• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 03 mai

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 14h45

Compte rendu

Match Toulon / Stade Toulousain

Les Toulousains ont été battus de peu à Toulon, 22 à 25, lors de la 25ème journée du Top 14.
A Toulon (Mayol) - Toulon bat Stade Toulousain 25 à 22 (mi-temps : 8-16 )
Temps agréable ; bonne pelouse ; Arbitrage de M. Cardona (Provence).
Pour Toulon : 3 essais de Palisson (18), Roberts (42), Armitage (66) ; 2 pénalités de Wilkinson (7, 53) ; 2 transformations de Wilkinson (42, 66).
Pour Toulouse : 1 essai de Clerc (25) ; 5 pénalités de Beauxis (4, 13, 33, 48, 68) ; 1 transformation de Beauxis (25).
Toulon : Lapeyre - Palisson, Messina, Giteau, D.Smith - (o) Wilkinson, (m) Tillous-Borde - S.Armitage, Fernandez Lobbe, Van Niekerk (cap) - Samson, B.Botha - Hayman, Bruno, Lewis-Roberts.
Stade Toulousain : Poitrenaud - Clerc, Fritz, Jauzion (puis David, 59), Donguy - (o) Beauxis, (m) Burgess (puis Doussain, 65) - Dusautoir (cap, puis Nyanga, 51), Picamoles, Bouilhou - Albacete, Maestri - Johnston (puis Montès, 58), Tolofua, Poux (puis Human, 51).

Le Stade s'est incliné à Toulon lors de la 25ème et avant-dernière journée du Top 14. Alors qu'ils étaient déjà qualifiés pour les demi-finales, cette défaite ne prête pas (trop) à conséquence d'un point de vue comptable, mais est venue rappeler que les Rouge et Noir sont encore loin d'évoluer à plein régime. Il leur reste maintenant un seul match (face à Montpellier, samedi prochain au Stadium) et deux semaines d'entraînement pour espérer être au top au moment des demi-finales.

 

Toulouse soigne son entame

Les Toulousains réalisaient une entame pleine d'envie, et tentaient de dynamiser le moindre de leurs ballons. Une très belle passe de Picamoles à destination de Tolofua permettait à ce dernier de faire la preuve de toute sa puissance, sans conséquence. Mais dès la 4ème minute, le RCT était sanctionné pour une faute au sol, et Beauxis, assez logiquement, ouvrait le score.

Si Wilkinson, à la 7ème, égalisait après une faute au sol de Burgess, cela ne nuisait pas à la bonne impression générale laissée par les visiteurs depuis le coup d'envoi. Beauxis, du reste, redonnait l'avantage à son équipe, toujours sur pénalité, peu avant le quart d'heure de jeu. Le seul bémol était malheureusement la touche, où deux ballons avaient déjà été mal négociés.

C'est encore une fois ce secteur qui allait amener le premier essai du match, pour le RCT. Les Varois récupéraient une nouvelle munition, et Giteau transperçait la défense toulousaine pour fixer et transmettre à Palisson, qui aplatissait en coin. Le Stade payait au prix fort ses imprécisions, même s'il n'avait pas à rougir de son entame.

Cherchant toujours à jouer debout et à multiplier les temps de jeu, les hommes de Novès se montraient dangereux sur une superbe séquence, dans laquelle Picamoles se mettait en évidence en chargeant sur une trentaine de mètres. Cela ne donnait rien, mais renforçait l'impression de domination des champions de France, renforcée par l'essai de Clerc, à la réception d'une fort jolie sautée de Beauxis. Toulouse reprenait les devants (13-8, 24ème).

L'emprise stadiste sur les débats ne se démentait pas par la suite. Certes, l'ensemble n'était peut-être pas impérial, mais se montrait en tout cas assez solide pour camper dans le camp adverse. Une nouvelle pénalité était ainsi obtenue, et Beauxis ne laissait pas passer l'occasion de creuser l'écart (16-8, 33ème). C'est sur ce score que la pause était atteinte, et dans le sillage d'un excellent Picamoles, Toulouse s'était montré assez solide pour croire en un exploit du côté de Mayol.

Toulon renverse la tendance

La reprise ne pouvait pas plus mal débuter pour le Stade, qui encaissait un essai de Roberts, de près, après un très impressionnant numéro de Lapeyre. Wilkinson transformait, et les locaux revenaient à un tout petit point (15-16). Cela ne freinait pas les ardeurs des Haut-garonnais qui, dans la foulée, reprenaient les (bonnes) habitudes entrevues lors du premier acte, en mettant la main sur le ballon.

Bien que bénéficiant de l'appui du vent, les coéquipiers de Thierry Dusautoir continuaient à produire du jeu, à multiplier les passes. Ils bénéficiaient finalement d'une pénalité grâce à leur mêlée, et Beauxis, à la 49ème, faisait passer le score à 19-15. Au fil des minutes, la partie devenait quelque peu décousue. Wilkinson, pourtant, exploitait une faute de Picamoles pour ramener son équipe à un point, encore une fois (18-19, 53ème).

Les Stadistes, de toute évidence, étaient moins à leurs aises depuis le retour des vestiaires. Des ballons étaient perdus, et en mêlée, le pack toulonnais prenait l'ascendant de façon inquiétante. Alors que vingt minutes restaient à jouer, il fallait réagir, car en étant dominés de la sorte, ils ne pouvaient pas espérer tenir jusqu'au coup de sifflet final.

Malheureusement, ce que l'on pressentait arrivait : Armitage se jouait de plusieurs défenseurs et marquait entre les barres. On jouait la 66ème minute, et Toulon menait de six points, 25-19. Certes, Beauxis, réduisait le score dans la foulée, mais Toulouse restait derrière. La suite, du reste, n'allait pas procurer le moindre motif d'espoir aux supporters toulousains. Acculés la plupart du temps dans leur camp, leurs protégés ne se procuraient pas la moindre opportunité de scorer et s'inclinaient finalement de peu.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15