• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Compte rendu

Match Clermont / Stade Toulousain

Les Toulousains ont été battus sur le terrain de Clermont, lors de la troisième journée du Top 14 (19-38).

A Clermont (Stade Michelin) - Clermont Auvergne bat Stade Toulousain 38 à 19 (mi-temps : 13-10 )
Temps beau et agréable ; belle pelouse ; Arbitrage de M. Ruiz (Languedoc).
Pour l'ASM : 4 essais de Bardy (37), Domingo (47), Bonnaire (74), Fofana (78) ; 3 pénalités de James (16, 34, 65) ; 1 drop de James (70) ; 3 transformations de James (37, 47, 78).
Pour le Stade Toulousain : 1 essai de Médard (31)  ; 4 pénalités de Beauxis (17, 42, 51, 53) ; 1 transformation de Beauxis (31).
Clermont : Byrne ; Sivivatu, Stanley, Fofana, Nalaga ; (o) James, (m) Radosavljevic ; Bardy, Chouly, Bonnaire ; Hines, Pierre ; Kotze, Kayser, Domingo.
Carton jaune : Bardy (20)
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Médard, Fickou, David (puis Barraque, 47), Donguy (puis Matanavou, 60) ; Beauxis (o), Vermaak (m) ; Camara, Tekori (puis Galan, 51), Nyanga (cap) ; Maestri (puis Millo, 51), Lamboley ; Montès (puis Johnston, 46), Tolofua (puis Firmin, 57, puis Baille, 67), Steenkamp.
Carton jaune : Montès (25)

En déplacement à Clermont, le Stade a connu sa deuxième défaite de la saison, face à un adversaire invaincu sur ses terres depuis plusieurs saisons. L'absence de nombreux cadres, au moment du coup d'envoi, indiquait très clairement que le staff avait "ciblé" la réception du Racing, dès mercredi à Ernest Wallon. Une rencontre de prestige pour laquelle le droit à l'erreur sera (déjà) extrêmement limité.

 

Le Stade souffre mais résiste


C'est l'ASM qui prenait le meilleur départ dans cette rencontre, en mettant la main sur le ballon. Mais les locaux commettaient plusieurs maladresses qui les empêchaient d'exploiter ces diverses munitions. Mais dès la 4ème, un ballon perdu en touche par le Stade entraînait une nouvelle possession auvergnate, et une faute de Maestri.
De 40 mètres, sur la droite du terrain, James ne trouvait pas la cible, et Toulouse s'en tirait à bon compte.

Rien ne changeait dans les minutes suivantes. Les Jaunards monopolisaient le ballon, mais leur jeu souffrait trop d'imprécision pour qu'il soit réellement dangereux. A force de dominer, toutefois, les joueurs de Vern Cotter bénéficiaient d'une nouvelle pénalité, cette fois pour une faute de Nyanga. C'est Rado, après l'échec de James, qui se chargeait du coup de pied, sans plus de réussite.

Après 12 minutes de jeu, le Stade tenait le choc, mais il était évident qu'il allait falloir montrer autre chose pour espérer un résultat positif. Au quart d'heure de jeu, c'était au tour de David, venu sur le côté lors d'un regroupement, d'être pénalisé. James rendossait la responsabilité du buteur, et cette fois, il ouvrait le score (3-0).

L'ASM menait, et c'était logique. Mais dès le renvoi, la première occasion d'essai était toulousaine, avec un ballon capté par Nyanga et une charge de Montès, seulement repris à trois mètres. Cette séquence n'était pas sans incidence, car Sivivatu se mettait à la faute et Beauxis n'avait aucun mal à égaliser.

La bonne période toulousaine se poursuivait, avec une interception de David dans ses 22. Le trois-quarts centre échappait à un plaquage, sprintait sur soixante mètres avant d'être rattrapé. Mais sur sa course, Bardy était sanctionné d'une pénalité et d'un carton jaune. Beauxis, hélas, manquait au pied une occasion en or de donner l'avantage aux siens, mais le Stade allait évoluer durant dix minutes en supériorité numérique.

Mais les Rouge et Noir n'allaient pas vraiment exploiter cette bonne configuration. Déjà à la peine depuis le coup d'envoi, sa mêlée était une nouvelle fois punie et Montès, qui avait été pénalisé trois fois dans l'après-midi, laissait à son tour ses coéquipiers à quatorze.
Après la demi-heure, Toulouse connaissait une possession de plus de deux minutes. Tolofua et Steenkamp ne pouvaient aller à dame, mais un merveilleux ballon au pied de Beauxis dans le dos de la défense trouvait Médard, qui marquait son deuxième essai de la saison. Le Stade menait 10-3.

Avec un joueur de moins dans le pack (Montès n'était pas encore entré en jeu), les coéquipiers de l'omniprésent Yannick Nyanga souffraient encore en mêlée, et encaissait trois nouveaux points après une pénalité sur cette phase de jeu. Clermont revenait à 6-10, et on regrettait que les visiteurs n'aient pas réussi à garder leurs sept points d'avance jusqu'à la pause.

Mais l'avantage allait hélas être réduit à néant. Après un drop manqué par Beauxis, Clermont connaissait un énorme temps fort, et après plusieurs charges brûlantes, Bardy marquait à son tour. Le Stade était ainsi mené 13-10 à la pause, et tous les espoirs étaient encore permis.

 

Médard sauveur inutile


Sur sa première possession, Toulouse obtenait une pénalité, après un plaquage haut de Stanley sur Fickou. Beauxis, à la 42ème, égalisait. Le même Fickou, peu de temps après, prenait le trou, se débarrassait de plusieurs adversaires avant de fixer le dernier défenseur et de donner à Vermaak. Le néo-toulousain, malheureusement, était repris in extremis...

Clermont se réveillait peu après, et au terme d'une jolie action, le ballon arrivait en bout de ligne. Médard effectuait un superbe sauvetage en projetant son vis-à-vis en touche, mais sur cette dernière, le ballon était perdu et Domingo aplatissait. Un essai finalement accordé après un arbitrage-vidéo... 

Désormais menés de sept points, les Haut-garonnais devaient réagir. Leur mêlée, pour la première fois, leur permettait d'obtenir pour la première fois une pénalité, réussie par Beauxis. Dans la foulée, Nyanga réalisait un véritable festival en s'échappant le long de la ligne et finissait par obtenir une pénalité. Beauxis, en position pourtant extrêmement inconfortable, passait un nouveau coup de pied (19-20, 53ème).

Toulouse, incontestablement, était au-dessus depuis plusieurs minutes et développait des mouvements d'envergure. Seule une relance un peu trop osée de Fickou, repris dans ses 22, constituait un danger, sans dommage au tableau d'affichage.
A l'heure de jeu, on assistait à une interminable séquence, avec d'abord Clermont à la manoeuvre. Mais suite à une récupération au sol de Johnston, le Stade développait une contre-attaque où Médard, encore lui, tapait à suivre et était à deux doigts de devancer Buttin...

Toujours devancés d'un petit point, les Stadistes étaient tout proches de l'exploit.  Mais sur une mêlée, encore une fois, les Jaune et Bleu prenaient le dessus. Dans une rencontre aussi indécise et tendue, James, de 40 mètres face aux barres, ne laissait pas passer l'opportunité (23-19, 65ème).

La blessure de Firmin, le jeune talonneur à peine entré en jeu, n'arrangeait pas les affaires toulousaines. James passait un joli drop à la 69ème, et avec un retard de sept points, Toulouse était clairement dans le dur, d'autant plus que ses adversaires monopolisaient le ballon...

Bonnaire, en bout de ligne et après un joli numéro aérien de Sivivatu, marquait le troisième essai de son équipe. La messe était dite, et Fofana, dans une fin de match en forme de calvaire pour le Stade, marquait le quatrième essai de l'ASM, synonyme de bonus offensif. . Sans avoir démérité, le Stade repartait bredouille du Michelin, et si la victoire auvergnate était clairement méritée, le score final semblait un tantinet sévère.
 

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15