• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 16 août

STADE TOULOUSAIN / US OYONNAX

Ernest Wallon à 18h30

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Stade Français

Vainqueurs du Stade français lors du dernier match de la 22ème journée (43-16, avec bonus offensif), les Toulousains restent positionnés à la troisième place du classement général.

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Stade français 43 à 16 (mi-temps : 10-9)
Temps agréable ; belle pelouse ; 17.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Clouté (Béarn).
Pour le Stade Toulousain : 6 essais de Fickou (26), Clerc (51), Huget (56), Dusautoir (61), Bregvadze (76), Médard (80) ; 1 pénalité de Beauxis (19) ; 5 transformations de Beauxis (26, 56) et McAlister (62, 76, 80).
Pour le Stade français : 1 essai de Fainifo (54) ; 3 pénalités de Porical (2, 23, 33) ; 1 transformation de Porical (54).
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Clerc, Fickou, McAlister, Huget ; Beauxis (puis Médard, 60), Burgess (puis Doussain, 71) ; Nyanga (puis Dusautoir, 45), Galan (puis Picamoles, 45), Bouilhou (cap.) ; Albacete, Maestri (puis Lamboley, 65); Johnston (puis Montès, 62), Bregvadze (puis Tolofua, 45, puis Bregvadze, 57), Steenkamp (puis Kakovin, 45).
Stade français : Porical ; Arias, Turinui, Williams, Fainifo ; (o) Warwick, (m) Fillol ; Burban, Rabadan, Lavalla ; Flanquart, Van Zyl ; Slimani ; Sempéré, Frou.

Le match

Lors des quarante premières minutes, le Stade a confirmé la tendance selon laquelle les matchs qui suivaient le Tournoi s'apparentaient rarement à des parties de plaisir. Après cette première période poussive, à l'issue de laquelle les Toulousains ont regagné les vestiaires avec un seul point d'avance, la suite, heureusement, a été de bien meilleure facture.
Si le Stade français est repassé très temporairement au score, les assauts répétés et une bonne rentrée de l'ensemble des remplaçants a fini par faire plier une équipe visiteuse qui a joué crânement sa chance jusqu'au bout.

L'action

On jouait depuis 26 minutes à Ernest Wallon, et le Stade français menait 6-3, face à une équipe toulousaine clairement en difficulté. La première occasion d'essai allait être la bonne, avec un joli service de Burgess au près pour Huget, lancé comme un boulet de canon. Ce dernier transperçait le rideau défensif parisien et allait sous les poteaux pour donner l'avantage aux siens. Une action importante, qui mettait les Rouge et Noir sur de bons rails.


Le joueur

En manque évident de repères collectifs, les Toulousains ont peiné à enchaîner les temps de jeu en première période. Les occasions ont ainsi été rares lors des quarante minutes initiales, mais dans la grisaille offensive, Clément Poitrenaud s'est pourtant particulièrement distingué. Toutes ses relances ont en effet porté le danger, et le nombre de fois où il a pris le meilleur sur son adversaire direct a été conséquent.
Dans la lignée de ses dernières prestations, le numéro 15 a été irréprochable d'un bout à l'autre de la partie.


Et maintenant ?

Le Stade n'a plus désormais qu'un seul match à disputer à domicile en phase régulière du Top 14 : ce sera lors de l'ultime journée, face à Grenoble.
Autant dire que d'ici là, le programme s'annonce corsé, avec une terrible succession de déplacements. Le premier, samedi sur la pelouse du Racing, une équipe qui reste sur neuf succès de rang, ne sera certainement pas le plus simple.
 

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15