• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 03 mai

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 14h40

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Brive

Les Toulousains ont battu Brive (21-15, sans bonus) lors de la neuvième journée du Top 14, ce qui porte leur série à sept victoires de rang, toutes compétitions confondues.
A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Brive 21 à 15 (mi-temps : 11-12 )
Temps frais ; belle pelouse; 19.000 spectateurs environ ; arbitrage de M. Dubès (Côte d'Argent)
Pour le Stade Toulousain : 2 essais d'Ahotaeiloa (22), Skrela (61) ; 3 pénalités d'Elissalde (5, 14, 41) ; 1 transformation de Skrela (61).
Pour Brive : 4 pénalités de Goode (3, 16, 34, 63) ;  1 drop de Goode (40).
Stade Toulousain : Médard (puis Poitrenaud, 41); Ahotaeiloa, Jauzion (cap), Fritz, Kunavore ; (o) Skrela,(m) Elissalde (puis Kelleher, 55) ; Dusautoir, Sowerby, Nyanga (puis Bouilhou, 66) ; Pelous (puis Albacete, 55), Millo-Chluski ; Lecouls (puis Human, 61), Basualdo (puis Lacombe, 55), Poux (puis Perugini, 61).
Brive : Palisson ; Agulla, Hufanga, Estebanez, Cohen ; (o) Goode, (m) Pic ; Azoulai, Claassen (cap), Vosloo ; Browne, Van Zyl ; Capdevielle, S. Thompson, Kinshaghisvili.
Carton jaune : Agulla (49)

Avant de partir en vacances pour une semaine, les joueurs du Stade Toulousain ont mis un point d'honneur à ne pas mettre fin à leur belle série actuelle. La victoire acquise sur Brive lors de cette neuvième journée du Top 14 est ainsi la septième consécutive, toutes compétitions confondues. Elle permet aux Rouge et Noir d'asseoir un peu plus leur position dans le quatuor de tête du championnat et d'envisager la suite avec sérénité, même si, évidemment, rien n'est encore acquis.
La principale nouvelle au coup d'envoi était le forfait de dernière minute de Finau Maka, qui déjà, la veille lors de la mise en place, avait ressenti une gêne musculaire. Dusautoir était du coup titularisé alors que Bouilhou, initialement au repos, entrait dans le groupe. Pour le reste, on assistait à de multiples changements par rapport à l'équipe qui avait créé une belle sensation une semaine plus tôt à Paris. On relevait entre autres la présence sur le banc de Kelleher, rentré de vacances, et les titularisations de Nyanga et Pelous, ménagés à des degrés divers face au Stade français.

 

Ahotaeiloa marque en premier

 
C'est Brive qui monopolisait le ballon dans les premières minutes, et qui le faisait plutôt bien. Sur leur première offensive, les Toulousains concédaient une pénalité sur un hors-jeu et Goode, de 24 mètres sur la gauche, ouvrait le score. Le Stade réagissait dès le coup d'envoi, et Brive, à son tour, se mettait à la faute, au sol. Elissalde, de plus de quarante mètres, égalisait.

Dans un match assez ouvert, Toulouse se faisait une petite frayeur quand un dégagement de Skrela était contré. Le ballon rebondissait dans les 22 et Sowerby, heureusement, était le premier pour dégager en catastrophe. Sur la touche consécutive, le CAB croyait bien marquer le premier essai de la partie, quand Palisson réceptionnait un petit coup de pied à suivre dans l'en-but. Mais M. Dubès revenait à une position de hors-jeu du nouvel international corrézien.
Tout allait très vite en de début de partie, et après un joli coup de pied d'Ahotaeiloa, ce dernier était victime d'une obstruction. La pénalité était sifflée mais Elissalde ne trouvait pas la cible.

Dans la foulée ou presque, une chandelle de Médard était cafouillée par la défense briviste à hauteur de ses quinze mètres. Kunavore se saisissait du cuir, mais le laissait échapper, gâchant ainsi un essai qui semblait tout fait. Cela n'empêchait toutefois pas les Rouge et Noir de prendre l'avantage à la 14ème minute, sur une pénalité d'Elissalde.
Le CAB, pourtant, confirmait qu'il n'était pas venu en touriste en Haute-Garonne. Après une charge arrêtée à un mètre de la ligne, les coéquipiers de Yannick Jauzion concédaient une nouvelle pénalité, réussie par Goode.

C'est Toulouse qui allait marquer en premier. A hauteur de la ligne médiane, Elissalde jouait rapidement une pénalité et trouvait du soutien. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le ballon parvenait à l'aile d'Ahotaeiloa, bien servi par Jauzion, qui filait comme un bolide le long de la ligne de touche pour aplatir.
La partie se poursuivait sur un rythme effréné, et si Toulouse se rendait coupable de quelques maladresses, il fallait aussi y voir la conséquence de sa volonté de dynamiser le jeu au maximum, en tentant de relancer quasiment tous les ballons.
Une nouvelle opportunité se présentait peu avant la demi-heure de jeu, suite à une belle combinaison entre Fritz et Sowerby. Le coup de pied du premier nommé finissait néanmoins en touche, à quelques mètres de l'en-but adverse. Quelques secondes plus tard, un  joli ballon à suivre de Skrela, à dix mètres, trouvait la base du poteau et était récupéré par un défenseur. Les Stadistes n'avaient pas de réussite, car dans le cas contraire, il semblait bien que Fritz était le mieux placé pour aplatir.

Mais ces occasions ne signifiaient pas que Brive passait le plus clair de son temps à subir. Au contraire, les visiteurs parvenaient à se rendre dangereux et s'ils ne marquaient pas, malgré une monstrueuse occasion à trois contre deux, une nouvelle pénalité de Goode ramenait les siens à deux points. Le même Goode concluait la très belle première mi-temps des siens en claquant un drop impeccable sur la sirène, et c'est  sur le score de 12 à 11 pour le CAB que la pause était sifflée. Incontestablement, il allait falloir s'employer lors du deuxième acte pour se prémunir de toute mauvaise surprise.

 

Dusautoir double la mise

 
Mené au score, le Stade attaquait la reprise pied au plancher et bénéficiait d'une pénalité au bout d'une minute à peine. Elissalde, de près de quarante mètres sur la droite, redonnait l'avantage à son équipe (14-12). A la 49ème minute, JBE manquait une pénalité, alors que sur l'action, Agulla écopait d'un carton jaune pour avoir talonné un ballon à la main sur un regroupement.

Après une période de flottement, Toulouse, il est vrai en situation de supériorité numérique, reprenait le jeu à son compte et occupait la moitié de terrain adverse. A l'exception d'un subtil coup de pied croisé de Poitrenaud dans le dos de la défense briviste, on ne notait toutefois pas d'occasion digne de ce nom. Malgré ce petit mieux, le Stade manquait d'un rien d'encaisser trois nouveaux points par Goode, après une action corrézienne initiée par une perte de balle en touche.

Brive, décidément, se révélait un adversaire coriace et très compliqué à jouer, même si Toulouse, de toute évidence, n'était pas dans un jour exceptionnel. Agulla rentrait à l'heure de jeu, sans que ses coéquipiers aient encaissé le moindre point en son absence. Mais c'est au moment où le sort de la partie semblait très indécis que les locaux marquaient une deuxième fois. Skrela enrhumait la défense à lui seul, et s'il était repris à dix mètres, il trouvait le moyen de donner superbement à Dusautoir, qui filait derrière les barres.

Comme on s'y attendait désormais, le CAB ne baissait pas de pied pour autant, et Goode ramenait sur pénalité son équipe à six points (15-21). La fin de ce match assez bizarre voyait les Toulousains pas si loin de marquer un troisième essai synonyme de bonus, mais Brive, d'un autre côté, parvenait par séquences à approcher de la ligne d'essai, ce qui pouvait éventuellement lui donner la victoire !
Mais globalement, Toulouse négociait bien les dernières minutes et dominait territorialement, malgré une alerte à la dernière minute, sur une touche à sept mètres en faveur des visiteurs. Le Stade s'en tirait finalement à bon compte et Brive repartait avec un point de bonus défensif qu'il était très loin d'avoir usurpé.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15