• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 03 mai

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 14h45

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Dragons

Les Toulousains ont battu Newport (26-7, avec bonus offensif) lors de la quatrième journée de la Coupe d'Europe.
A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Newport 26 à 7 (mi-temps : 7-0)
Temps agréable; bonne pelouse ; 18.700 spectateurs ; arbitrage de M. Pearson (Ang)
Pour le Stade Toulousain : 4 essais de Jauzion (12), Poitrenaud (50), Médard (58), Fritz (66) ; 3 transformations de Michalak (12, 50, 66).
Pour Newport  :1 essai de S. Jones (79) ; 1 transformation de Smith (79)
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Médard, Kunavore (puis Fritz, 41), Jauzion, Heymans ; (o) Michalak, (m) Kelleher (puis Du Toit, 70) ; Dusautoir, Lamboley (puis Sowerby, 50), Bouilhou (puis Nyanga, 62); Millo-Chluski, Albacete ; Perugini (puis Poux, 50), Servat (puis Basualdo, 66), Human (puis Lecouls, 50).
Newport : Dollman ; Wyatt, Gomer-Davies, Stcherbina, Fussell ; (o) Arlidje, (m) W. Evans ; Charvis, L. Evans, Bearman ; Charteris, McDonald ; Thomas, Willis (cap), Black.

Et de trois ! Dans une rencontre capitale pour son avenir européen, le Stade Toulousain a remporté ce samedi son troisième succès en autant de journées dans cette H Cup 2008-09. Les Rouge et Noir ont livré une prestation solide et souvent inspirée, ce qui leur a permis de faire le plein de points. Ce bon départ est cependant loin d'assurer aux Rouge et Noir la qualification, et il faudra confirmer face à ce même adversaire, dans une semaine au Pays de Galles.
La préparation de la rencontre n'avais pas été un long fleuve tranquille pour les entraîneurs. Jeudi, ils apprenaient en effet le forfait de Donguy, victime d'une fracture du scaphoïde. Et le jour de la rencontre, c'est Fabien Pelous, en délicatesse avec son dos, qui devait lui aussi renoncer. Ces deux défections entraînaient les titularisations de Médard (initialement sur le banc) et d'Albacete, qui devait être ménagé ce week-end.

 

Michalak-Jauzion, combinaison gagnante

 
D'entrée de jeu, Toulouse mettait la main sur le ballon. Kelleher, Médard ou encore Poitrenaud créaient des premières brèches dans la défense de Newport, et le jeu se cantonnait dans la moitié de terrain galloise. Puis c'était un formidable coup de pied de déplacement de Michalak à destination de Médard qui déstabilisait un adversaire qui n'avait pas eu le moindre ballon exploitable à négocier au cours des cinq premières minutes. Enfin, pour conclure cette entame réussie, une combinaison entre Poitrenaud et Heymans n'était pas loin d'aller à dame, mais ce dernier était plaqué à deux mètres de l'en-but.

A la 7ème, Michalak contrait dans les 22 un dégagement gallois et n'était pas loin d'arriver le premier sur le ballon, venu s'immobiliser dans l'en-but. Les opportunités se multipliaient et Newport, qui passait l'essentiel de son temps à défendre, commettait fatalement des fautes. Aucune, jusqu'alors, n'était cependant en position d'être tentée. Le Stade ouvrait on ne peut plus logiquement le score à la 12ème, suite à un superbe coup de pied de Michalak par dessus la défense : le ballon finissait dans l'en-but et Jauzion était le plus prompt pour aplatir (7-0).

Voilà qui récompensait les efforts stadistes, car juste avant l'essai, une percée de Kunavore relayée par Médard avait constitué un nouveau temps fort. Appliqués, performants en conquête, ne laissant tomber aucun ballon, les Rouge et Noir faisaient plaisir à voir et montraient qu'ils avaient attaqué le match par le bon bout. Dommage que Michalak, auteur par ailleurs d'un formidable début de partie, ait manqué de réussite sur une pénalité de 40 mètres en trouvant le poteau.

Les Dragons, peu à peu, mettaient le nez à la fenêtre, il faut dire quelque peu aidés par le jeu au pied approximatif des Stadistes, qui trouvaient deux touches directes en l'espace de quelques secondes. Sur leur première incursion dans les 22 toulousains, les Gallois obtenaient une pénalité, manquée par Charteris pourtant en bonne position. Revigorés par cette petite alerte, les hommes de Novès repartaient à l'abordage et une charge de Jauzion, qui trouvait Heymans au ras, aurait mérité un meilleur sort, tout comme une impressionnante percée de Servat qui, parti depuis ses 22, renversait deux Gallois avant d'être immobilisé tout près de la ligne.

Newport, au final, souffrait mais encaissait peu de points. Michalak, peu en réussite au pied, échouait dans deux nouvelles tentatives, tant et si bien que le score restait à 7-0. A quelques secondes de la pause, Fussell était exclu temporairement après un mauvais geste, en l'occurrence une dangereuse cravate, sur Médard. Voilà qui allait aider les Stadistes à bien attaquer le deuxième acte car le score n'allait plus évoluer, en dépit d'une formidable percée de Médard ponctuée d'un coup de pied à suivre pour Poitrenaud, lequel était devancé in extremis au moment d'aplatir.

 

Fritz donne le bonus

 
Fidèle à ce qu'il avait montré tout au long des quarante premières minutes, le Stade attaquait à tout-va dans les premières minutes. Mais Newport, encore une fois, résistait bien et s'évertuait à conserver le cuir quand il le récupérait. Le club gallois y parvenait plutôt bien, et passait ainsi assez tranquillement les dix minutes où il était en infériorité numérique.

A la 47ème, une formidable récupération de Médard suivie d'un coup de pied à suivre contraignait la défense adverse, sous pression, à concéder une pénalité.  Michalak, malheureux, trouvait le poteau pour la deuxième fois de l'après-midi. Si le manque de réussite du demi d'ouverture empêchait sa formation de prendre ses distances, il fallait aussi souligner son formidable comportement dans le jeu, où il était incontestablement l'un des Toulousains les plus tranchants.

L'ancien joueur des Sharks allait le confirmer à la 50ème, quand un nouveau coup de pied à suivre dans le dos de la défense trouvait admirablement Poitrenaud, qui marquait. Toulouse prenait enfin ses distances et, plus important encore, ne baissait pas de rythme par la suite. Une pénal'touche bien négociée voyait un groupé-pénétrant s'effondrer à quelques centimètres de la ligne, avant qu'une interminable séquence ne se mette en place dans les dix mètres gallois. C'est finalement Médard, au terme d'un joli mouvement des trois-quarts où s'illustrait notamment Michalak, qui recevait une offrande de Poitrenaud pour marquer le troisième essai des siens. Il restait 22 minutes à jouer et la victoire ne faisait plus de doutes : il fallait maintenant aller chercher le bonus.

Conscients qu'il restait quelque chose à conquérir, les locaux continuaient sur leur lancée et c'est Fritz, parfaitement servi par une croisée de... Michalak, qui allait entre les barres. Il ne restait plus qu'à gérer le temps restant. Cela allait être plutôt correctement réalisé, même si le rythme, inévitablement, baissait d'un temps. Toulouse encaissait à la dernière seconde un essai sans conséquence et obtenait sa première victoire bonifiée de la saison en H Cup. Comme aucun joueur stadiste n'avait été blessé au cours de la rencontre, l'après-midi avait été parfaite...

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15