif. Plus rien de notable, d'ailleurs, n'allait intervenir jusqu'au coup de sifflet final., à l'exception d'une nouvelle pénalité d'Elissalde Si les Toulousains pouvaient éventuellement s'en vouloir d'avoir laissé échapper un cinquième point qu'ils avaient en poche à un moment donné, on imagine que cette victoire suffit à leur bonheur. 
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15