• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 16 août

STADE TOULOUSAIN / US OYONNAX

Ernest Wallon à 18h30

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Clermont Auvergne

Par une température glaciale, les Toulousains ont été battus par Clermont lors de la 18ème journée du Top 14, après avoir mené une grande partie du match.
A Toulouse (Stadium) - Clermont bat Stade Toulousain 16 à 15 (mi-temps : 15-9 )
Temps froid ; pelouse dure ; 24.000 spectateurs environ ; arbitrage de M. Garcès (Béarn)
Pour le Stade Toulousain : 2 essais de Sowerby (11), Clerc (23) ; 1 transformation d'Elissalde (23) ; 1 drop d'Elissalde (17).
Pour Clermont : 1 essai de Lavea (66) ; 2 pénalités de Baï (12, 26) ; 1 transformationsde Parra (66) ; 1 drop de Baï (21).
Stade Toulousain : Poitrenaud - Clerc (puis Heymans, 75), David, Jauzion (puis Fritz, 75), Donguy - (o) Elissalde (puis Kelleher, 63), (m) Michalak - Picamoles, Sowerby (puis Lamboley, 75), Bouilhou (cap) - Millo-Chluski (puis Maestri, 57), Albacete - Johnston (puis Lecouls, 76), Servat (puis Lacombe, 70), Human (puis Poux, 57).
Clermont : Baby - Russell, G.Williams, Baï, Nalaga - (o) Lavea, (m) K.Senio - Audebert, Bonnaire, Lapandry - Jacquet, Pierre (cap) - Scelzo, Wepener, Faure.

Clermont, qui était la dernière équipe française à s'être imposée en terre toulousaine, a doublé la mise lors de la 18ème journée de Top 14. L'ASM, menée au score durant une grande partie du match, est passée devant à un quart d'heure de la fin, sans que les Stadistes ne puissent combler leur retard. Cette défaite, alors que l'affaire a semblé longtemps en bonne voie, devra maintenant être digérée au plus vite, car dimanche, ce sont les Harlequins qui viennent à Ernest Wallon, pour une rencontre de H Cup décisive.

Sowerby marque en premier



Le début de match, équilibré, se limitait quelques minutes au milieu de terrain. C'est Toulouse, pourtant, qui lançait e premier les hostilités : sur une touche à cinq mètres en faveur de Clermont, le ballon était subtilisé par l'alignement stadiste. Elissalde, dans la foulée, tentait un drop qui se révélait infructueux.
Le temps passait, et si les locaux monopolisaient le ballon, il y avait toujours un ballon tomé ou une passe dans le mauvais tempo pour annihiler des actions prometteuses. A la 9ème, alors qu'un Clermontois avait été pénalisé pour avoir gardé un ballon au sol, Elissalde, de 45 mètres environ, voyait le ballon passer à droite des poteaux.

Le premier essai n'allait pas tarder : Servat récupérait un ballon à quarante mètres et sprintait comme un damné, avant d'être rattrapé à cinq mètres. Un regroupement se formait, et la superbe sautée de Michalak suffisait à mettre Sowerby sur orbite, qui aplatissait. En toute franchise, il fallait reconnaître que juste avant que Servat ne se saisisse du ballon, il y avait un avantage en cours pour l'ASM, et il n'y aurait pas eu à crier au scandale si M. Garcès avait annulé l'action stadiste.
Toulouse menait 5-0, mais se mettait à la faute dès l'engagement. Baï n'en demandait pas tant et réduisait le score. Il y avait de quoi enrager de ne pas avoir vu les Rouge et Noir maintenir l'écart plus longtemps.

Mais les joueurs de Novès repartaient de l'avant. Après avoir à nouveau perturbé l'alignement adverse sur une touche à cinq, le ballon allait d'une aile à l'autre, avant qu'Elissalde, sur un drop, ne mette fin à son manque de réussite ponctuel. Le Stade reprenait cinq points d'avance (8-3), et c'était globalement mérité, même si Baï, après une fort belle offensive des siens, passait à son tour un drop.
Mais à force de dominer, Toulouse marquait son deuxième essai : alors que le jeu se déployait, Clerc, contre toute attente, prenait le trou au milieu de terrain. Il filait jusqu'à l'en-but, bien aidé par l'appel de Donguy qui étirait la défense. Elissalde transformait, et le premier écart significatif de la rencontre était fait (15-6), même si, une fois de plus, Toulouse se mettait à a faute quasiment dans la foulée, ce dont Baï profitait pour inscrire trois points supplémentaires.

On s'acheminait vers la pause, et si Clermont, incontestablement, rétablissait l'équilibre en terme d'occupation du terrain, la plus belle escarmouche était toulousaine, avec un joli numéro de Donguy le long de la ligne de touche, mais qui ne donnait rien. A une minute de la pause, c'était au tour de Michalak de s'essayer aux tirs au but, mais le demi demêlée, dans une position inconfortable, n'était pas en réussite. Le score était finalement de 15-9 quand les deux formations regagnaient les vestiaires, et il était évident qu'il allait falloir cravacher pour conserver l'avantage.


La chance de Michalak



Le match reprenait sur nun bon tempo, et la rencontre, globalement, était équilibrée. Toulouse, comme cela avait été souvent le cas au cours du premier acte, développait des séquences de qualité, mais avait du mal dans la zone fatidique et perdait quelques ballons. Mais Donguy, toujours lui, était l'auteur de la première action de classe depuis la reprise, en s'échappant dans un trou de souris pour finaement être projeté en touche aux 22 mètres.

Mais la plus belle opportunité depuis la reprise, c'est Yann David qui se la procurait, en partant de sa moitié de terrain pour atteindre finalement les 10 mètres auvergnats. Plaqué, sa passe acrobatique ne trouvait pas Donguy, arrivé en renfort. Dommage, car sans cela, le troisième essai semblait imparable. On espérait que Toulouse ne regrette pas ses quelques opportunités gâchées, mais, dans l'ensemble, l'équipe avait repris sa domination et gérait bien la rencontre.

On atteignait l'heure de jeu, et aucun point n'avait encore été marqué depuis l'entame de la seconde période. Le Stade maintenait l'écart mais celui-ci, de six ponts seulement, n'était pas une assurance tous risques. On s'en rendait compte quand Elissalde voyait un de ses drops contré et il s'en fallait de peu pour que les Jaunards ne développent une contre-attaque meurtrière. L'ASM, du reste, profitait de l'indiscipline toulousaine pour bénéficier quasiment coup sur coup de deux pénalités. La première était manquée par Baï, trop court, et Floch,sur la deuxième, ne connaissait pas plus de réussite. Cela venait rappeler à quel point il fallait rester vigilant, car depuis quelques minutes, les visiteurs dominaient.

L'essai marqué par Lavea, qui s'était échappé au ras d'un regroupement, venait récompenser la bonne phase asémiste. La transformation de Parra, réussie, permettait à Clermont de passer devant. Deux minutes plus tard, Clerc était sanctionné pour avoir gardé un ballon au sol et Parra manquait, pour une poignée de centimètres, son coup de pied.
La réaction stadiste arrivait juste après, mais si le ballon était durant de longues minutes dans les mains toulousaines, aucun espace ne s'ouvrait dans la défense auvergnate. A la dernière minute, la défense adverse se mettait à la faute sur un maul. Michalak tentait de profiter de l'avantage sur un drop, qui passait à côté. Le Toulousain se voyait donc offrir une deuxième chance sur pénalité, de 25 mètres le long de la ligne. Mais encore une fois, le ballon ne trouvait pas le chemin. Le score n'allait plus évoluer et le Stade, qui avait si longtemps semblé avoir le match en mains, était doublé sur le fil.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15