• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 29 novembre

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 20h45

ST vs Grenoble : 29 novembre 2014

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Montauban

Les Toulousains ont très péniblement battu Montauban (9-6) en match de clôture de la 18ème journée du Top 14.
A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Montauban (mi-temps :  6-6)
Temps frais ; belle pelouse ; 19.000 spectateurs environ ; arbitrage de M. Péchambert
Pour le Stade Toulousain : 3 pénalités d'Elissalde (26), Skrela (34, 65).
Pour Montauban : 2 pénalités de Audy (6, 35).
Stade Toulousain : Du Toit - Clerc, Skrela, Kunavore, Ahotaeiloa (puis Lamerat, 69) - (o) Elissalde (puis Gimenez, 33), (m) Michalak - Sowerby (puis Lamboley, 64), Maka (puis Nyanga, 41), Bouilhou - Albacete, Pelous - Poux (puis Montès, 47), Servat (puis Lacombe, 69), Human (puis Lecouls, 16).
Montauban : Jonnet ; Audrin, Viard, Avramovic, Figueirido ; (o) Lespinas, (m) Audy ; Ib. Diarra, Clarkin, Caballero ; Ghezal, Rolland (cap) ; Sa, Mach, Balan.

Malgré l'absence de sept internationaux, le Stade Toulousain a préservé son invincibilité à domicile dans le Top 14 en battant Montauban lors de la 18ème journée du Top 14. Cette victoire permet aux Rouge et Noir d'augmenter leur avance sur le Stade français, battu quelques heures plus tôt à Brive, mais surtout de maintenir l'écart sur Bayonne, cinquième et premier non qualifié pour les demi-finales. La suite s'annonce cependant ardue pour les Toulousains, qui iront à Aimé Giral défier Perpignan, dès vendredi.
C'est une charnière Michalak-Elissalde qui était alignée par Guy Novès, ce qui était attendu. Ce qui l'était peut-être moins était le rôle dévolu à chacun des deux joueurs, puisque Michalak prenait la mêlée et JBE l'ouverture. Quoi qu'il en soit, cette formule libérait une place au centre à David Skrela, qui officiait en compagnie de Kunavore.

 

Le Stade à la peine

 
Le début de partie, globalement équilibré, se faisait par un vent assez violent, qui occasionnait quelques déchets dans le jeu au pied. Du coup, les deux équipes s'évertuaient à jouer le plus possible à la main, ce qui entraînait un rythme soutenu, pour une rencontre agréable à suivre.
Montauban, du reste, faisait mieux que se défendre, et parfois aidé par des ballons rendus un peu bêtement de la part des Toulousains, dominait quelque peu en terme d'occupation. Cela était récompensé à la 6ème minute par une pénalité signée Audy, qui inscrivait les premiers points de la soirée. Toulouse était à deux doigts de répliquer dans la foulée, mais le drop audacieux d'Elissalde, tenté depuis plus de quarante mètres, frôlait le poteau... du mauvais côté.

Désormais dans les 22 adverses, les Rouge et Noir tentaient beaucoup et n'étaient pas très loin de réussir, quand Michalak, sur deux crochets, passait dans un trou de souris, pour finalement être repris. Voilà qui réchauffait le public, lequel réservait une sympathique ovation à Thierry Dusautoir quand celui-ci était montré assis en tribunes sur les écrans géants d'Ernest Wallon. Quelques secondes plus tard, les spectateurs s'extasiaient devant un subtil ballon par dessus la ligne défensive montalbanaise signé... Human, qui n'était pas loin de récupérer le cuir et filer à l'essai !

Mais aussi réjouissantes que soient ces dernières actions, elles ne permettaient pas au Stade de débloquer son compteur. Et Montauban, au contraire, profitait de sa première incursion dans les trente mètres opposés depuis plusieurs minutes pour être très proche d'inscrire le premier essai de la rencontre, par Lespinas, qui avait mis dans le vent la défense rouge et noire à lui tout seul.

Les minutes défilaient et les affaires toulousaines ne s'arrangeaient pas. Si on ne pouvait reprocher aux coéquipiers de Jean Bouilhou de manquer d'investissement, ils étaient trop fréquemment sanctionnés, notamment sur les ballons d'attaque, pour exercer une pression constante sur Montauban. Incontestablement, il fallait se montrer vigilant, car on sentait d'un autre côté les Tarn et Garonnais capables de se montrer dangereux quand ils étaient en possession de la balle.

Elissalde, à la 26ème minute, passait une pénalité sifflée pour un hors-jeu sur un regroupement. Son équipe égalisait, mais il fallait avouer que ces trois points intervenaient au moment où les maladresses commençaient à s'enchaîner à un rythme inquiétant. Toute aussi inquiétante était la blessure au bras de Jean-Baptiste Elissalde, obligé de céder sa place en se tordant de douleur. Certes, Skrela donnait par la suite l'avantage aux siens sur pénalité, mais Toulouse commettait une faute sur l'engagement, et Audy égalisait.
Le score n'allait plus évoluer, et les deux formations regagnaient les vestiaires dos à dos. Pour le Stade, il allait falloir revoir complètement sa copie par la suite, sous la peine de s'exposer à une bien malvenue désillusion.

 

Une si précieuse mêlée

 
Le Stade attaquait la reprise plein de bonnes intentions, mais un important déchet en touche venait à plusieurs reprises ruiner ses efforts. Les champions de France ne parvenaient pas à enchaîner les temps de jeu et ils ne s'étaient pas procuré un semblant d'occasion depuis l'entame du deuxième acte. En face, Montauban était à peu de choses près logé à la même enseigne, et il fallait concéder qu'il n'y avait guère matière à s'enthousiasmer devant le spectacle proposé.

Peu après l'heure de jeu, Toulouse obtenait une pénalité mais Skrela, de plus de quarante mètres il est vrai, manquait totalement sa frappe. On pouvait le regretter, car il était évident à ce moment-là que ce genre d'opportunités ne se reproduirait pas dix fois jusqu'au coup de sifflet final. Heureusement, le Stade pouvait s'appuyer sur une mêlée extrêmement solide, qui prenait peu à peu le dessus sur son homologue adverse. Et c'est sur l'une de ces phases de jeu que les visiteurs étaient à nouveau sanctionnés. Cette fois, Skrela passait son coup de pied et son équipe reprenait l'avantage.

Les Toulousains avaient fait le plus dur, et il fallait maintenant s'atteler à conserver cet avantage, aussi minime soit-il. A peine entré en jeu, le jeune Lamerat amorçait une attaque intéressante en prenant le trou, et la séquence s'achevait par un drop manqué de Du Toit. L'écart ne bougeait pas, mais en mettant ainsi la main sur le ballon, les Rouge et Noir étaient temporairement à l'abri.
Mais Montauban sentait que l'exploit était possible. Sur un ballon tapé à suivre dans l'en-but, Kunavore jouait les pompiers de service. La mêlée à cinq mètres qui suivait mettait une nouvelle fois les Stadistes en difficulté, et ils se mettaient à la faute dans un regroupement. Fortassin manquait d'un rien son coup de pied, les locaux avaient eu très très chaud, tout comme sur le drop tenté soixante secondes plus tard.
Plus rien n'allait être marqué et Toulouse empochait les quatre points de la victoire. On pouvait se féliciter qu'il se soit tiré d'un bien mauvais pas, mais le contenu, incontestablement, ne pouvait le satisfaire.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15