• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Mont de Marsan

Les Toulousains ont battu Mont de Marsan, à Ernest Wallon, lors de la deuxième journée du Top 14 (37-22, avec bonus offensif).

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Stade Montois 37 à 22 (mi-temps : 17-19 )
Temps couvert ; belle pelouse ; 15.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Péchambert (Périgord Agenais).
Pour le Stade Toulousain : 4 essais de Poux (5), Clerc (14), Lacombe (66), Picamoles (75) ; 3 pénalités de Beauxis (37, 60, 80) ; 4 transformations de McAlister (5, 14) et Beauxis (66, 75).
Pour le Stade Montois : 1 essai de Dubie (18) ; 3 pénalités de Duvallet (2, 9, 39) ; 2 transformations de Duvallet (18, 25) ; 1 drop de Duvallet (53).
Stade Toulousain : Huget (puis Burgess, 68) - Clerc, Jauzion, Poitrenaud, Matanavou (puis Fickou, 48) - (o) McAlister (puis Beauxis, 18), (m) Doussain - Picamoles, E.Maka (puis Nicolas, 41), Nyanga - Boukerou (puis Lamboley, 63), Maestri - Guillamon (puis Steenkamp, 41), Tolofua (puis Lacombe, 48), Poux (puis Johnston, 41).
Stade Montois : Durquet - Price, Dubié, Rabeni, Ryder - (o) Duvallet, (m) Magnaval - Berthous, Ricaud, Tastet - Be.Botha, Lewaravu - Mailau, Grobler, Fiorini.
Cartons jaunes : Tastet (64), Pic (74), Baleinadogo (80)

Une semaine après avoir battu Castres, le Stade a signé sa deuxième victoire de rang dans ce Top 14 2012-2013 en prenant le meilleur sur Mont de Marsan, samedi à Ernest Wallon. Soyons franc, la victoire face au récent promu était prévisible. C'était aussi au niveau du contenu que les Rouge et Noir étaient attendus face au club landais, après avoir rendu une copie plus que perfectible contre le CO. Hélas, force est de constater que beaucoup de travail reste à accomplir. Il faudra maintenant passer la vitesse supérieure lors de la prochaine échéance, à l'extérieur, où Biarritz, à Aguilera, constituera un test de premier choix.

Le réalisme montois
 

Un peu contre toute attente, c'est le Stade Montois qui monopolisait le ballon dans les premières minutes. Une emprise certaine sur le jeu qui aboutissait à une pénalité, tentée et réussie par Duvallet. Mais en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Toulouse réagissait, avec une jolie charge de McAlister, stoppé par un plaquage haut. Plutôt que de tenter la pénalité, une touche était trouvée, et sur le maul qui suivait, le groupé-pénétrant s'effondrait dans l'en-but, pour un essai accordé à Poux. McAlister transformait, et les locaux prenaient les devants, 7-3.

La machine était en ordre de marche, mais il fallait rester vigilant, car Duvallet, à nouveau, passait une pénalité pour ramener son équipe à un point. Sur le coup d'envoi ou presque, les champions de France étaient à deux doigts de marquer leur deuxième essai, mais Poitrenaud, alors que la supériorité numérique était manifeste, ne pouvait contrôler le ballon. Mais ce n'était que partie remise : à la conclusion d'une jolie séquence collective, Clerc s'arrachait et marquait en force, de près, le deuxième essai rouge et noir.

Mais dans ce match débridé, Mont de Marsan jouait tous les coups à fond, et marquait un très bel essai, par Dubie, après une longue séquence. Le promu n'était plus qu'à un point, et les Toulousains, incontestablement, allaient devoir rester sérieux. La suite, malheureusement, n'incitait pas au plus grand optimisme : les Stadistes cafouillaient leur rugby, alors que les Landais, eux, profitaient de la moindre opportunité pour scorer. C'est ainsi qu'à la 25ème, après une nouvelle pénalité de Duvallet, c'étaient bien eux qui prenaient les devants (16-14) !

Alors que l'on approchait la demi-heure de jeu, Matanavou, face à ses anciens coéquipiers, réalisait un joli numéro en soliste et était à deux doigts de marquer, pour finalement être projeté en touche. Par la suite, les minutes défilaient, et le Stade, bien que dominateur, commettait bien trop de maladresses pour repasser devant. Signe qu'il était temps, désormais, de prendre les choses l'une après l'autre, une pénalité obtenue à la 36ème était tentée et réussie par Beauxis, entré en jeu à la place de McAlister, blessé. Toulouse repassait devant, 17-16, mais Duvallet répliquait dans la foulée. 19-17 pour Mont de Marsan, et c'était sur ce score que la pause était atteinte.

 

Des mauls conquérants
 

La reprise ne changeait pas grand-chose à ce qui avait été vu au cours des quarante premières minutes. On ne pouvait pas reprocher aux Toulousains de manquer de volonté, mais des erreurs de transmission ou de discipline venaient réduire à néant leurs efforts. Pire, un drop de Duvallet, en état de grâce, donnait un peu plus d'avance aux visiteurs. On jouait la 53ème, et le tableau d'affichage indiquait 22-17 pour Mont de Marsan.

Bref, rien ne se passait comme prévu, mais Toulouse, piqué au vif, réagissait et campait dans les cinq mètres opposés durant de longues minutes. Les charges se succédaient, mais les assauts étaenit à chaque fois repoussés par une défense plus que vaillante. Sur une mêlée à cinq mètres, Toulouse obtenait coup sur coup deux pénalités, rejouait la mêlée, et finissait par perdre la balle... sur coup franc.

Peu avant l'heure de jeu, Beauxis, sur pénalité, finissait par (maigrement) concrétiser la domination de son équipe, et le score passait à 20-22. Le tournant, on le pensait à ce moment-là, intervenait à la 64ème minute : Tastet, auteur d'un geste dangereux sur Lamboley, écopait d'un carton jaune. Dans la foulée, la pénal'touche aboutissait à un groupé-pénétrant, pour un essai copie conforme du premier (66ème, 27-22).

Le Stade ne menait que de cinq points, mais n'était pas loin non plus du bonus offensif. Voilà où se situait le paradoxe de cette fin de rencontre. Il n'y avait plus qu'une seule équipe sur le terrain, mais les réelles occasions tardaient à venir... Le salut venait finalement de Picamoles, qui héritait d'un ballon dans les cinq mètres, raffutait son vis-à-vis et marquait en force. On respirait un peu mieux.

Le score, de 37-22,après une dernière pénalité de Beauxis, n'allait plus bouger. Toulouse avait obtenu son bonus offensif, mais ce n'était pas pour autant que la prestation accomplie était exempte de tout reproche. Mais, au moins sur le plan comptable, il y avait de quoi être satisfait.

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15