• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 01 novembre

LOU / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Montpellier

Malgré l'absence de nombreux internationaux, le Stade s'est imposé devant Montpellier (27-9, sans bonus offensif) lors de la 11ème journée du Top 14.

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Montpellier 27 à 9 (mi-temps : 14-9 )
Temps frais ; belle pelouse ; 17.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Clouté (Béarn).
Pour le Stade Toulousain : 2 essais de Médard (36), Matanavou (74); 5 pénalités de McAlister (3, 19, 30, 56, 62) ; 1 transformation de McAlister (74).
Pour Montpellier : 3 pénalités de Bustos (7, 24, 34).
Stade Toulousain : Poitrenaud - Médard (puis Pujol, 75), David (puis Jauzion, 71), Fickou, Matanavou - (o) McAlister, (m) Doussain - S.Nicolas, Galan (puis Maka, 70), Bouilhou - Millo-Chluski (puis Boukerou, 75), Lamboley - Montès (puis Guillamon, 75), Servat (puis Botha, 70), Poux (puis Baille, 76)
Montpellier : Bérard - Nagusa, Combezou, Hape, Artru - (o) S.Fernandez, (m) Paillaugue - Tulou, Beattie, Bias - Privat, Gorgodze - Bustos, Van Vuuren, Watremez

C'est une sacrée épine du pied que le Stade a eu le bon goût de s'enlever lors de la 11ème journée du Top 14. Avouons-le : le champion de France, privé de ses internationaux, avait tout à craindre de la venue de Montpellier à Ernest Wallon. Car si le club héraultais déplorait lui aussi des absences, et non des moindres, il était nettement moins handicapé que son adversaire et ne se rendait pas dans la ville rose sans arrière-pensée. Le mérite des Rouge et Noir, dans ces conditions, n'en est que plus grand, et c'est avec le légitime sentiment du devoir accompli qu'ils vont maintenant pouvoir savourer une semaine de vacances.

 

Médard, retour gagnant


Si le Stade attaquait la rencontre avec de bonnes dispositions et était  justement récompensé par une pénalité de McAlister, il laissait le MHR revenir dans la partie et égaliser, par Bustos. Malgré une possession dans l'ensemble à l'avantage des Stadistes, ces derniers ne parvenaient pas à trouver de faille dans une défense bien en place.

Ce scénario ne changeait pas dans les minutes suivantes : l'essentiel du jeu se déroulait dans la moitié de terrain héraultaise, mais en dehors de quelques charges dévastatrices signées Galan ou d'une percée de David, bien servi par McAlister à hauteur, il n'y avait pas véritablement de danger à signaler.
Signalons tout de même que sur l'une des rares incursions des visiteurs dans les 22 toulousains,  ceux-ci se montraient dangereux par Nagusa, et il fallait un formidable sauvetage de Médard pour éloigner la menace...

A la 19ème minute, pourtant, McAlister, en position très délicate, redonnait l'avantage aux siens sur pénalité. Globalement, c'était mérité. Mais Montpellier, dans la foulée, confirmait que cette partie n'allait pas être une partie de plaisir. Bustos égalisait via un coup de pied, mais on pouvait presque dire que les hommes de Novès s'en sortaient bien : car après une formidable percée de Tulou, Fernandez mangeait une manifeste supériorité numérique pour s'empaler sur la défense...

Cette égalisation semblait faire du bien au MHR, qui connaissait un temps fort par la suite. Bustos, depuis la ligne médiane, ne trouvait certes pas le cadre, mais incontestablement, les visiteurs s'enhardissaient. Au coeur de la tourmente, McAlister, lui aussi depuis la moitié de terrain, redonnait l'avantage aux siens.

Dans une rencontre très indécise, Montès, il faut le dire un peu injustement, était sanctionné sur un regroupement. Petite cause mais conséquence importante, puisque Bustos égalisait...
Mais le Stade prouvait qu'il avait de la ressource : sur le renvoi, Médard exploitait un ballon cafouillé par la défense montpelliéraine, et tout en glissade, marquait le premier essai de la partie. Au delà de l'importance de cette réalisation, il va sans dire que cela faisait particulièrement plaisir au public d'Ernest Wallon, qui fêtait de la meilleure des façons le grand retour de l'un de ses joueurs préférés.

Toulouse menait ainsi 14-9 à la pause : un avantage loin d'être une garantie, mais les Rouge et Noir, incontestablement, avaient su marquer au meilleur moment...

 

McAlister creuse l'écart


Incontestablement, c'est Montpellier qui prenait le meilleur départ en début de seconde période. Le jeu se déroulait ainsi dans les 22 toulousains, mais une défense acharnée permettait aux Rouge et Noir de s'en tirer sans dommage.
Globalement, les Toulousains se contentaient de défendre, mais allaient faire preuve de réalisme : sur leur première incursion dans la moitié de terrain héraultaise, ils obtenaient une pénalité, convertie par McAlister. Une réussite plus qu'importante, car les locaux menaient dorénavant de huit points...

Les mouches, apparemment, avaient changé d'âne. McAlister, après avoir connu un échec, creusait un peu plus l'écart. A 20 minutes de la fin, Toulouse menait 20 à 9 : rien n'était acquis, mais on pouvait commencer à envisager la suite avec un optimisme mesuré.
Mais il fallait rester prudent : une action en solitaire de Fernandez était à deux doigts d'aboutir, et il fallait un petit miracle (en l'occurrence un en-avant), pour que cela ne se termine pas en essai, tant la supériorité numérique à l'aile était énorme.


Toulouse, lui, faisait moins de sentiment : sur un ballon de récupération, le ballon filait à l'aile à toute vitesse, et Matanavou marquait en coin. Cette fois, la victoire ne faisait plus guère de doute...
Le score n'allait plus évoluer. Le Stade tenait sa victoire, à l'issue d'un match loin d'être inoubliable, certes, mais dont les entraîneurs, à coup sûr, allaient se satisfaire : il est des circonstances où seul le succès compte.

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15