• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 01 novembre

LOU / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Clermont Auvergne

Après la pause internationale, les Toulousains ont repris la compétition par le bon bout, en battant Clermont (30-22, sans bonus offensif) lors de la 12ème journée du Top 14.

A Toulouse (Stadium) - Stade Toulousain bat Clermont 30 à 22 (mi-temps : 20-12 )
Temps beau et frais ; 36.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Garcès (Béarn).
Pour le Stade Toulousain : 3 essais de David (12), Burgess (17), Huget (41) ; 3 pénalités de McAlister (2, 32, 78) ; 3 transformations de McAlister (12, 17, 41).
Pour Clermont : 1 essai de Stanley (71) ; 5 pénalités de Parra (7, 14, 24, 36, 74) ; 1 transformation de Parra (71).
Stade Toulousain : Huget ; Medard, David, Fickou (puis Jauzion, 70), Matanavou ; (o) McAlister, (m) Burgess ; Picamoles, Galan (puis Maka, 65), Nyanga (puis Bouilhou, 53) ; Millo-Chluski, Maestri (puis Lamboley, 53); Johnston (puis Montès, 60), Servat (puis Botha, 45), Steenkamp (puis Kakovin, 41).
Clermont : Floch ; Buttin, Rougerie, King, Nakaitaci ; (o) Skrela, (m) Parra ; Lapandry, Vermeulen, Cudmore ; Hines, Jacquet, Kotze, Cabello, Chaume.

Après trois semaines sans match, le Stade est reparti sur de bonnes basses lors de la 12ème journée du Top 14. Face à Clermont, deuxième du classement au coup d'envoi, les Toulousains ont rendu une copie appliquée, parfois brillante, pour finalement s'imposer assez facilement. Voilà des points pris face à un adversaire direct qui pourraient peser lourd, sait-on jamais, à l'issue de la phase régulière. Place maintenant à la H Cup, avec deux confrontations décisives à venir face aux Ospreys. Mais voilà des rendez-vous que les champions de France vont pouvoir aborder avec une certaine sérénité...

 

Le réalisme est toulousain



Les choses ne pouvaient pas mieux débuter pour les Toulousains. Certes, dès le coup d'envoi ou presque, Huget ne pouvait contrôler une passe au pied de Médard, alors que le danger était présent. Mais sur la mêlée consécutive, le pack toulousain prenait nettement le dessus sur son homologue auvergnat. McAlister ouvrait le score et mettait son équipe sur de bons rails.

Comme il fallait cependant s'y attendre, l'ASM ne tardait pas à mettre le nez à la fenêtre, et sur un ballon de récupération, les visiteurs portaient la menace sur l'aile gauche. Il fallait un superbe plaquage d'Huget sur Floch pour repousser les ardeurs des Jaunards, qui obtenaient cependant une pénalité dans la foulée. Parra, dans une position assez similaire à celle de McAlister quelques instants plus tôt, égalisait.

Quelque peu fébriles en conquête, dominés territorialement, les hommes de Novès marquaient pourtant le premier essai de la partie, sur un ballon de récupération. McAlister traversait tout le terrain, et s'il était plaqué dans les 22, il trouvait David arrivé en renfort. Ce dernier n'avait plus qu'à filer entre les barres...

Après une pénalité de Parra, le Stade, lors d'un début de matchd écidément complètement fou, marquait dès le coup d'envoi son deuxième essai, grâce à Burgess, servi idéalement par Médard.  Les locaux menaient désormais 17-6, et c'est peu dire que le public du Stadium se régalait.
Après une nouvelle pénalité de Parra, la marque passait à 17-9. On ne peut pas dire que les Rouge et Noir maîtrisaient leur sujet à 100%, mais ils avaient su faire preuve d'un réalisme à toute épreuve pour, déjà, se constituer un petit matelas de sécurité...

Mais Toulouse n'était pas le seul à se montrer parfois approximatif. En touche, Clermont perdait successivement trois ballons, en raison de lancers pas droits de Cabello. Peu avant la demi-heure de jeu, avec une nouvelle fois McAlister à la baguette, Toulouse marquait un sublime essai, par Huget, mais M. Garcès revenait à un en-avant de passe. Dommage, car les champions de France venaient de réaliser une superbe séquence collective.

Une opportunité venait de passer, mais les joueurs de la ville rose, incontestablement, connaissaient un temps fort. Une nouvelle occasion était d'ailleurs à signaler, mais Matanavou laisser échapper un ballon pourtant anodin, alors qu'un coup semblait jouable. A la 32ème, la mêlée stadiste prenait une nouvelle fois le dessus, et McAlister faisait passer le score à 20-9.

Une nouvelle pénalité de Parra portait la marque à 20-12 à la pause. Certes, les Toulousains menaient, avec deux essais inscrits contre aucun encaissé, mais leur avance n'était pas si confortable que cela. Plus que jamais, il fallait rester vigilant.

 

Le chef d'oeuvre de Huget


La reprise intervenait sur un exploit personnel. A hauteur des cinquante mètres, Galan jouait rapidement une touche pour Burgess, qui trouvait Huget. Celui-ci prenait le trou, se débarrassait de plusieurs adversaires et faisait parler sa pointe de vitesse pour inscrire un essai en solitaire très impressionnant. Il y avait désormais 27 à 12, et Toulouse, à ce moment-là, avait le bonus offensif en poche. C'était satisfaisant, mais il restait une mi-temps, ou presque, à jouer.

Visiblement, cet essai avait mis quelque peu l'ASM sous l'éteignoir. Picamoles, après un ballon récupéré dans les 22 adverses, n'était d'ailleurs pas loin d'aggraver l'écart. En tout cas, la rencontre, assez débridée, se révélait agréable à suivre. A la 53ème, Guy Novès décidait de procéder à quelques changements, et notamment de protéger certains internationaux : c'est ainsi que Maestri et Nyanga cédaient leurs places à Lamboley et Bouilhou.

Groggys durant de longues minutes, les Auvergnats allaient prouver qu'ils avaient de la fierté à revendre. Pendant un temps interminable, ils pilonnaient les cinq mètres opposés : on ne comptait plus les charges, les tentatives de prise d'intervalles, mais à chaque fois, une défense stadiste héroïque, sous les clameurs du Stadium, tenait bon. Le ballon était finalement dégagé par McAlister, et Toulouse gardait son en-but inviolé, au prix d'une débauche d'efforts considérable...

C'était finalement le Stade qui marquait un nouvel essai, avec à l'origine une superbe passe sautée de McAlister pour Matanavou, qui n'avait plus qu'à aplatir. Mais la joie des supporters était de courte durée, puisque M. Garcès, encore une fois, revenait à un en-avant et annulait l'action... Une décision lourde de conséquence, car dans la continuité ou presque, Clermont marquait par Stanley un fort joli essai...

Les coéquipiers de Jean Bouilhou n'étaient plus, alors, en position de marquer le bonus offensif. Pire encore, l'ASM n'avait pas dit son dernier mot quant à l'issue de la rencontre, à l'image d'une magnifique contre-attaque mlenée tambour battant de Rougerie, mais finalement avortée à une vingtaine de mètres de l'en-but...

Parra, à la 74ème, convertissait la bonne période des siens, et le score était désormais de 27-22. On avait du mal à croire que Toulouse soit à ce point lenacé, mais il s'agissait maintenant de garder la tête froide...
C'est d'ailleurs ce que parvenaient à faire les Haut-garonnais, qui maîtrisaient par la suite le ballon, jusqu'au coup de sifflet final. Mieux encore, une pénalité de 50 mètres de McAlister privaient les visiteurs du bonus défensif. Certes, il fallait se satisfaire d'une victoire à quatre points, mais l'essentiel était acquis.

 

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15