• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 30 août

LA ROCHELLE / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match USAP / Stade Toulousain

Les Toulousains ont été éliminés en demi-finale du championnat de France par Perpignan (21-13). Place maintenant à la finale de la H Cup, samedi face à Biarritz.
A Montpellier (Mosson) - USAP bat Stade Toulousain 21 à 13 (mi-temps : 9-13)
Temps agréable ; belle pelouse ; 32.000 spectateurs environ ; arbitrage de M. Poite (Midi-Pyrénées)
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Bézy (9) ; 2 pénalités de Skrela (19, 28) ; 1 transformation de Bézy (9).
Pour Perpignan : 7 pénalités de Porical (10, 16, 23, 42, 51, 61, 78).
Stade Toulousain : Poitrenaud - Delasau, Fritz (puis Médard, 73), Jauzion, Heymans - (o) Skrela, (m) Bezy - Maka (puis Dusautoir, 60), Sowerby, Bouilhou (cap, puis Sowerby, 64) - Maestri, (puis Millo, 50) Albacete - Human (puis Lecouls, 41), Lacombe (puis Servat, 50), Johnston (puis Poux, 41).
USAP : Porical ; Sid, Marty, Mermoz, Manas - (o)  Hume, (m) Durand - Pérez, Tuilagi, Tonita - Tchale-Watchou, Olibeau - Mas (cap.), Guirado, Freshwater.

L'aventure toulousaine dans le Top 14 2009-2010 s'est arrêtée ce samedi à Montpellier face à Perpignan, champion de France en titre. Battus par les Catalans, les Toulousains vont maintenant se tourner vers ce qui constitue depuis plusieurs semaines leur objectif n°1 : la conquête de la Coupe d'Europe. Le dernier match de la saison rouge et noire aura donc pour cadre le Stade de France, et l'ultime adversaire sera le Biarritz Olympique.

 

Bézy à la conclusion

On assistait à un début de rencontre excessivement rythmé, où les deux équipes, visiblement, n'avaient d'autre objectif que d'envoyer du jeu. Dès la 4ème minute, suite à une faute au sol catalane, Toulouse bénéficiait d'une pénalité, située au delà de la ligne médiane. Fritz tentait le coup, mais si la distance y était, le ballon filait de peu gauche des barres.

Bien dans le match, le Stade s'offrait la première véritable occasion de la partie, avec une superbe percée de Bouilhou, malheureusement repris à une vingtaine de mètres. Mais la seconde allait être la bonne : sur un ballon de récupération, Toulouse développait une contre-attaque fulgurante, où s'illustraient Fritz, Poitrenaud et Skrela. Ce dernier fixait et donnait à Bézy, qui aplatissait. Toulouse menait 7-0.

Hélas, dès le renvoi, Toulouse se mettait à la faute, ce qui permettait d'emblée à Porical de réduire le score. Toujours aussi alerte, la partie se poursuivait, globalement équilibrée. Au quart d'heure de jeu, Johnston était pénalisé sur mêlée, et Porical, encore lui, ne se privait pas pour doubler la mise. On touchait là du doigt la faiblesse stadiste depuis le coup d'envoi : trop souvent sanctionnés, les hommes de Novès rendaient ainsi trop de ballons à leur adversaire.

L'indiscipline, cela dit, n'était pas l'apanage des Toulousains, car Skrela, moins de soixante secondes plus tard, réussissait lui aussi son coup de pied (10-6, 19ème). Mais en mêlée, Toulouse souffrait de plus en plus : sanctionné à plusieurs reprises, le pack stadiste donnait à la 20ème l'occasion à Porical de réussir son troisième coup de pied de la soirée.

A la 25ème, suite à un groupé-pénétrant toulousain, Bézy s'échappait sur plusieurs dizaines de mètres. Admirable de culot, le jeune demi de mêlée, repris, ne trouvait pas Delasau, arrivé au soutien. Tout cela n'était pas vain, car dans la foulée ou presque, Skrela héritait d'une nouvelle pénalité, qu'il convertissait.
Peu à peu, Toulouse prenait le jeu à son compte. Dominateurs territorialement, les coéquipiers du capitaine Bouilhou semblaient capables de marquer sur chaque ballon de récupération.

L'emprise toulousaine sur les débats restait constante jusqu'à la pause. Certes, la défense usapiste faisait bonne garde, mais les escarmouches se multipliaient, notamment par Bouilhou, omniprésent. Le Stade menait ainsi 13-9 quand les deux équipes regagnaient les vestiaires.

 

Perpignan redémarre fort

La reprise ne se passait pas de la meilleure des façons pour Toulouse, pénalisé sur mêlée. De 55 mètres, Porical, décidément en réussite, ramenait son équipe à un point. Globalement, l'USAP était mieux revenu dans le match, alors que le Stade perdait le ballon trop rapidement et peinait à enchaîner les temps de jeu.

Clairement en difficulté, Toulouse ne parvenait plus à mettre la main sur le cuir. A la 51ème minute, c'est la mêlée toulousaine, une nouvelle fois, qui était sanctionnée. Porical, en position favorable, poursuivait son sans-faute : pour la première fois, le champion de France prenait les devants. Contrairement à ce que l'on avait observé en première période, les Rouge et Noir ne parvenaient pas à s'installer dans la moitié de terrain adverse, et au contraire, Perpignan, sur un superbe mouvement, n'était pas loin de marquer son premier essai.

Beaucoup plus haché, le match donnait moins matière à s'enflammer. Côté toulousain, on assistait malheureusement à des maladresses inédites par rapport aux quarante premières minutes. Mais, plus grave encore, cela faisait un long moment que les Haut-garonnais n'étaient pas sortis de leurs trente mètres, alors qu'ils couraient désormais après le score.

Peu après l'heure de jeu, Porical, à nouveau au delà de la ligne médiane, restait à 100% de réussite. L'écart passait à cinq points (13-18), et il n'y avait pas grand chose à redire.
Malgré un sursaut dans les minutes suivantes et la rentrée de joueurs frais, le Stade ne se montrait pas dangereux. Au contraire, l'impérial Porical passait un dernier coup de pied à deux minutes du coup de sifflet final. Les Toulousains échouaient finalement de peu, et pouvaient regretter une deuxième mi-temps manquée, alors que le coup semblait jouable après quarante minutes.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15