• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 16 août

STADE TOULOUSAIN / US OYONNAX

Ernest Wallon à 18h30

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Castres

Par une température caniculaire, les Toulousains se sont imposés in extremis face à Castres (23-22) lors de la première journée du Top 14.

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Castres Olympique 23 à 22 (mi-temps : 15-9 )
Temps caniculaire ; Belle pelouse ; 18.000 spectateurs ; Arbitrage de M. Poite (Midi-Pyrénées)
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Matanavou (72) ; 6 Pénalités de Beauxis (2, 20, 30, 35, 39) et McAlister (59).
Pour Castres : 1 essai de Kockott (54); 5 pénalités de Kockott (5, 18, 25, 46, 65) ; 1 transformation de Kockott (54).
Stade Toulousain : Poitrenaud - Huget, Fritz, McAlister, Clerc - (o) Beauxis(puis Matanavou, 56), (m) Burgess (puis Doussain, 74) - Dusautoir, Picamoles, Bouilhou -(puis Nyanga, 64) Maestri, Lamboley - Johnston (puis Montès, 68), Botha (puis Tolofua, 60), Steenkamp (puis Poux, 68).
Cartons jaunes : Bouilhou (54), Lamboley (75)
Castres : Dulin - Martial, Bonnefond, Cabannes, Garvey - (o) Talès, (m) Kockott - Caballero, Claassen, Diarra - Tekori, Rolland - Wihongi, Rallier, S.Taumpoepeau.
Carton jaune : Bernard (56)

Un départ idéal, au moins sur le plan comptable. Face à Castres, récent demi-finaliste du Top 14 et qui avait causé tant de problèmes au Stade, il y a de cela quelques semaines au Stadium, Toulouse n'a pas connu de faux départ. Compte tenu de la préparation écourtée qu'ont connu les champions de France et des conditions climatiques extrêmes qui régnaient sur la ville rose en ce début de soirée, on se contentera largement du résultat. La manière, et c'est bien normal, laisse encore à désirer, mais les hommes de Novès ont maintenant une semaine pour peaufiner leur collectif, avant la venue du Stade Montois, samedi 25 août.
 

Beauxis vs. Kockott
 

Dès les premiers instants, le Stade bataillait ferme sur un regroupement et obtenait une pénalité. Beauxis, pourtant en position peu favorable, ouvrait le score. Un avantage de courte durée, car sur le renvoi ou presque, le Stade concédait une pénalité bien inutile, ce qui permettait à Kockott d’égaliser.

Par la suite, Toulouse avait plutôt tendance à dominer et produisait même quelques jolies séquences, hélas gâchées par des imprécisions. Heureusement, comme cela avait été le cas en fin de saison dernière, l’équipe pouvait s’appuyer sur une mêlée conquérante, qui obtenait coup sur coup deux pénalités. La première était trop lointaine pour être tentée, alors que la seconde, tapée depuis la ligne médiane, n’était pas convertie par Beauxis.

Peu à peu, cependant, le CO mettait le nez à la fenêtre et occupait les trente mètres stadistes. Il faut dire que si la mêlée, et cela se confirmait, continuait de constituer un axe fort, la touche était encore en rodage, ce qui donnait l’occasion aux visiteurs de récupérer des munitions. A la 18ème, Kockott exploitait une nouvelle faute toulousaine pour donner l’avantage aux siens (6-3).

Pas vraiment dans leur assiette depuis quelques minutes, les champions de France allaient réagir, grâce aux charges conjuguées de Fritz et Poitrenaud. Au bout d’une action séduisante, Beauxis tapait un nouveau coup de pied et égalisait (6-6, 20)

Dans une partie sans beaucoup de rythme, le Stade, trop souvent sanctionné, redonnait l’occasion à son adversaire de passer devant, encore une fois via la botte de Kockott (9-6, 25ème). Certes, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, ou presque, Beauxis égalisait… Mais tout de même, il fallait bien avouer que n’était facile jusqu’ici…

On s’acheminait vers la pause, et les Rouge et Noir, certes sans se créer de réelles opportunités, dominaient. Une fois encore, la mêlée permettait d’obtenir une pénalité, et Beauxis redonnait l’avantage aux siens (12-9, 35ème), avant que le demi d’ouverture, sur la sirène ou presque, ne corse un peu plus l’addition (15-9). C’est sur ce score que la pause était sifflée, mais rien, évidemment, n’était acquis au moment où les deux formations regagnaient les vestiaires.
 

Kockott, la poule aux oeufs d'or
 

A la reprise, Castres perdait Diarra sur blessure, mais réduisait le score, à nouveau sur pénalité. Cela traduisait les difficultés toulousaines, car les joueurs de la ville rose, trop souvent sanctionnés comme cela avait été le cas au cours du premier acte, redonnaient facilement des munitions à un adversaire qui n'en demandait pas tant.

Le premier essai de la partie, du reste, allait être en faveur du CO : une touche était perdue, et Kockott s'échappait, résistait au retour de Clerc pour marquer entre les barres. Les visiteurs menaient 19 à 15, à la 54ème minute, juste avant que Bouilhou, sur le renvoi, n'écope d'un carton jaune pour une faute en l'air. Rien, on l'aura compris, ne fonctionnait.

Bernard, moins de deux minutes plus tard, laissait à son tour ses coéquipiers à 14... Dans la continuité, McAlister ramenait les siens à un point, mais tout restait à faire... D'autant plus que, une fois n'est pas coutume, les coéquipiers de Thierry Dusautoir étaient sanctionnés sur mêlée. Kockott, en position très favorable, ne se laissait évidemment pas prier.

Toulouse comptait désormais quatre points de retard, mais se procurait, preuve qu'il n'avait pas abdiqué, sa meilleure occasion, via un charge de Dusautoir, stoppée à trois mètres de la ligne. Puis c'était au tour de Huget de percer plein champ, mais d'être repris in extremis. A force de dominer, Toulouse s'installait dans les cinq mètres castrais et marquait en bout de ligne par Matanavou. Un essai validé par l'arbitre vidéo et qui faisait, c'est peu de le dire, énormément de bien !

Il restait huit minutes, et les Rouge et Noir étaient devant, par la plus petite des marges (23-22). Le carton jaune dont écopait Lamboley venait du reste rappeler que rien n'était gagné. Plus que jamais, la défense devait tenir le coup. Mais plus rien, ou presque, n'était à signaler. Le Stade tenait sa victoire, mais Castres, comme souvent, pouvait nourrir des regrets.

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15