• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 03 mai

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 14h40

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Toulon

En battant Toulon samedi à Ernest Wallon (44-5, avec bonus offensif), les Toulousains ont engrangé un cinquième succès de rang, toutes compétitions confondues.
A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Toulon 44 à 5 (mi-temps : 25-0 )
Temps beau et frais ; belle pelouse ; 18.800 spectateurs environ ; arbitrage de M. Matheu (Armagnac-Bigorre)
Pour le Stade Toulousain : 6 essais de Médard (8, 70), Clerc (10), Poitrenaud (39), Montès (45), Picamoles (68) ; 2 pénalités de Skrela (18, 20) ; 4 transformations de Skrela (8, 39, 45) et Doussain (70).
Pour Toulon : 1 essai de May (59).
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Clerc, Fritz, Jauzion, Médard ; (o) Skrela (puis Doussain, 68), (m) Kelleher  (puis Vergallo, 52); Dusautoir (puis Sowerby, 48), Picamoles, Nyanga (puis Heymans, 73); Albacete, Maestri (puis Millo, 60) ; Montes (puis Poux, 48), Servat (puis Paquet, 48), Human (puis Bousquet, 71).
Toulon : Marienval ; Sinzelle, Kefu, May, Wulf ; (o) Contepomi, (m) Henjak ; El Abd, Fernandez-Lobbe (cap), Missoup ; Schofield, Samson ; Hayman, Genevois, Taumeopeau.
Carton jaune : Kefu (23)

Le Stade Toulousain a terminé de la plus belle des façons un mois d'octobre remarquablement mené, en battant sa bête noire, Toulon, lors de la 11ème journée du Top 14. Ce succès, le cinquième de rang toutes compétitions confondues, place symboliquement les Toulousains en tête du championnat, en attendant un déplacement à Bourgoin, dès jeudi. Un ultime rendez-vous avant la trêve internationale, qu'il conviendra de ne pas manquer.

 

Le bonus à la pause

La partie débutait sur une séquence interminable, longue de près de trois minutes. Au terme de celle-ci, un joli coup de pied par dessus la défense de Contepomi était récupéré par l'Argentin, qui était finalement repris par Clerc. Le Stade, qui obtenait à la sixième une touche à cinq mètres, était à deux doigts de marquer sur une jolie combinaison entre Dusautoir et Picamoles, mais ce dernier laissait échapper le cuir avant d'aplatir.

Toulouse venait de laisser passer une belle occasion, mais sa domination ne se démentait pas par la suite. Dès lors, le premier essai arrivait naturellement, et c'est Médard, après un bon travail de Fritz, qui allait derrière la ligne. La partie débutait bien, et se poursuivait encore mieux : sur un ballon à suivre de Skrela, Clerc faisait parler sa vitesse et était le premier à aplatir. On jouait depuis dix minutes, et le score était de 12-0.

Mais même au delà des deux essais, le jeu rouge et noir faisait plaisir à voir en ce début de rencontre. Les temps de jeu se multipliaient, à un rythme élevé, et aucun ballon ne tombait. La conquête, jusqu'ici impeccable, permettait de fournir bon nombre de munitions à des arrières inspirés. A la 17ème, Skrela, sur pénalité et après une séquence où Clerc et Jauzion avaient été à deux doigts de marquer, ajoutait trois points.

Peu avant la 20ème, le numéro 10 toulousain récidivait, et la marque passait à 18-0, avant que Contepomi, lui aussi sur pénalité, ne manque une occasion de débloquer le compteur de son équipe.
Cette première alerte passée, Toulouse poursuivait sa domination et forçait Toulon à se mettre à la faute. Ainsi, Kefu écopait d'un carton jaune et allait de voir jouer à quatorze durant dix minutes. L'affaire se compliquait pour les Varois, même si on regrettait que la pénal'touche consécutive, à cinq mètres, ait été perdue.

Du reste, cela marquait le début d'une période où le jeu toulousain perdait de sa flamboyance. Le RCT, au contraire, était à deux doigts de marquer sur une action en solitaire de Contepomi. Le même Contepomi qui manquait une nouvelle pénalité, cette fois de trente mètres face aux barres. On s'acheminait ainsi à la pause sur le score de 18-0, mais suite à une chandelle de Skrela, Poitrenaud héritait du ballon après une belle récupération de Jauzion. L'arrière marquait sans opposition et le Stade, à ce moment-là, était en position de marquer le bonus offensif.

 

Montès creuse l'écart

Le Stade réalisait une très bonne entame de deuxième acte. Une nouvelle fois, les Rouge et Noir investissaient le camp adverse, et sur une pénal'touche à cinq mètres, un regroupement se créait et Montès ramassait le cuir pour inscrire le quatrième essai de son équipe.

La victoire, cette fois, ne faisait plus guère de doutes, et Guy Novès en profitait pour faire ses premiers coachings. Le RCT, à partir de la 50ème minute, mettait le nez à la fenêtre et se montrait dangereux en plusieurs occasions.  Mais les visiteurs, souvent maladroits, gâchaient bêtement de nombreuses opportunités.

Les minutes défilaient, et si le rythme de la première mi-temps n'était plus au rendez-vous, la possession, clairement, était toulonnaise. Dès lors, l'essai en bout de ligne de May était conforme à la nouvelle physionomie des débats. Pour le Stade, il allait falloir remettre le bleu de chauffe, car depuis le retour des vestiaires, on assistait à des maladresses inédites jusqu'alors.

Dès lors, et sans doute conscients qu'un nouvel essai varois les priverait du bonus offensif, les Stadistes équilibraient les débats. Et Picamoles se trouvait à la conclusion d'un mouvement d'anthologie, après avoir été servi de façon acrobatique par Fritz. A 37-5 et cinq essais à un, pour une grosse dizaine de minutes à jouer, l'affaire prenait plus que bonne tournure.
Cela se confirmait une minute plus tard, avec un beau slalom de Médard au coeur de la défense adverse pour aller entre les barres. L'affaire était pliée, et la fin de match anecdotique.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15