• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 03 mai

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 14h40

Compte rendu

Match Montpellier / Stade Toulousain

Les Toulousains sont allés gagner à Montpellier (45-25, sans bonus offensif) lors de la treizième journée du Top 14. Ils sont champions d'automne.

 

A Montpellier (Yves du Manoir) - Stade Toulousain bat Montpellier 45 à 25 (mi-temps : 26-6 )
Temps frais ; pelouse grasse  ; 14.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Garcès (Béarn)
Pour Montpellier : 3 essais de Van Vuuren (52, 68), Audrin (80)  ;  2 pénalités de Bustos (11, 38) ; 2 transformations de Bustos (52, 80) .
Pour le Stade Toulousain : 3 essais de Médard (8), Burgess (33), Picamoles (71) ; 5 pénalités de Beauxis (15, 37, 60, 62, 64 ) ; 3 transformations de Beauxis (8, 33)  et McAlister (71) ; 3 drops de Beauxis (12, 20, 42).
Montpellier : Amorosino - Nagusa, G.Doumayrou, S.Fernandez, Bustos Moyano - (o) Trinh-Duc (cap), (m) Paillaugue - Gorgodze, Matadigo, Martin - Privat, De Marco - Bustos, Creevy, Leleimalefaga.
Cartons jaunes : Gorgodze (15), Privat (26)
Stade Toulousain : Médard ; Clerc, Fritz (puis Doussain, 73), Jauzion, Donguy ; (o) Beauxis (puis McAlister, 64), (m) Burgess; Nicolas (puis Dusautoir, 53), Picamoles, Nyanga (cap, puis Bouilhou, 70) ; Millo, Lamboley ; Montès (puis Johnston, 51), Botha (puis Servat, 8, puis Boutemane, 73), Human.
Cartons jaunes : Clerc (15), Servat (56)

Le Stade s'est imposé à Montpellier lors de la treizième journée du Top 14. Cette victoire, face à une équipe en forme ascendante et qui avait clairement fait de ce match une priorité, est évidemment plus que bonne à prendre, et elle permet d'ailleurs aux Rouge et Noir de décrocher le titre honorifique - et parfaitement inutile - de champion d'automne. Néanmoins, il s'agit maintenant de confirmer dès la semaine prochaine, à l'occasion de la réception de Bayonne.

 

Une conquête irréprochable


Le début de partie était à l'avantage des Toulousains, dominateurs en conquête et qui occupaient efficacement le terrain adverse. Une tentative de drop de Jauzion passait de peu à côté, mais le Stade avait pris un bon départ. Cela était confirmé par un essai de Médard, à la réception d'un coup de pied à suivre de Beauxis dans l'en-but. Les Rouge et Noir menaient 7-0, et c'était justice.

Tout allait bien, donc, si ce n'était la sévère blessure de Botha, touché à la cheville et obligé de quitter l'aire de jeu sur une civière. A la 11ème, Montpellier obtenait une pénalité et réduisait le score, par Bustos (3-7), mais Beauxis, d'un maître-drop de quarante mètres, redonnait de l'air à son équipe.
Par la suite, les visiteurs poursuivaient leur domination et obtenaient logiquement une pénalité. Toulouse prenait le large, au moment où Clerc et Gorgodze écopaient chacun d'un carton jaune, pour s'être virilement expliqués au sol. C'était (peut-être) sévère pour le Toulousain, qui semblait sur ce coup-là plus victime qu'agresseur...

Mais décidément, les hommes de Novès réalisaient une première partie de match de haut niveau. Privé de ballon, le MHR devait se contenter de miettes, alors que les Stadistes pouvaient compter sur un Beauxis de gala, omniprésent dans le jeu et efficace au pied, à l'image de son deuxième drop de la soirée, qui faisait passer la marque à 16-3.

Les affaires des locaux ne s'arrangeaient pas par la suite, car Privat, pour une brutalité, était à son tour exclu temporairement. Le Stade occupait par la suite le camp adverse, mais plusieurs maladresses successives rendait sa domination stérile. Mais en conquête, l'emprise stadiste ne souffrait d'aucune contestation. Un énième ballon était ainsi récupéré en mêlée, et sur la pénal'touche consécutive, un maul était à deux doigts d'aller derrière la ligne. Ce n'était que partie remise, car Burgess héritait du cuir et marquait de près (23-3, 33ème).

Peu avant la pause, Beauxis faisait passer la marque à 26-3, sur pénalité, et était imité soixante secondes plus tard par Bustos (26-6). C'était sur ce score que les deux équipes regagnaient les vestiaires, et l'affaire semblait à ce moment-là bien engagée.

 

Le Stade marque à quatorze


Le deuxième acte ne changeait rien à la physionomie de la rencontre. Toulouse dominait, et Beauxis claquait son troisième drop personnel de la soirée (29-6). Le MHR tentait bien de réagir, obtenait deux touches à cinq mètres, mais cela se terminait par un en-avant. Globalement, les locaux inversaient la tendance et occupaient les trente mètres toulousains. Les pénalités se succédaient mais n'étaient pas tentées, et suite à une pénal'touche, Van Vuuren marquait. Le match était relancé.

Les mouches, décidément, avaient changé d'âne. Servat était sévèrement sanctionné d'un carton jaune, et le Stade se retrouvait sans talonneur. L'affaire menaçait de tourner au vinaigre, mais Toulouse trouvait les ressources de réagir et marquait à son tour, sur une pénalité de Beauxis (32-13). L'embellie se confirmait dans la foulée, et le même  Beauxis corsait l'addition (25-13).

A quatorze, Toulouse avait marqué six points. L'engagement toulousain mettait les Héraultais au supplice, et Dusautoir obtenait une pénalité. Depuis la ligne médiane, Beauxis poursuivait son festival, avant d'être remplacé par McAlister. Van Vuuren inscrivait après un maul le deuxième essai de son équipe, et si cela semblait priver définitivement les Toulousains du bonus offensif, cela ne pouvait pas remettre en cause leur victoire finale.

Cela était confirmé par le troisième essai toulousain, marqué par Picamoles après notamment une superbe passe sautée de McAlister. Cette fois, plus aucune équipe ne pouvait espérer quoi que ce soit. Le rythme baissait dans les dix dernières minutes, et malgré l'essai d'Audrin à la dernière seconde, Toulouse obtenait une victoire large, quasiment inespérée (45-25)

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15