• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 06 septembre

CA BRIVE / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Sale Sharks

Auteurs d'un match superbe, les Toulousains se sont imposés face à Sale (36-17, avec bonus offensif), au Stadium, lors de la première journée de la Coupe d'Europe.

A Toulouse (Stadium) - Stade Toulousain bat Sale Sharks 36 à 17 (mi-temps : 24-3)
Temps beau et agréable ; 28.500 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Clancy (Irlande)
Pour le Stade Toulousain : 5 essais de Médard (3), Clerc (13, 29), Donguy (41, 67) ; 1 pénalité d'Elissalde (23) ; 4 transformations d'Elissalde (3, 13, 29) et Michalak (67).
Pour Sale : 2 essais de O'Donnell (73) et Cohen (79); 1 pénalité de MacLeod (5) ; 2  transformations de MacLeod (73, 79).
Stade Toulousain : Médard ; Clerc, Fritz (puis David, 47), Jauzion, Heymans (puis Donguy,41) ; (o) Elissalde (puis Michalak, 47), (m) Kelleher ; Dusautoir (cap), Picamoles (puis Millo, 47), Bouilhou (puis Nyanga, 70); Abacete, Lamboley ; Johnston (puis Lecouls, 47), Servat (puis Lacombe, 47), Human (puis Poux, 47).
Sale : Vakacegu ; Cohen, Kennedy, Tuilagi, Ripol ; (o) MasLeod, (m) Peel (cap) ; Seymour, Fearns, Gaskell ; Cox, O'Donnell ; Forster, Schwalger, Kerr.

Le Stade Toulousain n'a pas manqué son entame en Coupe d'Europe. Face à l'équipe de Sale, les Toulousains se sont imposés au Stadium, confirmant les progrès entrevus une semaine plus tôt devant Montpellier. Dans une compétition où un faux pas à domicile est souvent synonyme d'élimination, les joueurs de Guy Novès ont donc préservé l'essentiel, et de quelle manière, dans une journée par ailleurs riche en surprises. Ainsi, de nombreux ténors, et parmi eux des anciens vainqueurs (le Munster, le Leinster, Brive, Bath), ont chuté ce week-end, preuve que le danger, en H Cup, peut venir de partout. Les Stadistes auront l'occasion de le vérifier samedi prochain, avec au programme un périlleux déplacement chez les Harlequins.

 
Une demi-heure de rêve

La partie débutait sur les chapeaux de roue côté toulousain : dès la deuxième minute, après une touche captée par Picamoles, le jeu se déployait au large, où Elissalde adressait au pied une fantastique passe àdestination de Heymans. Ce dernier serait Médard, qui, malgré un plaquage de Cohen, trouvait le moyen d'aplatir avant d'aller en touche. On ne pouvait rêver meilleur départ, même si, sur le coup d'envoi, Picamoles se mettait à la faute, ce qui permettait à MacLeod de réduire la marque (7-3).
Dans une rencontre rythmée et plaisante à suivre, des Toulousains appliqués continuaient de dominer. A la 12ème, un groupé-pénétrant parti des 22 allait jusqu'aux cinq mètres de l'en-but anglais. La défense de Sale se mettait à la faute, et Elissalde choisissait alors de jouer rapidement pour tenter un nouveau coup de pied de déplacement, que Médard ne pouvait hélas pas contrôler. Mais ce n'était que partie remise : queques instants plus tard, Fritz prenait le trou et s'échappait, avant de donner à Médard, qui trouvait à son tour Clerc, qui inscrivait en force son 29ème essai dans la compétition, devenant par là même le co-recordman des marqueurs dans l'histoire de la H Cup.

Déchaînés, les Rouge et Noir ne s'endormaient pas sur leurs lauriers. Kelleher marquait même un troisième essai, invalidé par M. Clancy en raison d'un en-avant de passe préalable. On assistait à du très grand spectacle, en tout cas, sur la pelouse du Stadium, et les superbes enchaînements se succédaient, à l'image d'une nouvelle combinason entre Jauzion, Bouilhou et Kelleher, stoppée par un nouveau coup de sifflet de l'abitre à dix mètres environ de la ligne.
Acculés dans leurs 22 mètres, les Sharks n'avaient pas un seul ballon d'attaque à jouer et passaient leur temps à défendre. Il était on ne peut plus logique, dans ces conditions, qu'Elissalde corse la marque sur pénalité (17-3, 23ème).

C'était un véritable rugby de rêve qui était produit durant cette demi-heure, et le troisième essai arrivait naturellement : Elissalde, une nouvelle fois inspiré, trouvait Clerc d'un coup de pied magistral sur toute la moitié du terrain. Ce dernier n'avait qu'à réceptionner et aplatir, pour sa deuxième réalisation personnelle de la journée.
Si le rythme baissait quelque peu jusqu'à la pause, l'emprise toulousaine sur les débats ne se démentait pas. La mi-temps était atteinte sur le score de 24 à 3, et l'affaire était plus que bien engagée.
 
Novès gère l'effectif

Comme cela avait été le cas lors du premier acte, Toulouse atatquait de la meilleure des façons : dès le coup d'envoi, le jeu des trois-quarts faisait la différence et Médard servait en bout de ligne Donguy, entré en lieu et place de Heymans. L'ailier résistait au retour d'un défenseur, pour inscrire le quatrième essai des siens, synonyme de bonus.
Guy Novès choisissait alors de ménager ses troupes, en faisant entrer six remplaçants d'un coup ! Sale, contrairement aux quarante premières minutes, réussissait maintenant à mettre la main sur le ballon. Aux alentours de la 50ème, les visiteurs multipliaient les temps de jeu dans les 22 stadistes, mais sans parvenir à trouver la moindre ouverture au sein d'une défense remarquablement en place. Bref, si la partie s'équilibrait, elle restait d'une grande intensité et se révélait toujours aussi plaisante.

Après une petite période de domination territoriale en faveur des Sharks, Toulouse repartait de l'avant et se procurait quelques opportunités intéressantes. Après l'heure de jeu, sur un ballon de récupération et un contre initié par Michalak, Dusautoir ne pouvait assurer sa passe, qui partait directement en touche. Dans le cas contraire, le cinquième essai paraissait au bout. Mais, à la 67ème, Kelleher adressait une merveille de passe au pied à destination de Donguy, au dessus d'un regroupement. Ce dernier emmenait le ballon au pied, à la manière d'un footballeur, et aplatissait finalement pour son deuxième essai personnel.

Logiquement, la partie baissait d'un ton par la suite. Sale, qui avait l'immense mérite de continuer à jouer comme si le sort de la partie était encore incertain, était récompensé de ses efforts par deux essais à la 73ème, signé O'Donnell, puis Cohen, à la 79ème. Cela, évidemment, ne gâchait en rien la formidable impression laissée par les Toulousains, vainqueurs finalement 36 à 17.
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15