• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 30 août

LA ROCHELLE / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Glasgow Warriors

Contre toute attente, les Toulousains ont été battus à domicile par Glasgow (26-33) lors de la cinquième journée de H Cup.
A Toulouse (Ernest Wallon) -  Glasgow bat Stade Toulousain 33 à 26 (mi-temps : 23-3)
Temps frais ; 18.700 spectateurs environ ; arbitrage de M. Barnes (Ang)
Pour le Stade Toulousain : 2 essais de pénalisation (73), Clerc (75) ; 4 pénalités d'Elissalde (17, 46, 53) et du Toit (80); 2 transformations de Jauzion (73) et Du Toit (75).
Pour Glasgow : 3 essais de Morrison (12), Brown (26), Evans (69); 2 pénalités de Parks (9, 14); 3 transformations de Parks (12, 26, 69) ; 1 drop de Parks (39).
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Clerc, Kunavore (puis Fritz, 41), Jauzion, Heymans ; (o) Michalak (puis Kelleher, 41), (m) Elissalde (puis du Toit, 75) ; Nyanga (puis Lamboley, 60), Sowerby, Bouilhou ; Albacete, Millo-Chluski (puis Pelous, 41); Perugini, Lacombe (puis Basualdo, 60), Poux (puis Human, 41).
Carton jaune : Elissalde (64)
Glasgow : Stortoni ; Piossek, Evans, Morrison, Evans ; (o) Parks, (m) Gregor ; Barclay, Brown, Eddie ; Kellock (cap), Turner ; Low, Hall, Va'A.
Cartons jaunes : Barclay (64), Henderson (77)

Le Stade Toulousain s'est considérablement compliqué la vie en s'inclinant à domicile, contre toute attente, face aux Ecossais de Glasgow lors de la cinquième journée de H Cup. Les Stadistes ont perdu leurs illusions au cours d'une première mi-temps complètement manquée, au terme de laquelle leurs adversaires viraient en tête, 23 à 3. Rien n'est encore perdu pour la qualification, mais quel que soit le résultat de Bath à Newport, dimanche, il faudra, c'est désormais impératif, gagner en Angleterre dimanche prochain. 
Fred Michalak, incertain tout au long de la semaine en raison de douleurs dorsales, tenait finalement sa place et formait la charnière avec Elissalde. Au centre, Maleli Kunavore débutait au côté de Jauzion, ce qui reléguait Fritz sur le banc. En deuxième ligne, Fabien Pelous, une fois n'est pas coutume, était remplaçant et laissait le duo Albacete-Millo débuter. Au talonnage, enfin, Lacombe attaquait la partie alors que Basualdo se tenait prêt à le suppléer.

 

Glasgow prend le large

 
C'est un début de match très rythmé auquel on assistait, notamment grâce aux Toulousains, qui relançaient énormément de ballons et mettaient Glasgow sous pression. En moins de trois minutes, Poitrenaud puis Heymans se procuraient deux opportunités, mais les Ecossais, in extremis, sauvaient la mise.
Cantonnés dans leurs vingt mètres, les visiteurs souffraient énormément, mais profitaient de regroupements pour récupérer au sol quelques ballons, ce qui leur permettait de tenir bon. C'est donc contre le cours du jeu, c'est peu de le dire, que Glasgow ouvrait le score sur pénalité, après que Kunavore eut gardé le ballon au sol.

Puis dans la foulée, un ballon écossais tapé dans les 22 toulousains était mal apprécié par Clerc, et alors qu'il semblait qu'une faute était commise sur ce dernier (M. Barnes avait d'ailleurs recours à la vidéo), le premier essai de la partie était marqué. Voilà qui plaçait les Stadistes dans une inconfortable situation, alors que Glasgow, fidèle à sa réputation, ne lâchait rien et proposait énormément de jeu.

L'affaire ne se passait par mieux par la suite, car moins de soixante secondes plus tard, une faute de Poux suivie d'une protestation rendait une pénalité jouable pour Parks, qui ajoutait trois points. On jouait depuis moins d'un quart d'heure et le score était de 13-0. Fort heureusement, Elissalde, après une obstruction sur Heymans à la suite d'une chandelle, débloquait au pied le compteur de son équipe (3-13).
Le combat faisait rage par la suite, et si Toulouse avait la possession pour lui, il ne parvenait pas à réellement prendre en défaut l'arrière-garde adverse. De surcroît, les hommes de Novès perdaient à nouveau quelques ballons au sol, et sur l'un d'entre eux, Glasgow obtenait une pénalité, cette fois manquée par Parks.

A la 26ème minute, Glasgow marquait son deuxième essai, sur une séquence magnifique conclue par le numéro 8 Kelly Brown. Parks transformait, et le score passait à 20 à 3. Il fallait se pincer pour le croire, mais l'écart devenait très dangereux. Rien, malheureusement, ne s'arrangeait dans les minutes suivantes : les Toulousains ne progressaient pas ballon en mains, et étaient aussi trop pénalisés. Parks, pour la deuxième fois, manquait la cible, et le score en restait à 3-20.
Mais les Ecossais, de plus en plus à l'aise au fil des minutes, ne se contentaient pas de jouer des contres. Et juste avant la pause, Parks ajoutait un drop impeccable, ce qui portait la marque à 23-3. La mi-temps était sifflée sur ce score, et il allait falloir vite oublier ces quarante premières minutes et proposer toute autre chose pour conserver un espoir de succès.

Des efforts mal payés

 
D'entrée de jeu, Toulouse se procurait une énorme occasion, quand Clerc passait en revue la défense adverse pour donner à Pelous, isolé sur l'aile. Hélas, celui-ci manquait le contrôle du ballon et l'action n'allait pas au bout. Mais voilà qui était déjà de bonne augure, alors que les Stadistes semblaient animés d'autres attentions que durant les quarante premières minutes : plus agressifs, plus conquérants, plus présents au soutien, rien n'était comparable.
Malmenés en mêlée, c'est un euphémisme, les Ecossais commençaient à commettre des fautes et Elissalde, à la 46ème, ajoutait trois points. A la 49ème, une action d'école arrivait en bout de ligne où Clerc était repris à un mètre. Tout cela était encourageant mais le temps, évidemment, ne défilait pas en faveur des Toulousains alors que les Britanniques, au contraire, faisaient tout leur possible pour casser le rythme.

Elissalde ajoutait une pénalité à la 53ème, mais cela ne récompensait pas vraiment les efforts toulousains et les occasions qui se succédaient, symbolisées par deux impressionnantes percées de Fritz et Kelleher, sans qu'aucune n'aille derrière la ligne. Aux alentours de l'heure de jeu, cependant, le jeu se cantonnait au milieu du terrain et plus grand chose n'était à signaler, si ce n'est un début de bagarre générale débutée par un échange de points de vue plutôt musclé entre Barclay et Elissalde. Les deux joueurs écopaient d'un carton jaune mais M. Barnes signalait une pénalité pour Glasgow, manquée par Parks alors que le demi d'ouverture était dans une position très favorable.

Le demi d'ouverture écossais bénéficiait à la 64ème minute d'une nouvelle pénalité, qu'il réussissait. Cette fois, les derniers espoirs toulousains venaient de s'envoler, et cela était confirmé par le nouvel essai écossais, cinq minutes plus tard, signé du poison Evans.
Malgré tout, les Toulousains ne baissaient pas les bras. Après avoir à plusieurs reprises mis au supplice la mêlée adverse aux cinq mètres, un essai de pénalisation était justement sifflé en leur faveur. Puis c'était au tour de Clerc d'aller derrière la ligne, pour ramener les siens à 12 points. Il restait cinq minutes pour aller chercher un point de bonus, ce qui allait être fait grâce à une pénalité de Du Toit sur la sirène. Mais cela ne consolera certainement pas les Toulousains, qui auront trainé comme un boulet un premier acte totalement manqué.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15