• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 20 septembre

RACING METRO 92 / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Agen

Les Toulousains se sont imposés face à Agen (44-24, avec bonus offensif) lors de la première journée du Top 14, ce vendredi à Ernest Wallon.

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat SU Agen 44 à 24 (mi-temps : 27-10)
Temps agréable ; 18. 695 spectateurs environ ; arbitrage de M. Cardona (Provence)
Pour le Stade Toulousain : 6 essais de Servat (15), David (24), Jauzion (33), Médard (34, 64), Poitrenaud (58), ; 2 pénalités de Skrela (10, 42) ; t4 ransformations de Skrela (33, 34, 58, 64).
Pour Agen : 3 essais de Edmond-Samuel (38, 76), Avramovic (70) ; 1 pénalité de Courrent (22); 2 transformations de Courrent (38) et Barnard (70).
Stade Toulousain : Poitrenaud (puis Lakafia, 64) - Médard, David (puis Lamerat, 58), Jauzion, Heymans - (o) Skrela, (m) Vergallo - Picamoles (puis Lamboley, 66), Nicolas, Bouilhou - Millo-Chluski, (puis Boukerou, 61),  Maestri - Lecouls, (puis Montès, 50) Servat (puis Lacombe, 50), Human (puis Poux, 17).
Agen : Cazeaux - Dulin, Avramovic, Pelesasa, Edmond-Samuel - (o) Courrent, (m) S.Dupuy - Fono, Badenhorst (cap), Monribot - Springgay, Fa'Aoso - Muller, Narjissi, Nnomo.

Le Stade Toulousain, qui évoluait - une fois n'est pas coutume - à domicile pour une première journée de Top 14 (une première depuis 1994), n'a pas manqué ses débuts dans ce championnat de France 2010-2011. Les Rouge et Noir ont en effet battu Agen, qui retrouvait de son côté l'élite du rugby français trois ans après l'avoir quitté. Forts de cette entame réussie, ils vont dès maintenant pouvoir se tourner vers leur prochaine échéance, qui ne s'annonce pas de tout repos : un déplacement à Béziers, au stade de la Méditerranée, pour y affronter Castres. Ce sera samedi prochain.

 

Un festival d'essais

Territorialement, le début de rencontre était en faveur des Rouge et Noir, même si ces derniers, un peu trop souvent sanctionnés, permettaient à Agen de prendre de l'air. Mais, à force de dominer, Toulouse obtenait une pénalité, et Skrela, pourtant en position peu favorable, marquait les premiers points stadistes de la saison.

Bien aidés par un Picamoles tonitruant, qui multipliait les charges dévastatrices dans la défense adverse, Toulouse marquait logiquement le premier essai de la partie : après un point de fixation à cinq mètres, Servat s'emparait du ballon et aplatissait en force. Ce n'était pas pour autant le moment de s'endormir : sur une offensive amenée par Dupuy, Dulin, décalé et sans vis-à-vis à dix mètres de l'en-but,  était certain de marquer... Mais c'était sans compter sans le retour à proprement parler impensable de Heymans, qui plaquait in extremis l'Agenais, pour finalement un en-avant. Les Rouge et Noir n'avaient pas encaissé d'essai, et on pouvait parler de petit miracle...

Cette action, pourtant avortée, symbolisait le bon comportement des visiteurs. Depuis quelques minutes en effet, ils dominaient et investissaient le camp toulousain. La réduction du score par Courrent, à la 22ème sur pénalité, était dès lors conforme à la physionomie des débats. Mais les joueurs de Guy Novès ne mettaient pas longtemps à réagir : sur un coup franc rapidement joué par Picamoles et soutenu par Nicolas, le ballon partait au large où David marquait en force le deuxième essai des siens.

La suite, dès lors, était à l'avantage des Stadistes. Et, à la suite d'un long mouvement dans les 22 adverses, Skrela adressait une merveilleuse chandelle dans l'en-but. Jauzion prenait le dessus sur Dulin et aplatissait pour un essai synonyme, à ce moment-là, de bonus offensif. Et cela ne s'arrêtait pas : sur le coup d'envoi, un ballon était cafouillé par Agen. Médard poussait du pied, récupérait, et filait derrière la ligne, pour un essai de quarante mètres.

On n'avait pour ainsi dire le temps de s'ennuyer : suite à un ballon tombé et une mésentente entre Toulousains, Agen récupérait le cuir et développait une contre-attaque fulgurante, conclue par Edmond-Samuel. Il n'y avait bien sûr pas péril en la demeure à ce moment-là, mais cet essai (transformé par Courrent) venait rappeler à quel point il convenait de ne pas tomber dans la facilité.

 

Picamoles brille... et se blesse

Dès la reprise ou presque, le Stade obtenait une pénalité, consécutive à une mêlée pourtant en leur défaveur. Skrela ne se faisait pas prier et creusait l'écart (30-10, 42ème). La partie, toujours aussi agréable à suivre, donnait lieu à quelques belles envolées : à une formidable relance de Heymans répondait un coup de pied à suivre agenais dans l'en-but toulousain, sur lequel Poitrenaud intervenait très proprement.

Les deux équipes, par la suite, se rendaient coup pour coup et se montraient tout à tour dangereuses. Aux alentours de la 50ème minute, le SUA connaissait un énorme temps fort, manquait de marquer à maintes reprises, obtenait des pénalités mais ne les tentait pas... Le Stade souffrait, pliait, mais finissait par récupérer le ballon sur une mauvaise touche.

Le Stade, lui, faisait moins de sentiments : après une longue période de possession, Bouilhou perçait, fixait, et donnait dans un fauteuil à Poitrenaud, qui y allait de son essai. Le match était plié, et Toulouse s'en donnait à coeur joie : Picamoles, Nicolas et Skrela s'illustraient tour à tour, pour un sixième essai stadiste, signé Médard, bien aidé sur ce coup-là par Poitrenaud, qui lui avait délivré une authentique offrande.

Tout allait pour le mieux, on l'aura compris, pour les Haut-garonnais. Hélas, le bilan était terni par la blessure de Picamoles, apparemment blessé à la cuisse, et qui devait quitter l'aire de jeu.  Suivait une petite période de flottement, au bout de laquelle les locaux concédaient un deuxième essai, signé Avramovic. Evidemment, cela ne remettait pas en cause la victoire toulousaine, et la partie, pour la première fois, baissait significativement de rythme par la suite. Agen en profitait et marquait un troisième essai, d'ailleurs fort bien amené, et donnait à sa défaite une allure plus que respectable, alors que quelques minutes seulement restaient à jouer. Le score, ainsi, n'allait plus évoluer, et les pensionnaires d'Ernest Wallon s'imposaient finalement 44 à 24, bonus offensif à la clé. Le contrat, on s'en doute, était dès lors plus que rempli.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15