• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Vendredi 26 septembre

BAYONNE / STADE TOULOUSAIN

à 20h45

Entretien avec Fabien Pelous

Jeudi 13 décembre 2007
Entretien avec Fabien Pelous

 

Fabien, ce match retour face à Leicester constitue-t-il à tes yeux une revanche ?
On considère avant tout cette rencontre comme la quatrième journée de la Coupe d'Europe. Le calendrier nous impose de rejouer cette équipe de Leicester une semaine à peine après la première manche. Dans l'absolu, ça ne change pas grand chose: on a affaire à deux formations de haut niveau, et quand elles se rencontrent, le sort du match se joue souvent sur des détails, parfois imperceptibles. Si nous ne sommes pas à 100% de nos capacités, on ne pourra pas prétendre à la victoire face à Leicester.

Vous savez en tout cas à quoi vous attendre face à eux ?
Il n'y aura pas de surprises. Ils jouent traditionnellement de la même façon, depuis toujours, et l'arrivée de leur nouvel entraîneur (Marcelo Loffreda, l'ancien sélectionneur des Pumas, N.D.L.R) n'a pas changé fondamentalement la donne. A l'image de l'équipe d'Argentine, les Anglais misent sur une bonne occupation du terrain et s'appuient avant tout sur la puissance de leur pack.

D'après Loffreda, Leicester a mieux su s'adapter aux conditions climatiques lors du match aller...
S'il le dit... Evidemment, on n'a pas la même vision des choses du côté toulousain. On a l'impression d'avoir fait ce qu'il fallait dans l'ensemble, et ce sont les petits détails dont on parlait qui nous ont empêchés de faire un peu mieux là-bas. Mais attention, compte-tenu du système en vigueur en Coupe d'Europe, avoir ramené un point de bonus défensif n'est pas un mauvais résultat.

Le fait d'avoir perdu un premier match peut-il influer sur le moral des troupes ?
Disons que cette défaite est arrivée, c'est comme ça, même si bien entendu, on aurait préféré que cela survienne le plus tard possible. Bon, d'un autre côté, on se doutait que l'on ne resterait pas invaincus toute la saison. Moralement, il n'y a pas de raisons d'être touchés: on tombe face au champion d'Angleterre, chez lui, de peu, et après une assez bonne prestation. Il n'y a pas à rougir.

Le fait de jouer au Stadium peut-il être décisif ?
On aura 35.000 supporters derrière nous, et ce sera un élément très important. A chaque fois que nous avons joué au Stadium par le passé, le soutien du public s'est révélé déterminant. Je les invite vraiment à nous soutenir, de la façon la plus bruyante possible. C'est important pour nous de sentir derrière nous cet engouement. Il y aura des moments difficiles durant la rencontre, c'est inévitable même si j'espère qu'ils seront le moins nombreux possible. Je compte sur eux pour nous donner ce petit surplus d'âme et de force qui pourrait faire basculer la rencontre en notre faveur.
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15