• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Vendredi 26 septembre

BAYONNE / STADE TOULOUSAIN

à 20h45

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Bayonne

Après deux défaites consécutives, les Toulousains ont renoué avec la victoire en battant Bayonne (42-6, avec bonus offensif) lors de la 19ème journée du Top 14.

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Bayonne 42 à 6 (mi-temps : 21-6 )
Temps froid ; belle pelouse ; 17.000 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Attalah (Franche Comté).
Pour le Stade Toulousain : 6 essais de Jauzion (10), Galan (22), Médard (27), Doussain (47), Matanavou (71), Maka (75) ; 6 transformations de Beauxis (10, 22, 27, 47, 71, 75).
Pour Bayonne : 2 pénalités de Ugalde (4, 32).
Stade Toulousain : Poitrenaud - Medard, Jauzion, David (puis Donguy, 30), Matanavou - (o) Beauxis, (m) Doussain (puis Burgess, 71) - Galan, Nicolas, Bouilhou - Millo-Chluski (puis Chateau, 69), Albacete - Johnston (puis Poux, 65), Bregvadze (puis Servat, 52), Steenkamp (puis Montès, 65).
Bayonne : Heymans - Gerber, Lacroix, Ahotaeiloa, Fuster - (o) Ugalde, (m) Rouet - Puricelli, Baget, Bernad - Graham, Linde - Boyoud, Arganèse, Lafond.

Après deux défaites consécutives, dont une particulièrement fâcheuse contre Perpignan, le Stade a renoué avec le succès contre Bayonne lors de la 19ème journée du Top 14. Cette victoire, acquise malgré un contexte extrêmement défavorable tant le groupe était affaibli, était absolument indispensable pour rester ancré en haut du classement. Voilà donc une bonne chose de faite, même si la suite de la compétition ne s'annonce pas de tout repos, avec un déplacement dès samedi chez le leader toulonnais...

Jauzion montre la voie


Les cinq premières minutes de jeu étaient exclusivement bayonnaises, et les visiteurs campaient dans les 22 toulousains. Ils obtenaient logiquement une pénalité, réussie par Ugalde. Toulouse tentait de réagir, et suite à une chandelle pourtant manquée par Poitrenaud, Médard récupérait le cuir, avant d'être grossièrement cravaté par Linde. Ce dernier écopait d'un carton jaune, sans qu'il y ait quoi que ce soit à redire.

En supériorité numérique, les joueurs toulousains inversaient la tendance et produisaient des mouvements de haute volée. En difficulté, l'Aviron concédait d'abord une pénalité, manquée par Beauxis, mais en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Jauzion se trouvait à la conclusion d 'une superbe action collective. Le Stade menait 7-3.

La bonne période toulousaine se poursuivait par la suite, avec une domination sans faille. A la 20ème, une pénalité pourtant largement dans les cordes de Beauxis n'était pas tentée. Un choix discutable, mais pourtant payant : Galan, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, exploitait un subtil changement de jeu pour marquer le deuxième essai des siens.

Et ce n'était pas fini : toujours survoltés, les Rouge et Noir inscrivaient dans la foulée leur troisième essai, avec à l'origine une magnifique sautée de Jauzion pour Médard, lequel filait sous les barres.
La fin du premier acte était cependant le témoin du réveil basque : le jeu se passait pour l'essentiel dans le camp toulousain, mais la défense faisait bonne garde, et aucune occasion d'essai n'était à déplorer. Au contraire, sur un contre mené tambour battant par Médard, les hommes de Novès n'étaient pas loin d'aller une nouvelle fois derrière la ligne.

La pause était finalement atteinte sur le score de 21-3, et globalement, le jeu stadiste avait fait plaisir à voir. Restait maintenant à confirmer dans les quarante dernières minutes.

Doussain corse l'addition


Dès la reprise, une superbe percée plein champ de Poitrenaud semblait indiquer que Toulouse était sur le même tempo. Même si l'arrière était arrêté par son ancien coéquipier Heymans, le Stade était à nouveau sur de bons rails. Dommage que dans la foulée, une pénal'touche a cinq mètres ait été mal négociée, car le quatrième essai chauffait.

La bonne période se confirmait avec une domination de tous les instants : Doussain, à dix mètres, choisissait de jouer rapidement une pénalité, alors que Guy Novès, depuis le banc, indiquait de prendre les trois points. Une désobéissance bienvenue, car le jeune demi de mêlée filait dans l'en-but. Le score était maintenant de 28-6.

Malgré l'ampleur du score, la physionomie de la partie ne changeait pas d'un iota par la suite : toujours aussi appliqués, les coéquipiers de Jean Bouilhou dominaient outrageusement, ne laissant que des miettes à Bayonne, qui passait le plus clair de son temps à défendre.
Mais peu à peu, alors que la rencontre était devenue totalement dénuée d'enjeu, le rythme baissait. Cela permettait aux visiteurs de refaire surface, et Heymans marquait même un essai très symbolique, hélas annulé pour un en-avant de passe...

Sur un contre rondement mené et parti depuis ses 22, Toulouse marquait au contraire son cinquième essai, avec à la conclusion un joli numéro de Matanavou, qui y allait de sa septième ré"alisation de la saison, ce qui lui donnait le titre honorifique de meilleur marqueur du club.
Moins de deux minutes plus tard, crétait au tour de Donguy de passer en revue la quasi-totalité de la défense basque, mais l'ailier, repris in extremis, laissait échapper le ballon.

Cela ne changeait rien à l'affaire, car Maka y allait à la 75ème de son propre essai, signe d'une entrée en jeu particulièrement réussie pour le jeune joueur, et Toulouse s'imposait donc nettement, bonus offensif à la clé. Le contrat était ainsi plus que rempli.
 

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15