• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 01 novembre

LOU / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Compte rendu

Match Toulon / Stade Toulousain

Les Toulousains ont été sacrés champions de France 2012 à la faveur de leur victoire sur Toulon (18-12), samedi au Stade de France.
Au Stade de France (Saint Denis) - Stade Toulousain bat Toulon 18 à 12 (mi-temps : 9-9)
Temps maussade ; terrain gras ; 80.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Poite (Midi-Pyrénées).
Pour le Stade Toulousain : 6 pénalités de McAlister (2, 20, 35, 42, 64, 70).
Pour Toulon : 4 pénalités de Wilkinson (1, 28, 33, 44).
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Clerc, Fritz, David (puis Jauzion, 62), Matanavou ; (o) McAlister (puis Beauxis, 71), (m) Doussain (puis Burgess, 60) ; Dusautoir (cap), Picamoles, Bouilhou (puis Nyanga, 71); Albacete, Maestri (puis Lamboley, 77) ; Johnston, Servat, Steenkamp (puis Human, 77).
Carton jaune : Servat (62)
Toulon : Rooney ; Palisson, Bastareaud, Giteau, Smith ; (o) Wilkinson, (m) Tillous-Borde ; Armitage, Fernandez Lobbe, Van Niekerk (cap) ; Shaw, Botha ; Kubriashvili, Bruno, Lewis-Roberts.
Cartons jaunes : Bruno (62), Kubriashvili (64)

Le Brennus reste chez lui. Au moins une année de plus. A la faveur de sa victoire sur Toulon, samedi, le Stade est parvenu à conserver le trophée remporté une saison plus tôt. Il s'agit du premier doublé toulousain depuis les années 1996-1997, à une époque où le rugby n'était pas vraiment ce qu'il est aujourd'hui. Il s'agit aussi du troisième titre majeur du club en autant d'années. Le quatrième en cinq ans. Une période exceptionnelle, au sens premier du terme, et qu'il ne faut surtout pas banaliser : car dans un sport où le niveau s'élève régulièrement un peu plus, une telle moisson sera sans doute de plus en plus ardue à rééditer dans le futur.

 

McAlister répond à Wilkinson

Le début de partie n'était pas idéal pour le Stade qui, dès la première minute, concédait une pénalité sur une offensive adverse. De 43 mètres face aux barres, Wilkinson n'avait aucun mal à saisir l'opportunité, et son équipe ouvrait le score. Mais dès le coup d'envoi consécutif, c'était au tour de Toulouse d'obtenir une pénalité, sur la ligne des 22. Et McAlister, sans souci, égalisait.

Alors que le ballon était rendu glissant par la pluie qui s'abattait sur Saint Denis, les deux équipes, dans ces premières minutes, rivalisaient de maladresses. Et sur la première mêlée du match, c'était le Stade qui gagnait le ballon, malgré l'introduction toulonnaise. Mais, globalement, les débats étaient équilibrés, même si le RCT avait peut-être un léger avantage en terme de possession... En tout cas, incontestablement, la tension était réellement palpable sur la pelouse.

L'occasion suivante de scorer était toulousaine, avec un drop de McAlister qui passait de peu à côté... On jouait maintenant depuis vingt minutes, et aucune occasion n'était à signaler, que ce soit pour une équipe ou pour l'autre. Toulouse, pourtant, allait prendre l'avantage sur pénalité, une nouvelle fois grâce à son pack, qui bénéficiait d'une pénalité sur mêlée. De 40 mètres, dans l'axe, McAlister confirmait la bonne impression laissée au Stadium une semaine plus tôt.

Peu à peu, les joueurs de la ville rose semblaient poser leur empreinte sur le match. Hélas, un petit pêché de gourmandise de Clerc, sur une relance, coûtait néanmoins une pénalité, exploitée par Wilkinson. Les deux équipes se retrouvaient une nouvelle fois à égalité, 6-6. Mais pas pour longtemps : David commettait une faute au sol et l'ouvreur toulonnais, de près de cinquante mètres, poursuivait son sans faute.

Incontestablement, le Stade connaissait une période de moins bien, mais pouvait encore et toujours compter sur sa mêlée, plus que jamais dominatrice. C'est par ce biais qu'il obtenait une nouvelle pénalité, convertie par McAlister (9-9, 35ème). Le même McAlister, juste avant la pause, voyait sa tentative de drop s'écraser sur le poteau. Les deux formations regagnaient les vestiaires dos à dos, et bien malin, à ce moment-là, qui pouvait prédire l'identité du vainqueur.

 

La mêlée, encore et toujours

Le deuxième acte débutait sur un scénario connu : une maladresse amenait une mêlée, et le paquet d'avants toulousain prenait le dessus. De 43 mètres, désaxé, McAlister, passait trois points plus qu'importants. Mais dans ce match toujours aussi crispé, Toulouse était à son tour sanctionné en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Et Wilkinson, évidemment, égalisait.

Peu après l'heure de jeu, et à l'issue d'une action à priori anodine, Bruno et Servat écopaient chacun d'un carton jaunes. Quelques instants plus tard, une touche en faveur de Toulouse était assurée par... Picamoles, et les Rouge et Noir investissaient les 22 varois... En pure perte, car sur une mêlée en leur faveur, M. Poite donnait, pour la première fois, l'avantage aux avants toulonnais.

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Wilkinson, pile poil sur la ligne médiane, connaissait sur pénalité son premier échec de la soirée. Les deux équipes restaient à égalité, mais incontestablement, Toulon était sur une pente ascendante, depuis quelques minutes. Heureusement, et encore une fois, la mêlée rouge et noire permettait aux champions de France de se dégager à moindres frais, après l'obtention d'une énième pénalité.

C'est la mêlée qui redonnait une nouvelle fois l'avantage à Toulouse, toujours après une pénalité de McAlister. C'était d'ailleurs coup double, car sur le coup, Kubriashvili écopait d'un carton jaune. Le Stade allait quasiment finir la rencontre en supériorité numérique, et était à deux doigts d'en profiter, sur une percée plein champ de McAlister, achevée par un coup de pied à suivre de ce dernier, sur lequel Lapeyre, in extremis, s'interposait. Mais Toulouse était sur un temps fort, et bénéficiait d'une pénalité, réussie par McAlister. Il restait dix minutes à jouer, et jamais l'avance n'avait été aussi importante (18-12).

Les dernières minutes, évidemment, étaient plus que tendues. A la 74ème, le RCT obtenait une pénalité, et Wilkinson, plutôt que de la tenter, choisissait d'occuper le terrain. L'Anglais trouvait une superbe touche, quasiment aux cinq mètres, et une supériorité numérique énorme, à l'aile, était gâchée par Toulon. Les Varois venaient de laisser passer leur chance. Toulouse tenait son titre.

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15