• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 06 septembre

CA BRIVE / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Entretien avec Yannick Bru

Lundi 23 juin 2008
Entretien avec Yannick Bru

 

Yannick, après la première période, on a cru que le match se jouerait une nouvelle fois à rien entre les deux équipes ?
A 6-3 à la mi-temps, on aurait peut-être mérité un écart un peu plus large car globalement, nous étions bien en place. On aurait pu mener de façon un peu plus nette, si Jean-Baptiste Elissalde, au lieu de jouer rapidement une pénalité face aux poteaux, la tente. Il y  a un essai que l'on peut marquer après une superbe relance de Max Médard, si Jean Bouilhou, au lieu de jouer avec Yannick Jauzion à l'extérieur, donne le ballon à Cédric Heymans à l'intérieur.
Mais je n'oublie pas non plus que nous aurions pu encaisser un essai si Sergio Parisse aplatit dans l'en-but. Cela donne une première mi-temps dans l'ensemble assez équilibrée, où chaque équipe a eu une action dangereuse.
Nous sommes un peu sortis de notre plan de jeu durant ces quarante premières minutes, notamment en se passant trop le ballon. On s'est laissés griser par moment, peut-être par le soleil ou des espaces qui s'ouvraient faussement à nous.

Quel a été le discours tenu par les coachs à la pause ?
On a dit aux joueurs de revenir au plan de jeu qui avait été établi. On connaissait la valeur de la défense parisienne, nous savions qu'elle allait monter très vite, mettre une grosse pression sur Jean-Ba, nous fermer les extérieurs... On ne voulait pas trop s'exposer en utilisant le jeu au pied. C'est ce que nous avons fait en seconde période, avec plus de précision et de qualité. La défense en zone zéro a été féroce, la conquête est devenue stable et c'est un élément primordial : on sait que Paris aime s'appuyer sur les fautes de ses adversaires et qu'il est essentiel contre eux de posséder le ballon.

Par rapport à la finale de la Coupe d'Europe, on a senti l'équipe plus efficace sur les rucks ?
On a été de plus en plus efficaces au fur et à mesure que le match avançait. En première mi-temps, on a eu des moments difficiles sur des rucks, et Byron se fait attraper deux fois de trop sur ces actions. Et on perd le premier ruck que nous avons disputé en zone trois. On a donc été mis en difficulté au début, sur ce qui constitue le point fort des Parisiens. Et c'est vrai qu'à la pause, on a demandé aux joueurs de venir plus nombreux sur ces points afin de sécuriser davantage les ballons.

A quoi va se jouer la finale ?
Vous l'avez vu, nous avons joué sous une chaleur caniculaire, et nous aurons un jour de moins de récupération que les Montferrandais. Notre demi-finale a sans doute été plus difficile, et nous sortons avec deux blessés : Yannick Nyanga est touché aux ischios et Jean-Baptiste Elissalde aux côtes. Il nous faut apprécier cette qualification mais nous projeter sur la récupération. Je le répète, nous partirons avec un handicap certain dans ce domaine.

Est-ce à dire que le Stade n'est pas favori ?
Favori, pas favori, franchement, cela n'a aucune importance. Il y a une certaine cohérence à retrouver en finale le premier du championnat et le second, sans oublier que nous aurions pu aussi terminer en tête si nous n'avions pas joué trois matchs en semaine. Les Clermontois auront un avantage en terme de fraîcheur : on a joué plus de rencontres qu'eux, ils ont un effectif quasiment au complet alors que nous avons de la casse. Donc de ce point de vue, on est un peu handicapés. Mais sur une finale...

Ils vous ont battus deux fois cette saison. Cela peut compter ?
Oui, oui... En tant que joueur, j'ai eu de la chance de remporter deux titres et en 2001, Clermont nous avait battus deux fois au cours de la saison régulière, mais c'est nous qui avions gagné la finale. Chacun y trouvera son compte, mais il ne faut pas tirer trop de plans sur la comète.

Il y a un réel doute sur les participations d'Elissalde et Nyanga à la finale ?

Oui, c'est évident. Pour que Jean-Ba demande à sortir, c'est qu'il était bien touché. Quant à Yannick, la question ne s'est même pas posé car il a ressenti une violente douleur musculaire aux adducteurs. Il y a un gros doute les concernant.
 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15