• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 16 août

STADE TOULOUSAIN / US OYONNAX

Ernest Wallon à 18h30

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Clermont

A Toulouse (Ernest Wallon ) - Stade Toulousain bat Clermont 19 à 12  (mi-temps : 13-9 )
Temps frais ; belle pelouse ; 18.500 spectateurs environ. Arbitrage de M. Berdos (Armagnac-Bigorre).
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Médard (13) ; 3 pénalités de Doussain (34, 40, 57) ; 1 transformation de Doussain (13) ; 1 drop de Doussain (45).
Pour Clermont : 4 pénalités de James (8, 18, 37) et Delaney (74).
Stade Toulousain : Médard ; Huget, David (puis Fickou, 62), Poitrenaud, Gear ; (o) Doussain, (m) Vermaak ; Dusautoir (cap), Picamoles (puis Tekori, 64), Nyanga (puis Camara, 64) ; Albacete, Millo-Chluski (puis Maestri, 58), Montès, Tolofua (puis Ralepelle, 56), Ferreira (puis Steenkamp, 56).
Clermont : Buttin ; Malzieu, Stanley, Fofana, Nalaga ; (o) James, (m) Radosavljevic ; Vosloo, Chouly, Bonnaire ; Jacquet, Pierre ; Zirakashvili, Paulo, Debaty.

Une semaine après avoir été battu à Bayonne, le Stade s'est repris en battant Clermont, leader du championnat, lors de la 16ème journée du championnat. Au-delà de son importance sur le plan comptable, ce succès permet aux Rouge et Noir de reprendre confiance avant la réception des Saracens, dimanche à Ernest Wallon. Une échéance capitale pour la suite de la saison européenne...

 

Médard frappe en premier
 

Si Clermont, malgré une belle entame toulousaine, dominait les dix premières minutes et scorait logiquement par James, c'est bien le Stade qui inscrivait le premier essai de la partie. Huget, à la 13ème, transperçait le rideau défensif adverse et trouvait le moyen, jau moment d'être repris, de transmettre à Médard, qui aplatissait sans opposition.
Le Stade menait 7-3, puis 7-6 après une nouvelle pénalité de James. La rencontre était en tout cas très agréable à suivre et disputée sur un rythme endiablé. Les deux équipes se rendaient coup pour coup et dominaient à tour de rôle.

Globalement, la possession dans cette première mi-temps était clermontoise. Mais la défense stadiste résistait avec courage, alors que l'intensité des chocs était souvent impressionnante. Il n'y avait pas beaucoup d'occasions d'essais à signaler, mais on assistait à une rencontre de haut niveau.
C'est Toulouse qui creusait l'écart à la 33ème, via une pénalité de Doussain. Jusqu'ici, le réalisme, incontestablement, était stadiste.

James, toujours sur pénalité, poursuivait son sans-faute à la 36ème, et son équipe revenait à un point.  Mais alors que la pause se rapprochait, Gear réalisait un petit festival et traversait tout le terrain, pour être repris à un mètre. Dans la foulée, Clermont se mettait à la faute, et Tolofua choisissait de la jouer vite, pour échouer à une poignée de centimètres.
Tout cela n'était pas vain, et le Stade bénéficiait in fine d'une nouvelle pénalité, convertie par Doussain. Les deux formations regagnaient les vestiaires sur le score de 13-9 en faveur des locaux.

 

David brille pour rien
 

Les Stadistes attaquaient la reprise par le bon bout et dominaient l'entame. David réalisait une belle  percée et était repris à cinq mètres. Dans la foulée, une passe au pied de Doussain à destination de Gear échouait d'un rien, juste avant que Doussain, depuis la ligne des 22, ne claque un drop impeccable. Toulouse se donnait un peu d'air (16-9, 45ème).

Toulouse inscrivait à la 52ème son deuxième essai, grâce à un formidable travail de David, qui grillait la politesse à toute la défense asémiste, avant de donner à Gear. Hélas, la séquence était annulée pour un écran préalable de la part d'un Toulousain... Dommage, car dans le cas contraire, l'affaire aurait commencé à prendre bonne tournure.

Peu avant l'heure de jeu, et alors que le jeu développé par le Stade faisait plaisir à voir, Doussain creusait un peu plus l'écart sur pénalité. Il y avait désormais 19 à 9.

La suite allait être plus équilibrée, mais avec toutefois une constante : sur chaque offensive, Clermont se heurtait à une défense toulousaine remarquablement bien en place. Les minutes défilaient et le score n'évoluait pas, ce qui faisait clairement les affaires rouge et noire.
Delaney, à la 74ème, réduisait le score sur pénalité, mais cela ne prêtait pas à conséquence.

Le score, du reste, n'allait plus évoluer : Toulouse tenait sa victoire, et elle était globalement méritée. Place maintenant à la venue des Saracens. Un autre choc capital.

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15