• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 29 novembre

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 20h45

ST vs Grenoble : 29 novembre 2014

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Bordeaux Bègles

Une semaine après avoir été battus à Castres, les Toulousains ont battu Bordeaux-Bègles, à Ernest Wallon, lors de la 8ème journée du Top 14 (56-6, avec bonus offensif).
A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Bordeaux-Bègles 56 à 6 (mi-temps : 11-6)
Temps beau et agréable ; belle pelouse ; 16.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Lafon (Lyonnais)
Pour le Stade Toulousain : 7 essais de Bézy (38), Nyanga (60), Matanavou (63, 68, 76), Poitrenaud (72), Donguy (79) ; 3 pénalités de Bézy (11, 13, 54) ; 6 transformations de Beauxis (60, 63, 68, 72, 76, 78).
Pour Bordeaux-Bègles : 1 pénalité de Lopez (31) ; 1 drop de Reihana (12).
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Matanavou, Fritz, Jauzion, Donguy ; (o) Beauxis, (m) Bézy (puis Vergallo, 55); Nicolas, Sowerby (puis Galan, 46), Nyanga ; Maestri (puis Albacete, 55), Boukerou (puis Lamboley, 46) ; Falefa , Vernet-Basualdo (puis Montès, 63), Hoeft (puis Guinazu, 55).
Carton jaune : Fritz (75)
Bordeaux-Bègles : Reihana – Lilo, Le Bourhis, Carballo, Connor – (o) C.Lopez, (m) Seron – Leo, Chalmers, Ternisien – Tisseau, Treloar – J.Roux, Avei, Delboulbès.

Une semaine après avoir lourdement chuté à Castres, le Stade a renoué avec le succès à l'occasion de la huitième journée du Top 14. A  Ernest Wallon, face à Bordeaux-Bègles, les Toulousains ont rendu une copie certes très perfectible, après avoir été parfois dominé en première période. Et face à un adversaire, certes promu, mais qui s'était déjà imposé il y a quelque temps à Montpellier et restait sur un joli succès devant le Racing, on serait tenté de dire, au mépris des clichés, que l'essentiel a été assuré.

 

Trop de ballons perdus


Les deux équipes rélisaient un début de match hésitant, durant lequel les en-avants se succédaient. Par la suite, il fallait bien reconnaître que c'étaient les visiteurs qui produisaient la meilleure impression, en multipliant les temps de jeu dans les quarante mètres stadistes. Pourtant, le Stade se procurait sur sa première incursion dans les 22 adverses une énorme occasion, via une combinaison entre Poitrenaud et Jauzion. Mais ce dernier était finalement repris aux cinq mètres.
Puis, moins de soixante secondes plus tard, Donguy réalisait un joli numéro, se rapprochait de l'en-but, avant de laisser échapper le cuir après un contact. Toulouse venait de laisser passer deux opportunités, mais, au moins, il semblait désormais dans le match.

Cela était confirmé par la suite : un superbe coup de pied de déplacement de Beauxis trouvait Donguy, qui volleyait avant que le ballon ne sorte en touche pour Poitrenaud, qui marquait. M. Lafon annulait l'essai pour un en-avant justifié sur la passe de Donguy, mais revenait à une pénalité, réussie par Bézy. Dans la foulée, Reihana, d'un fort joli drop de 35 mètres, égalisait.

Toulouse, une minute plus tard, reprenait l'avantage, grâce à un nouveau coup de pied de Bézy. Les champions de France, par la suite, ne manquaient pas d'envie ni d'initiative, mais les pertes de balle étaient trop fréquentes pour que cela n'aboutisse à un réel danger. En face, l'UBB commettait aussi quelques maladresses, mais il fallait admettre qu'il développait un fort joli rugby et se rapprochait à maintes reprises de l'en-but stadiste.

Les minutes défilaient, et on atteignait la demi-heure de jeu sans que Toulouse ne réussisse à porter une quelconque menace. Terrtorialement, Bègles était même plutôt dominateur, et sans une cuillère extrêmement bienvenue de Fritz, un essai aurait été au bout. Lopez, sur pénalité, convertissait la bonne passe des siens à la 31ème, et égalisait.

C'est finalement contre le cours du jeu que le Stade inscrivait le premier essai de la partie. Une mêlée à cinq mètres était stoppée irrégulièrement. La pénalité était jouée rapidement par Bézy, qui marquait de près. Les locaux menaient 11 à 6, mais il était évident que la partie était (très) loin d'être gagnée.

 

Un carton jaune bienvenu


Les premières minutes du deuxième acte n'étaient guère rassurantes. C'est en effet Bordeaux qui se montrait le plus incisif, et seul un sauvetage de Poitrenaud sur Connor, à l'issue d'une séquence admirablement amenée par Reihana, permettait de sauver les meubles. Par la suite, Lopez, face aux barres, manquait la cible, et on pouvait dire que globalement, le club de la Gironde n'était pas payé de ses efforts.

Le Stade, enfin, se montrait dangereux à la 48ème, avec une échappée de Nicolas, relayé par Maestri. Ce dernier était stoppé à quelques mètres de la ligne, et si le ballon sortait et que la supériorité numérique était  manifeste, Poitrenaud laissait échapper le cuir... Puis, quelques minutes plus tard, Matanavou réalisait un superbe numéro en solitaire pour être repris à trois mètres. Une séquence pourtant pas inutile, car dans la continuité, Reihana retardait la sortie du ballon. Carton jaune pour le All Black, et trois points signés Bézy. Toulouse s'en sortait bien.

A quinze contre quatorze, les hommes de Novès maîtrisaient mieux la partie. Ils campaient dans les 22 adverses, obtenaient une pénalité, qu'ils ne tentaient pas, pour jouer la touche. Une bien bonne idée, car sur le maul consécutif, plusieurs Stadistes s'écroulaient dans l'en-but. M. Lafon faisait appel à la vidéo, mais validait l'essai, accordé à Nyanga. Cela était vraiment sévère pour l'UBB, mais Toulouse, désormais, pouvait penser au bonus offensif.

Désormais, tout semblait sourire aux Stadistes. Et Matanavou, après un nouveau numéro, tapait à suivre pour lui-même et aplatissait in extremis, au nez et à la barbe d'un adversaire. Un essai de toute beauté, et diablement important. Désormais en grande difficulté, Bègles subissait les assauts répétés des Rouge et Noir, qui marquaient à nouveau, par Nyanga, avant que M. Lafon ne revienne sur un en-avant préalable.

Deux faits de jeu importants se produisaient à peu près en même temps. Le premier était positif : après une superbe percée de Galan, Matanavou se débarrassait de deux adversaires et marquait à nouveau. La victoire ne faisait plus guère de doutes, et le bonus était quasiment en poche. Mais la deuxième était bien mauvaise, puisqu'Albacete, apparemment sévèrement touché, devait céder sa place.

Par la suite, Bordeaux, visiblement hors du coup, laissait trop d'espaces aux Toulousains. Et Jauzion, après avoir franchi le rideau défensif, restait debout, et servait à hauteur Poitrenaud, arrivé en renfort. L'essai était au bout.
Si Fritz écopait à son tour d'un jaune, l'UBB, dans les 22 du Stade, perdait le ballon. Celui-ci était prestement récupéré et Matanavou, après un sprint de 70 mètres, y allait de sa troisième réalisation personnelle.
A une minute du coup de sifflet final, c'est Donguy, après un ballon récupéré par Nyanga au départ, parachevait l'oeuvre des siens.

Le score n'allait plus évoluer, et Toulouse s'imposait 49 à 6. Une addition sans aucun doute sévère pour les visiteurs qui, cinquante minutes durant, avaient fait bien mieux que se défendre. Côté stadiste, malgré quelques approximations et une première période à moitié manquée, l'issue était plus que favorable.

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15