• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 16 août

STADE TOULOUSAIN / US OYONNAX

Ernest Wallon à 18h30

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Du retard à l'allumage

Mardi 14 août 2012
Du retard à l'allumage

Depuis l'avènement du rugby professionnel (1998), le Stade Toulousain a le plus souvent débuté le championnat de France en déplacement (treize fois sur quatorze exactement).  Il a connu lors de ces derniers matchs des fortunes diverses : après notamment une période pour le moins délicate uniquement ponctuée de défaites, de 2001 à 2005, le club a su soigner son entame et reste sur cinq victoires lors de ses sept derniers baptêmes du feu. 

Sur la période 1998-2012, les Rouge et Noir présentent un bilan équilibré , avec sept victoires pour autant de revers. Une statistique bien en deçà de celles affichées par le club sur l'ensemble d'une saison et qui s'explique par plusieurs facteurs :

- On l'a dit, le Stade a ainsi débuté 13 fois en 14 ans à l'extérieur, là où il est évidemment moins performant, globalement, qu'à domicile.

- Aucun choc n'a jamais été jamais programmé pour les Toulousains lors de la première journée. Cela signifie que les Stadistes affrontent des équipes qui n'étaient pas qualifiées pour les demi-finales de la saison précédente. Ces équipes ont donc terminé plus tôt, et du coup repris plusieurs semaines avant les joueurs de la Ville Rose. Ils abordent donc l'ouverture du championnat "mieux" préparés.

- Enfin, sans doute conscientes qu'il vaut mieux affronter le Stade au mois d'août que début octobre, alors que la Coupe d'Europe pointe son nez, on ne peut s'empêcher de penser que les équipes qui accueillent les Rouge et Noir lors de la première journée, conscientes du "coup" à jouer, abordent ce match particulièrement déterminées.

Bien évidemment, et même si un départ globalement réussi peut donner la possibilité de gérer au mieux ses fins de parcours, un match inaugural n'est (au mieux) qu'un match à cinq points : une défaite ne plombe pas la suite du Top 14, pas plus qu'une victoire n'est gage de garantie. Mais les observateurs n'auront toutefois pas manqué de remarquer que lors des quatre de ses cinq derniers titres de championnat de l'ère moderne (1999, 2001, 2008 et 2011), le Stade s'était toujours imposé lors de la première journée.

 

Les quatorze dernières entames du club
 
2011-2012 Bayonne-Stade 18-13
2010-2011 Stade-Agen 44-24
2009-2010 Montauban-Stade 16-17
2008-2009 Montpellier-Stade 16-11
2007-2008 Dax-Stade 10-15
2007-2006 Brive-Stade 9-24
2005-2006 Bayonne-Stade 12-26
2004-2005 Pau-Stade 28-16
2003-2004 Montpellier-Stade 50-31
2002-2003 USAP-Stade 32-17
2001-2002 Béziers-Stade 31-26
2000-2001 Auch-Stade 13-56
1999-2000 USAP-Stade 35-21
1998-1999 La Rochelle-Stade  6-18

 

2011-2012

Privé d'un nombre plus qu'important de joueurs cadres, retenus au même moment à la Coupe du Monde Néo-zélandaise, le Stade dispute un match typique des débuts de saison. Beaucoup d'imprécisions et de fautes permettent à Bayonne de creuser l'écart, et à moins d'une minute du coup de sifflet final, tout indique que c'est bredouille que les Rouge et Noir vont repartir de Jean Dauger.
C'est sans compter sur McAlister qui, trois jours à peine après avoir débarqué au club, sort de sa boite et sert Jauzion sur un plateau, dans les arrêts de jeu. Les hommes de Novès empochent ainsi le bonus défensif et sauvent les meubles.
 

2010-2011
Sous le regard d'un public toulousain peu habitué à débuter la saison à domicile, les Rouges et Noir disputent contre Agen un match accompli, vêtus de leur nouveau maillot blanc. Même si le score final de 44 à 24 laisse deviner le niveau de jeu affiché par les Toulousains, de nombreux réglages restent à effectuer. Un relâchement  en fin de match a certes failli leur coûter le bonus, mais le bilan de cette entrée en matière, disputée sans les internationaux, est toutefois plus que positif.

2009-2010
C'est sous un temps caniculaire que les Toulousains disputent le parangon d'un match de reprise : approximations, maladresses, tout y passe, même si, sur le plan de l'engagement, rien ne peut leur être reproché. Mené 16-10 jusqu'à la 80ème minute, le Stade s'impose finalement sur la sirène, grâce à un essai en puissance d'Albacete, suivie d'une transformation, pourtant délicate, réussie par Elissalde.


2008-2009
Clairement en rodage, les Toulousains sont dominés en première période, mais regagnent les vestiaires avec cinq points d'avance (8-3). Le réalisme des champions de France a fait la différence, alors que dans le camp héraultais, Todeschini manquait bon nombre de pénalités jouables.
Mais l'entame du deuxième acte sera fatale aux Toulousains, qui encaissent dix points en six minutes. Une indiscipline chronique (18 pénalités concédées, soit le record de la saison) empêchent les visiteurs de recoller au score.

2007-2008
A Dax, avec une charnière inédite Kelleher-Elissalde, Toulouse s'impose 15 à 10. Aucun essai ne sera marqué au cours de la rencontre, et "JBE" inscrit la totalité des points de son équipe, via quatre pénalités et un drop. Comme Baby la saison précédente à Brive, Bouilhou écope d'un carton jaune : c'est la quatrième fois consécutive que les Rouge et Noir sont ainsi sanctionnés lors du premier match de leur saison.

2006-2007
Si l'équipe est encore loin d'être au point et que la performance globale reste moyenne, Toulouse s'impose sans trop de souci à Brive, 24 à 9. Clerc et Jauzion marquent chacun un essai, et le score est complété par la botte de Courrent, qui joue en Corrèze face à son ancien club son premier match sous le maillot stadiste.

2005-2006
Devant les 13.000 supporters bayonnais du stade Jean Dauger, Toulouse écope de trois cartons jaunes (F. Maka, Bru, Hasan) mais s'impose logiquement 26 à 12 contre Bayonne. Les quatre essais marqués par Elissalde, Jauzion et Fritz (2) donnent le bonus offensif à l'équipe, qui prend la tête du championnat. Le Stade alignera par la suite huit autres succès et restera à la première place jusqu'à la 14ème journée.

2004-2005
Décidément fâché avec les matchs inauguraux, Toulouse passe totalement à côté à Pau (16-28). Si Florian Fritz marque le seul essai toulousain pour sa première apparition en rouge et noir, il récolte également un carton jaune bien malvenu dix minutes plus tard, alors que son équipe a recollé au score.   C'est la quatrième saison de rang que le Stade s'incline lors de la première journée.

2003-2004
Privé de ses internationaux retenus pour la Coupe du Monde, le Stade débute le championnat de façon cauchemardesque et subit une véritable correction à Montpellier (50-31), alors que l'écart était minime à la pause (19-16 pour le MHRC). Jeanjean réussit un doublé, Clerc marque aussi, mais le collectif est très à la peine et multiplie les fautes, ce qui permet à Bortolussi d'inscrire 25 points. C'est la plus lourde défaite de la saison pour les Toulousains.

2002-2003
Nouvelle entame à Perpignan et nouvelle défaite. Avec un fort vent en leur faveur en première période, les Toulousains regagnent néanmoins les vestiaires menés au tableau d'affichage. La messe est dite et le score final (32-17) est lourd. Seule éclaircie dans ce match, pour son premier match sous ses nouvelles couleurs, un certain Vincent Clerc marque son premier essai de la saison. Beaucoup d'autres suivront.

2001-2002
Au coeur du mois d'août, dans un stade de la Méditerranée copieusement garni, les Toulousains réalisent une bien mauvaise entame et s'inclinent face à Béziers 26 à 31. Bru marque le seul essai stadiste et Michalak connaît une belle réussite au pied (7 pénalités réussies), mais l'indiscipline coûte cher aux joueurs de Novès. C'est un départ, qui sera confirmé une semaine plus tard avec la défaite contre Biarritz, au Stadium (24-30).

2000-2001
C'est un petit festival qui est réalisé par les Rouge et Noir à Auch, qui s'était maintenu in extremis la saison précédente. Les Stadistes marquent à huit reprises, grâce à Fillol, Lièvremont, Bouilhou, Desbrosse, Garbajosa (2), Labit et Marfaing. Les 56 points ainsi inscrits constituent le record de cette saison 2000-2001.

1999-2000
Le calendrier n'est pas tendre et propose d'entrée un déplacement plus que délicat à Aimé Giral, antre de Perpignan. L'addition sera salée pour les Toulousains qui, s'ils marquent 21 points, en encaissent 35, ce qui constitue leur plus lourde défaite de la saison. Stensness et Violle marquent chacun un essai au cours de la rencontre.

1998-1999
Face à La Rochelle, qui avait terminé l'exercice précédent à la neuvième place (sur dix), le Stade connaît une entame assez sereine et s'impose 18 à 6. L'histoire retiendra que le premier essai de la saison est inscrit côté toulousain par un certain Fabien Pelous. Un autre essai, de pénalisation, ainsi que les coups de pied d'Ougier et Deylaud assurent le premier des cinq succès de rang que connaîtra le club en début de parcours.
 

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15