• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Vendredi 22 août

STADE TOULOUSAIN / CASTRES

Ernest Wallon à 20h30

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / USAP

Privés d'un grand nombre d'internationaux, les Toulousains ont été battus par Perpignan (18-19) lors de la 18ème journée du Top 14.

A Toulouse (Ernest Wallon) - Perpignan bat Stade Toulousain 19 à 18 (mi-temps : 6-12 )
Belle pelouse ; 17.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Gaüzère (Côte Basque-Landes).
Pour le Stade Toulousain : 6 pénalités de McAlister (8, 12, 22, 35, 50, 66).
Pour l'USAP : 1 essai de Hume (70) ; pénalités de Hook (19, 31, 55, 65) ; 1 transformation de Hook (70).
Stade Toulousain : Poitrenaud; Médard, David (puis Jauzion, 69), Fickou, Douguy; (o) McAlister, (m) Burgess (puis Doussain, 66); Lamboley (puis Nicolas, 20), Galan, Bouilhou; Albacete, Millo-chluski (puis Maka, 41); Johnston, Botha, Steenkamp (puis Kakovin, 78).
Carton jaune : Johnston (55)
Perpignan : Michel ; Sid, Marty, Mafi, Planté ; (o) Hook, (m) Cazenave ; Guiry, Tuilagi, Leo ; R.Taofifenua, Vahaamahina ; Pulu, Guirado, S.Taofifenua.
Carton jaune : Planté (12)

Privé d'une kyrielle d'internationaux, le Stade s'est incliné face à Perpignan lors de la 18ème journée du Top 14. Certes, avant cette journée, l'équipe catalane n'avait jamais vraiment brillé à l'extérieur, mais les absents ont certainement pesé lourd côté stadiste, alors que les présents, pourtant, n'ont pas démérité et dominé une bonne partie de la rencontre. Mais quoi qu'il en soit, il faut impérativement se ressaisir dans huit jours, et toujours à domicile, quand ce sera au tour de Bayonne de se rendre à Ernest Wallon.

Un duel de buteurs


On assistait à un début de match équilibré, où les deux équipes se rendaient coup pour coup. La première opportunité était cependant pour Perpignan, avec un joli coup de pied à suivre de Hook pour Sid, mais ce dernier, peut-être gêné par Steenkamp, ne pouvait pas récupérer le cuir.

Peu à peu, cependant, les Toulousains mettaient la main sur le ballon et contraignaient leurs adversaires à la faute. Ainsi, à la 7ème minute, après un bon travail, tout en puissance, de David, McAlister tentait la première pénalité de la soirée : son coup de pied, lointain, trouvait malheureusement le poteau...

La bonne période stadiste se poursuivait, et David, encore lui, prenait le trou, pour servir à hauteur Donguy, repris à cinq mètres. Le ballon sortait in fine pour McAlister, dont le coup de pied de déplacement ne trouvait pas preneur. M. Gaüzère choisissait cependant de revenir à une faute catalane et cette fois, le demi d'ouverture néo-zélandais ouvrait le score (3-0, 9ème). C'était globalement mérité.

Dans la foulée ou presque, Planté écopait d'un carton jaune pour un plaquage très dangereux, car aérien, sur Donguy. Le joueur de l'USAP écopait d'un carton jaune et s'en sortait presque bien sur le coup, car l'ailier aurait véritablement pu se faire très mal.
Désormais en supériorité numérique, le Stade attaquait de plus belle, et un nouveau judicieux coup de pied de McAlister contraignait Mafi à se mettre à la faute, en empêchant Fickou de récupérer l'offrande. Toulouse doublait la mise (6-0, 12ème), et confirmait ses bonnes dispositions.

Toujours à 14, l'USAP réagissait cependant, et après un bon maul démarré dans les dix mètres toulousains, bénéficiait à son tour d'une pénalité, suite à une faute de Lamboley. Hook réduisait l'écart, au moment où Botha, touché à la cheville, devait céder sa place, déjà, à Tolofua.

Mais Toulouse ne s'en laissait pas compter : dès le coup d'envoi, une jolie combinaison Poitrenaud et Médard aboutissait à un coup de pied de recentrage de ce dernier, sur lequel un défenseur sang et or devait aplatir dans son propre en-but, en catastrophé. Suivait une mêlée à cinq mètres, sur laquelle le pack rouge et noir, dominateur, obtenait une pénalité. McAlister creusait l'écart, alors que Lamboley, visiblement victime d'un pépin musculaire, cédait lui aussi sa place.

Malgré ces coups du sort, le Stade ne baissait pas de rythme et continuait à dominer les débats. Certes, on n'assistait pas à de grandes envolées, mais réellement, les champions de France, appliqués et combatifs, mettaient du coeur à l'ouvrage. Mais en face, si les coéquipiers de David Marty subissaient, ils ne rendaient pas les armes. Et après une indiscipline d'Albacete, Hook ramenait les siens à trois points (6-9, 31ème).

La rencontre baissait quelque peu de rythme par la suite, et seule une pénalité de McAlister, à la 35ème (12-6) était à signaler, suivie quasiment immédiatement par un raté assez spectaculaire de Hook, après une faute un peu inutile de Tolofua. La mi-temps était atteinte sur le score de 12-6 (après une nouvelle pénalité manquée par Hook), et si les joueurs de la ville rose, incontestablement, méritaient leur (maigre) avantage, rien n'était acquis quant au résultat final.

Johnston laisse le Stade à 14


Déjà mal en point au cours du premier acte, Millo cédait sa place à Maka dès l'entame du deuxième acte. Avec déjà trois blessés en quarante minutes, le staff pouvait légitimement se faire du souci pour la suite du championnat, même si Maka s'illustrait rapidement en chapardant un ballon et en s'offrant une belle échappée, laquelle n'allait pas à dame.

Du point de vue du jeu, Toulouse campait résolument dans les trente mètres adverses, mais, paradoxalement, ne parvenaient pas à se montrer dangereux, même si les éclairs de McAlister constituaient un danger permanent. De surcroît, les Rouge et Noir perdaient beaucoup de ballons en phase offensive, et notamment dans les rucks, pour espérer creuser l'écart.

A la 50ème, les efforts toulousains finissaient par être récompensés, via une pénalité de l'impeccable McAlister. Pour la première fois, les Stadistes étaient à l'abri d'un essai transformé...
Mais, peut-être conscients d'une avance désormais confortable, ils laissaient par la suite la possession aux visiteurs. Dans un premier temps, la défense, intraitable, ne laissait pas un pouce de terrain, mais Johnston, coupable d'un plaquage à l'épaule, recevait un carton jaune logique, alors que Hook, enfin, passait un coup de pied après deux échecs consécutifs. L'USAP revenait à six points, à la 55ème minute.

Par la suite, Toulouse gérait plutôt bien son infériorité numérique, même si, logiquement, la possession était désormais en faveur des troupes de Marc Delpoux. Peu après l'heure de jeu, Hook poursuivait à distance son duel de buteurs avec McAlister, et Perpignan, désormais, n'était plus qu'à trois points.
La dernière partie de la rencontre promettait d'être tendue... Mais les pensionnaires d'Ernest Wallon pouvaient compter sur une faute idiote de Taofifenua pour respirer un peu plus, toujours grâce à la botte de son buteur.

Mais rien n'était fini : le premier essai de la partie était bien pour les Catalans, avec Hume, qui récupérait un coup de pied à suivre de Marty, dans un désert défensif assez étonnant. Hook transformait, et l'USAP menait 19-18, avec dix minutes à jouer.
Loin de capituler, les coéquipiers de Jean Bouilhou se ruaient à l'attaque alors que le temps, désormais, était compté. Une mêlée donnait aux avants stadistes l'occasion de montrer leur orgueil, et grâce à eux, McAlister obtenait une pénalité, qui, encore une fois, s'écrasait sur le poteau !

Le sort n'était pas en faveur des locaux, qui, dans le peu de temps qui restait, donnaient tout. Mais c'était en pure perte, malgré plusieurs situations chaudes... Toulouse s'inclinait, et si cela semblait sévère au vu de la physionomie de la partie, cela ne changeait rien à l'affaire : comptablement, c'était une très mauvaise affaire...
 

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15