• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 29 novembre

STADE TOULOUSAIN / GRENOBLE

Ernest Wallon à 20h45

ST vs Grenoble : 29 novembre 2014

Edimbourg à quitte ou double

Samedi 12 janvier 2008
Edimbourg à quitte ou double
A Dublin (RDS) - Leinster bat Stade Toulousain 20 à 13 (mi-temps: 10-3)
Temps pluvieux; pelouse grasse; 25.000 spectateurs environ; arbitrage de M. Barnes (Ang)
Pour le Leinster: 2 essais de Fitzgerald (32, 58); 1 pénalité de Contepomi (3); 2 transformations de Contepomi (32, 58); 1 drop de Contepomi (80).
Pour le Stade Toulousain: 1 essai de Donguy (70); 1 pénalités de Courrent (40, 53); 1 transformation de Courrent (70).
Leinster: Dempsey; Fitzgerald, O'Driscoll (cap), D'Arcy, Kearney; (o) Contepomi, (m) Keane; Jennings, Heaslip, Gleeson; Cullen, O'Kelly; Keane, Wright, Jackman.
Stade Toulousain: Poitrenaud ; Clerc, Fritz, Kunavore (puis Donguy, 65), Heymans ; (o) Courrent (puis Du Toit, 70), (m) Kelleher (puis Elissalde, 41) ; Dusautoir, Sowerby, Nyanga (puis Bouilhou, 55) ; Pelous, Lamboley (puis Millo, 55); Poux (puis Perugini, 58, Servat (puis Lacombe, 65), Human.
Carton jaune: Lamboley (22)

Battus sur le terrain du Leinster lors de la quatrième journée de Heineken Cup, les Toulousains devront attendre la venue d'Edimbourg pour tenter d'accéder aux quarts de finale de la compétition. La défaite survenue en Irlande a malheureusement dessiné une tendance : si quart de finale il y a, les joueurs de Novès ont de fortes chances de le disputer à l'extérieur. Face aux Ecossais, un match nul sera en revanche suffisant pour se qualifier.
Par rapport à l'équipe qui avait débuté face à Castres, les lignes arrières avaient une allure plus classique: Poitrenaud retrouvait le poste d'arrière et Heymans son aile de prédilection. Kunavore, forfait face au CO, était aligné au centre en compagnie de Fritz. A la charnière, au côté d'un Courrent qui s'affirme de plus en plus indispensable au fil des matchs, c'était au tour de Byron Kelleher de débuter. A l'avant, le staff enregistrait les retours de Fabien Pelous (absent la semaine dernière en raison d'un lumbago) et de Thierry Dusautoir en tant que titulaire, au sein d'une formation, on l'a dit, sans surprise.

 

Le Leinster attaque fort

 

On jouait depuis trois minutes au RDS et seul le Leinster, quasiment, avait touché le ballon: les Irlandais attaquaient tambour battant et les Toulousains défendaient tant bien que mal face à la furia de leurs adversaires. Sur l'action, les Stadistes se mettaient à la faute et Contepomi ouvrait le score. Pas encore dans le match, les hommes de Novès perdaient par la suite quelques ballons, d'abord sur un regroupement où le ballon était arraché des mains de Lamboley, ensuite sur une touche directe de Kelleher, hors de ses 22 au moment où il tapait.
Les difficultés stadistes se confirmaient à la 13ème minute avec une pénalité concédée sur mêlée, ratée par Contepomi. C'était un moindre mal, tant les Toulousains éprouvaient les pires tourments à conserver le ballon. Il fallait attendre la vingième minute pour voir les visiteurs passer ballon en mains les 22 adverses. La séquence était stoppée sur une passe mal assurée (une de plus, hélas, serait-on tenté de dire), et sur l'offensive suivante, le Leinster traversait tout le terrain et obtenait une pénalité, qu'il ne tentait pas, preuve de la confiance qui habitait la province à ce moment-là.
Sur la pénal'touche, un maul se structurait et Lamboley se mettait à la faute en écroulant le groupé-pénétrant. Le deuxième ligne écopait d'un carton jaune et son équipe se retrouvait en infériorité numérique. Les minutes suivantes, comme cela était prévisible, se déroulaient dans les dix mètres français. O'Kelly aplatissait à la 31ème minute, mais Kelleher, au prix d'un bel effort, parvenait à s'imiscer entre le ballon et le sol. Mais à force de plier, la défense finissait par craquer. Sur une énième mêlée, le jeu partait au large et la maestria de Contepomi faisait le reste: après avoir attrapé une passe acrobatique de O'Driscoll, le demi d'ouverture servait magnifiquement Fitzgerald, qui marquait.
Dans les arrêts de jeu, alors que Lamboley avait retrouvé ses coéquipiers, Toulouse franchissait la ligne médiane et bénéficiait d'une pénalité (enfin !) qui était réussie par Courrent. La pause était atteinte sur un score de 3-10, et compte-tenu du faible nombre d'opportunités dont avaient bébéficié les Toulousains, on pouvait presque dire que ces derniers s'en tiraient à plutôt bon compte.

 

Doublé pour Fitzgerald

 

Elissalde, en lieu et place de Kelleher, attaquait le deuxième acte à la mêlée. Dès la première minute, Fritz réalisait une superbe percée, donnait à Lamboley qui transmettait à son tour à Nyanga mais ce dernier, mis à terre, perdait le ballon à cinq mètres de la ligne. Dommage, mais la suite immédiate allait confirmer que le Stade était dans d'autres dispositions que lors de la première mi-temps.
Quelques instants plus tard, après un contre de l'un de ses partenaires, Heymans semblait récupérer le ballon mais était sanctionné pour un en-avant assez peu évident. Ce n'était que partie remise, et sur une mêlée, à la 46ème minute, le Leinster était pénalisé alors que le pack rouge et noir progressait de façon significative. Courrent, de 40 mètres sur la droite, manquait la cible et si le score restait à 3-10, on avait la sensation d'assister à un tout autre match depuis la reprise des débats.
A la 50ème, un formidable numéro de Heymans semblait promis à l'essai: l'ailier fixait le dernier défenseur, donnait de façon acrobatique mais à la réception, Lamboley et Sowerby se gênaient et laissaient tomber le ballon, alors qu'ils étaient tout au plus à trois mètres de la ligne, sans aucun adversaire. Les Irlandais souffraient terriblement, mais le Stade ne parvenait pas jusqu'ici à concrétiser ses temps forts au tableau d'affichage. C'était chose faite à la 53ème minute, après un hors-jeu du Leinster sur un regroupement. Cette fois, Courrent passait son coup de pied et Toulouse recollait (6-10).
On pensait les Stadistes sur les bons rails, mais le Leinster a de la ressource: sur un dégagement apparemment anodin, sur le renvoi, Toulouse était contré et cela donnait le départ d'une longue séquence, entâchée à un moment donné d'un en-avant (non sifflé), mais qui permettait à Fitzgerald de marquer son deuxième essai personnel.
Les débats s'équilibraient par la suite, et les coéquipiers de Fabien Pelous ne parvenaient pas à enflammer le match comme ils l'avaient fait lors des vingt premières minutes. Mais sur une action amorcée par une charge rageuse de Millo, le Stade revenait dans la course: Heymans traversait la moitié du terrain après une superbe passe du deuxième ligne  et donnait sur un plateau à Donguy, qui aplatissait.
Le Stade n'était plus qu'à quatre points mais ne parvenait plus à se montrer dangereux. Pire, un contre fulgurant du Leinster était à deux doigts de plier le match, mais Heymans, revenu à toute allure, mettait un terme à l'action. Dans les derniers instants, Contepomi passait un drop qui ne changeait rien à l'affaire: Toulouse prenait le bonus défensif et se qualifiera à coup sûr en cas de match nul  face à Edimbourg, samedi.

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15