• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 01 novembre

LOU / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Compte rendu

Match Stade Français / Stade Toulousain

Les Toulousains, battus par le Stade français lors de la seizième journée du Top 14 (3-31), ne marquent aucun point au classement pour la première fois de la saison.

A Saint Denis (Stade de France) - Stade français bat Stade Toulousain 31 à 3 (mi-temps : 16-3 )
Temps frais ; belle pelouse ; 80.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Matheu (Armagnac Bigorre)
Pour le Stade français : 3 essais de Arias (18), Bastareaud (51), Haskell (71) ; 4 pénalités de Dupuy (12, 33, 40, 46) ; 2 transformations de Dupuy (18, 71).
Pour le Stade Toulousain : 1 pénalité de Doussain (11).
Stade français : Southwell - Arias, Tiesi, Bastareaud, Phillips - (o) Beauxis, (m) Dupuy - Parisse (cap), Leguizamon, Burban - Papé, Marchois - Slimani, Szarzewski, Roncero.
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Clerc, Jauzion (puis Lamerat, 65), Fritz, Heymans ; (o) Bézy, (m) Doussain ; Nicolas (puis Bouilhou, 55), Sowerby, Nyanga ; Millo, (puis Dusautoir, 77), Maestri  (puis Lamboley, 51) ; Lecouls (puis Montès, 41), Lacombe (puis Basualdo, 60), Human (puis Poux, 60).
Carton jaune : Phillips (27)

Après deux victoires consécutives face au Stade français, à Saint Denis, les Toulousains n'ont pas réussi la passe de trois à l'occasion de la 16ème journée du Top 14. A l'issue d'une rencontre dont ils n'avaient pas fait une priorité absolue, ils ont été logiquement battus par une équipe parisienne qui s'est nourri de leurs erreurs. Les hommes de Guy Novès restent cependant aux commandes du classement, alors qu'ils vont maintenant jouer leur destin européen lors des deux prochaines semaines : d'abord en recevant Newport, puis en se déplaçant chez les London Wasps.

 

Essai-gag pour Arias


Les Toulousains réalisaient un début de partie assez convaincant, en se rendant maîtres du ballon et en occupant efficacement le terrain, grâce notamment à la justesse du jeu au pied de Bézy.  La première véritable alerte, pourtant, était en faveur des Parisiens, avec une pénal'touche et des charges successives, dont une de Szarzewski stoppée à quelques centimètres de la ligne. Le coup n'était pas assez loin.

Mais les visiteurs réagissaient rapidement, et un départ au ras de la mêlée de Doussain mettait dans le vent toute la défense adverse. Le jeune demi de mêlée était repris à cinq mètres, mais le ballon restait rouge et noir, pour une faute de Southwell. Doussain, à l'origine de cette action, ouvrait le score, mais on pouvait regretter que M. Matheu ne sorte pas de carton jaune à l'encontre d'un Parisien, ce qui semblait justifié.

Hélas, dès le coup d'envoi, Fritz se mettait à la faute, et Dupuy égalisait. Les Stadistes n'avaient pas gardé longtemps leur avantage, et en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, Sowerby était sanctionné pour un en-avant volontaire, mais, cette fois, Dupuy n'en profitait pas.
Fritz, depuis la ligne médiane, ne connaissait pas plus de réussite, et le score restait à 3-3, alors que les fautes et maladresses se multipliaient depuis quelques minutes.

Toulouse, malheureusement, encaissait un essai-gag, quand une passe mal ajustée de Clerc pour Poitrenaud trouvait le pied de... Arias, qui tapait à suivre, pour aplatir dans l'en-but. Alors que le Stade français semblait assez emprunté depuis le coup d'envoi, il y avait de quoi enrager de lui avoir mis ainsi le pied à l'étrier.
Bézy, dans la foulée, échouait dans une tentative de pénalité, avant qu'un maul destructeur en faveur des Toulousains ne soit stoppé à vingt mètres, et que Clerc, surgit des lignes arrières, ne soit pas loin d'aller à dame.

Leguizamon, auteur d'un plaquage dangereux sur Heymans, écopait d'une pénalité, alors qu'encore une fois, l'expulsion temporaire aurait dans doute mérité  d'accompagner cette première sanction. C'est finalement Phillips qui payait les pots cassés, pour un plaquage à retardement sur Heymans, alors que, cette fois, cela paraissait sévère.

Mais, toujours approximatifs, les champions d'Europe ne parvenaient pas à fructifier cette supériorité numérique. Pis, les joueurs de la capitale s'installaient dans les 22 toulousains, et si cela ne se débouchait pas sur de réelles opportunités, une faute au sol de Maestri donnait l'occasion à Dupuy de creuser l'écart (13-3, 31ème).

A 14 contre 15, le Stade français dominait toujours, et on s'acheminait lentement vers la pause. Un drop de Bézy, dans les dernières minutes, frôlait le poteau, avant que Dupuy, plus réaliste, n'inscrive trois points sur la sirène. C'est avec un handicap de dix points que Toulouse regagnait les vestiaires. Si rien n'était perdu, il allait falloir changer radicalement de visage pour espérer ramener un résultat positif.

Beauxis ouvre la voie



Les affaires toulousaines ne s'arrangeaient pas vraiment dans les premières minutes du deuxième acte. Paris dominait en terme de possession, et les quelques ballons en faveur des Rouge et Noir étaient trop rapidement rendus.
Dupuy, sur une nouvelle faute évitable, corsait un peu plus l'addition, et on ne voyait pas trop, à ce moment-là, comment le Stade allait pouvoir inverser la tendance.

Cela se confirmait à la 51ème minute, sur une action formidable en solitaire de Beauxis, qui passait entre deux joueurs, raffutait Clerc, et, après avoir été plaqué par Jauzion, transmettait à Bastareaud, qui marquait dans un fauteuil. Cette fois, les carottes étaient cuites. En dix minutes en seconde période, les Haut-garonnais avaient déjà commis cinq en-avants, ruinant leurs tentatives de relancer et de produire du jeu.

Aux alentours de l'heure de jeu, les coéquipiers du capitaine Nyanga produisaient un bel effort et obtenaient plusieurs mêlées consécutives dans les cinq mètres adverses. Maintes fois, l'essai semblait au bout, mais leurs velléités restaient vaines.  L'ensemble, du reste, restait trop approximatif pour espérer quoi que ce soit.  Le Stade français marquait un troisième essai, par Haskell, suite à une pénal'touche, et empochait le bonus offensif. Toulouse avait raté son match et Paris mérité sa victoire.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15