• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 04 octobre

STADE TOULOUSAIN / STADE FRANÇAIS

Ernest Wallon à 20h45

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Biarritz

Le Stade Toulousain a battu facilement Biarritz (24-0), à Ernest Wallon, lors de la 4ème journée du Top 14. Le bonus offensif est au rendez-vous.

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Biarritz 24 à 0 (mi-temps : 3-0)

Temps beau et chaud ; très belle pelouse ; 18.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Berdos (Ile de France)
Pour le Stade Toulousain : 3 essais de Nyanga (54), Matanavou (58), McAlister (62) ; 1  pénalité de McAlister (11) ; 3 transformations de McAlister (54, 58, 62).
Stade Toulousain : Poitrenaud – Matanavou, David, Jauzion, Donguy – (o) McAlister, (m) Doussain – Nicolas, Galan (puis Sowerby, 41), Nyanga (cap, puis Bouilhou, 70) – Maestri (puis Boukerou, 58), Lamboley – Falefa (puis Montès, 41), Vernet Basualdo (puis Guinazu, 49), Hoeft (puis Boutemane, 64).
Carton jaune : Nicolas (79)
Biarritz : Balshaw – Gimenez, Bolakoro, Burotu, Caprice – (o) Peyrelongue, (m) Lesgourgues – Molcard, Faure (cap), Lauret – Taele, Roidot – Buckle, Terrain, E.Coetzee.
Carton jaune : Terrain (15)

Le Stade Toulousain s'est imposé face à Biarritz lors de la quatrième journée du Top 14, pour ce qui constituait sa première sortie de la saison à Ernest Wallon. Sans atteindre les sommets entrevus une semaine plus tôt face au Racing, le jeu rouge proposé par les Rouge et Noir a été suffisamment appliqué et combatif pour se sortir d'une situation qui, contrairement à ce qu'aurait pu laisser penser le classement du BO, n'avait rien d'écrite à l'avance. Avec désormais une défaite (bonifiée) et trois victoires depuis le début de la saison, les champions de France sont sur de bons rails.

 

La pluie s'invite


Les premières minutes, globalement, étaient en faveur des Toulousains. Si aucune occasion d'essai n'était à signaler, ils dominaient assez nettement, bien aidés par le jeu au pied de McAlister, qui renvoyait les Biarrots dans leur camp. C'est d'ailleurs le même McAlister qui, sur pénalité, manquait une occasion pourtant facile d'ouvrir la marque, avant de se reprendre moins de deux minutes plus tard. De plus de 40 mètres, le Néo-zélandais donnait l'avantage à son équipe (3-0, 11ème).

Quelques instants plus tard, Terrain écopait d'un carton jaune pour une faute d'antijeu manifeste. Si McAlister ne passait pas la pénalité consécutive, il n'y avait globalement qu'une seule équipe sur la pelouse depuis le coup d'envoi. Quel dommage que le demi d'ouverture, après un exploit personnel où il avait passé cinq adversaires en revue, n'ait pas réussi à conserver le ballon, commettant un en-avant alors que l'essai semblait au bout.

Mais malgré les bonnes intentions toulousaines, le score n'évoluait pas. Peyrelongue, d'ailleurs, manquait une opportunité d'égaliser, alors qu'une pluie torrentielle s'abattait sur Ernest Wallon. Mais, peu à peu, on sentait bien que le Stade maîtrisait de moins en moins bien son affaire. Et à la demi-heure de jeu, il s'en fallait d'un rien, en l'occurrence un en-avant au moment d'aplatir, pour que Gimenez ne marque le premier essai de la partie.

Plus rien n'était à signaler jusqu'à la pause. Les conditions de jeu avaient considérablement douché les ambitions toulousaines, et c'est sur un maigre score de 3-0 que les deux équipes regagnaient les vestiaires. Si, globalement, le Stade s'était montré à son avantage, l'étroitesse du score ne lui offrait aucune garantie.

 

Un festival inattendu... et bienvenu


Les premières minutes de la reprise, incontestablement, étaient en faveur du BO. Certes, Toulouse ne concédait aucun point, mais le spectre d'une mauvaise soirée commençait à pointer son nez. Sans doute conscients que le danger n'était pas loin, les hommes de Novès tentaient de réagir, et une action en bout de ligne n'était pas loin d'aboutir.

Les Toulousains, à l'exception des cinq premières minutes du deuxième acte, dominaient territorialement. Mais, et il fallait sans doute voir là une corrélation avec les conditions de jeu, beaucoup de ballons échappaient des mains des coéquipiers de Yannick Nyanga. Dans ces conditions, le salut ne pouvait peut-être pas venir des trois-quarts. Et c'est donc sur un maul que les Rouge et Noir marquaient le premier essai de la rencontre, pour un essai finalement attribué à Nyanga.

Désormais totalement dans le match, les champions de France prenaient totalement possession de la moitié de terrain adverse. A l'issue d'une action où un nombre impressionnant de joueurs touchaient le cuir, Matanavou inscrivait son premier essai officiel sous les couleurs toulousaines. Moins de trois minutes plus tard, alors que le Stade dominait outrageusement, un coup de pied de McAlister trouvait Donguy qui, malgré la présence de deux défenseurs, aplatissait. C'était du moins l'avis du public, avant que l'essai ne soit invalidé par l'arbitrage vidéo.

Mais le temps des regrets ne durait pas longtemps. A la finition d'une action où Jauzion s'illustrait, McAlister allait derrière la ligne. Toulouse, désormais, était en position d'empocher le bonus offensif. La physionomie ne changeait pas par la suite : toujours aussi conquérant, le Stade ne lâchait rien. Sur une énième opportunité, McAlister résistait à plusieurs retours et s'effondrait dans l'en-but. L'arbitrage vidéo, une nouvelle fois, n'était pas favorable aux Stadistes...

Malgré un léger sursaut adverse, le score en restait là. Le Stade, malgré quelques passages moins maîtrisés, signait finalement une victoire assez tranquille, assortie du bonus offensif. On ne pouvait pas vraiment demander mieux.

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15