• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 04 octobre

STADE TOULOUSAIN / STADE FRANÇAIS

Ernest Wallon à 20h45

Entretien avec Guy Novès

Lundi 4 février 2008
Entretien avec Guy Novès

 

Guy, la victoire bonifiée sur Montpellier dépasse-t-elle tes espérances ?
On se serait déjà contentés de gagner. On a vu un match un peu en dents de scie de notre part, avec de bonnes choses et des moins bonnes. L'équipe s'est sans doute un peu relâchée après avoir marqué son troisième essai, mais une belle réaction d'orgueil nous a permis d'inscrire le quatrième. Sur le plan comptable, c'est formidable. Sur le plan de la casse, c'est plus problématique...  Car en période de Tournoi, on sait que les blessures comptent doubles.

Au vu du classement, il y a de quoi être serein ?
On est serein, oui. Jusqu'à demain matin.

Mais une fois encore, les absences ne se sont pas trop faites ressentir ?
Au vu du résultat, oui. On est dans une phase ascendante, le groupe est en confiance. Il y a une force intérieure extrêmement importante, même quand il manque dix joueurs. Bon, cela ne nous empêche pas de commettre des erreurs, de laisser des ballons en route.
On a fait le pari depuis le début du championnat d'effectuer un fort roulement d'un match à l'autre sans que cela n'affecte notre rendement. Cela ne nous a pas trop mal réussi jusqu'ici, même à Clermont où on a réussi à prendre un point de bonus défensif. 
L'année dernière, on aurait peut-être gagné ce match d'un point ou deux. Cette année, on le gagne en marquant quatre essais. C'est réconfortant pour Yannick (Bru), Philippe (Rougé-Thomas), moi-même et surtout le staff et le club.

Comment expliquer les moments de flottement durant certains moments de la rencontre ?
Montpellier a joué sans complexe, en n'ayant rien à perdre et en proposant du jeu. C'est vrai que de notre côté, il y avait des changements, mais c'est le cas depuis le début de la saison. J'aurais donc plutôt tendance à penser que c'est avant tout la valeur de cette équipe héraultaise qui explique les moments délicats.

Mais la performance d'ensemble reste encourageante ?
Ce qui est à mon sens intéressant est que l'on perde le bonus offensif à quatre minutes de la fin et que l'on parvienne à le reconquérir sur un sursaut d'orgueil. Sur une mêlée, avec un Yohan Montès qui revient à droite après avoir fait un beau match à gauche, on fait reculer Montpellier. Puis, grâce à un pick and go, c'est un trois-quart qui marque, sans doute pour faire un peu râler Yannick Bru. On est vraiment ravis de cette réaction alors qu'au départ une victoire à quatre points était déjà satisfaisante.

Voilà de quoi te réconforter après avoir déploré la semaine dernière les doublons Top 14-Tournoi des VI Nations ?
Il n'y a pas de polémique là-dessus. Je rappelle que nous jouons un championnat professionnel, dans lequel plusieurs clubs doivent se passer de plusieurs joueurs. Je l'ai dit et je le répète, M. Blanco et la Ligue accomplissent un énorme travail. J'espère qu'un jour, on parviendra à faire ce qui se pratique dans le football et que les clubs qui bossent pour avoir des joueurs de qualité puissent les utiliser.
Quand ils ne sont pas là, le club se retrouve en difficulté. Les internationaux jouent, ceux qui sont restés au club également, et quand on se retrouvera, il y aura des garçons fatigués par l'accumulation de matchs, car il n'y aura pas eu de rotation. Puis, quand les internationaux reviennent, il faut être compétitif en dix jours pour un quart de finale de Coupe d'Europe. C'est impossible. J'essaye d'anticiper aujourd'hui ce que certains journaux appelaient une crise la saison dernière.

Quelle serait la solution idéale ?
J'espère avant tout qu'un jour, on arrêtera de jouer en même temps que l'équipe de France. Il faudra qu'il y ait moins de matchs, en Coupe d'Europe ou en championnat, pour éviter ces chevauchements... Ou alors, il faut faire comme certains clubs anglais et disposer de quarante-cinq contrats professionnels, à l'image de Leicester. Mais c'est quasiment impossible. Il est dommage que l'on soit obligés d'aller chercher des joueurs étrangers pour tenir la route dans ces périodes-là : les Français sont en équipe de France et il faut bien récupérer des joueurs quelque part.
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15