• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 16 août

STADE TOULOUSAIN / US OYONNAX

Ernest Wallon à 18h30

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Doussain : « Tous projetés sur le club »

Jeudi 3 novembre 2011
Doussain : « Tous projetés sur le club »
Quel bilan personnel tires-tu de ton aventure néo-zélandaise ?

Un bilan positif. Pour moi, ce n’était que du bonus d’être appelé, car cela, au départ, était inespéré. Evidemment, nous avons échoué en finale, et ce match laisse beaucoup de regrets. Mais personnellement, ça a été quelque chose de fort, que je garderai longtemps en moi.  

Par quels moyens as-tu suivi l’actualité toulousaine depuis le bout du Monde ?

Il a été compliqué de regarder les matchs en direct, car suivre les rencontres à 2 heures du matin, forcément, ce n’était pas l’idéal.  On a suivi les résultats de près sur Internet et on était vraiment contents de voir que tout se passait bien en ce début de championnat.  

Comment as-tu géré, mentalement, de connaître ta première cape lors d’ une finale de Coupe du Monde ?


Je ne peux pas dire comme un match comme tous les autres, car c’est vraiment particulier… Ce fut un moment unique, très fort. Après, je n’ai pas trop réfléchi au moment de pénétrer sur le terrain. J’espérais rentrer, comme tout joueur qui postule sur une feuille de match.

Est-ce que, malgré un temps de jeu limité, on apprend beaucoup dans une aventure comme celle-ci  ?

Pour un joueur de 20 ans, vivre au quotidien avec les meilleurs joueurs français, s’entraîner avec eux... même si on ne joue pas, chose qui est un peu frustrante, ça ne peut faire que progresser. On emmagasine de l'expérience, même si c’est vrai que c’est sur le terrain que l’on progresse le plus. C’était vraiment intéressant de côtoyer ces joueurs et de participer à une Coupe du Monde. Je pense ne pas être le seul à croire que c’est unique.

Revenir dans le bain toulousain, après une telle aventure, ce n’est pas trop perturbant ?

Non, pas du tout. Une fois le match terminé et la défaite évacuée, j’avais vraiment envie de revenir et de jouer. Ça faisait un mois et demi que je n’avais quasiment pas joué, j’avais envie et besoin de rugby. Je suis sur la feuille de match ce week-end, et c’est vraiment un gros soulagement. Je suis très content, d’autant plus qu’il y a beaucoup de concurrence à la charnière en ce moment.

Comment as-tu trouvé la prestation de tes coéquipiers face au Stade français ?


C’est vrai, ça a été un match compliqué, contre une bonne équipe de Paris qui a très bien défendu. C’était difficile de les prendre en défaut.  Nous avons manqué quelques ballons en conquête, ce qui ne nous a pas facilité la tâche.  Même si les gars étaient fatigués, la victoire a finalement été au rendez-vous. Et c’est tout bénéfique pour le Stade Toulousain. 

Que penser de cette équipe de Perpignan, qui alterne le meilleur et le pire cette saison ?

Si l’USAP a enchaîné quelques défaites ces derniers temps,  nous savons aussi que cela reste  une grande équipe. Il y a des internationaux qui reviennent, et la paire de centre Marty-Mermoz sera sans doute être alignée.

On ne peut que s’attendre à un match très compliqué, dans tous les domaines, comme à la mêlée avec le retour de Mas et Guirado. Même si ils ont perdu leurs  derniers matchs, ça va être rude. Car c’est une équipe touchée dans son orgueil.

Retrouver éventuellement face à vous un Nicolas Mas ou un Maxime Mermoz, dès samedi, c’est particulier ou on arrive à en faire abstraction ?


C’est certain, ça fait bizarre. Mais maintenant, on a basculé sur autre chose. On est tous projetés sur le club, sur le Stade Toulousain. Bon, retrouver certains joueurs en face sur le terrain, avec lesquels nous étions encore il y a dix jours, c’est particulier… Mais maintenant, il faut penser à l’avenir du club.
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15