• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 20 septembre

RACING METRO 92 / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Bordeaux Bègles

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Bordeaux-Bègles 18 à 16 (mi-temps : 12-13 )
Temps frais ; belle pelouse ; 13. 200 personnes ; Arbitrage de M. Ruiz (Languedoc).
Pour le Stade Toulousain : 5 pénalités de Beauxis (4, 17, 40, 42, 64) ;  1 drop de Beauxis (14).
Pour l'UBB : 1 essai de Clarkin (8) ; 2 pénalités de Bernard (28, 46) ; 1 transformation de Bernard (8).
Stade Toulousain : Médard ; Huget, Fritz (cap), Fickou, Gear (puis Poitrenaud, 69) ; (o) Beauxis, (m) Doussain ; Picamoles, Galan (puis Dusautoir, 41), Nyanga ; Tekori (puis Maestri, 45), Millo ; Montès (puis Ferreira, 48), Tolofua (puis Ralepelle, 56), Steenkamp (puis Johnston, 48, puis Montès, 64).
Bordeaux-Bègles : Domvo ; Talebula, Le Bourhis, Rey, Connor ; (o) Bernard, (m) Adams ; Clarkin, Tuifua, Madaule ; Fakate, Marais ; Sa, Avei, Poux.
Carton jaune : Poirot (66)

 

Les premières minutes étaient incontestablement toulousaines. Les hommes de Novès mettaient la main sur le ballon et bénéficiaient de deux pénalités. La première était trop lointaine pour être tentée, mais sur la deuxième, Beauxis ouvrait le score.
Tout allait bien, mais ce scénario idéal n'allait pas durer : dès la 8ème, Connor transperçait l'arrière-garde stadiste, et après une succession de passes parfois acrobatiques, Clarkin marquait. L'UBB prenait l'avantage (7-3).

Sommés de réagir, les locaux investissaient la moitié de terrain adverse. Une première occasion voyait le jour, mais alors que le coup semblait jouable, Huget était oublié sur son aile. La séquence n'était toutefois pas terminée, et Beauxis passait un drop impeccable. Quelques instants plus tard, face à une équipe toulousaine toujours aussi déterminée, Bordeaux se mettait à la faute et le demi d'ouverture redonnait l'avantage aux siens (9-7, 17ème).

La partie était enlevée, et le spectacle plaisant à suivre. L'UBB se montrait toujours aussi redoutable sur les ballons de récupération, et sur l'un d'entre eux, un retour de Médard permettait de sauver la patrie. Ce n'était d'ailleurs pas la première fois que l'arrière, très en jambes, s'illustrait depuis le coup d'envoi.
Peu avant la demi-heure de jeu, le chassé-croisé entre les deux formations se poursuivait, et les Aquitains reprenaient l'avantage, via une pénalité de Bernard.

Il fallait convenir que ces trois points étaient loin d'être immérités, car dans l'ensemble, les joueurs de Raphaël Ibanez semblaient prendre le dessus. Cela se confirmait en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, puisque Bernard, dans la droite lignée de ses performances cette saison, claquait un drop qui donnait aux siens une avance un peu plus confortable (9-13, 32ème).

Un sursaut dans les derniers instants allait permettre à Beauxis de réduire l'écart, mais Toulouse se trouvait donc mené en rentrant aux vestiaires.

 

Beauxis redonne l'avantage
 

La reprise intervenait avec deux pénalités réussies par Beauxis et Bernard. Toujours aussi acharnée, la partie donnait lieu à de belles envolées, et l'intensité physique atteignait des sommets. Tout cela était parfait pour le public, mais moins pour le Stade, qui accusait toujours un retard de un point.
Parfois, Toulouse parvenait à s'approcher de la zone d'en-but, mais des ballons perdus au contact les empêchaient de concrétiser ces belles intentions.

Aux alentours de l'heure de jeu, au contraire, il s'en fallait d'un rien pour que Bordeaux ne marque à son tour, mais la défense faisait bonne garde. L'action se terminait par une tentative de drop de Bernard, qui, heureusement, passait à droite des poteaux.

La rencontre baissait de pied par la suite, et le jeu, pour l'essentiel, se cantonnait au milieu du terrain. Cela ne faisait pas les affaires des Rouge et Noir, même si, peu à peu, l'emprise stadiste sur les débats se faisait grandissante. Mais il fallait maintenant scorer...
A la 64ème, Beauxis en avait l'opportunité, sur pénalité. De 30 mètres environ, le long de la ligne de touche, il ne trouvait pas la cible. Quelques instants plus tard, après un plaquage haut de Poirot qui valait à celui-ci un carton jaune, Beauxis, de cinquante mètres, faisait passer la marqué à 18-16.

L'avantage avait été acquis, il fallait maintenant le conserver. En situation de supériorité numérique, cela paraissait jouable, d'autant plus que l'UBB semblait à la recherche d'un second souffle.
Cela n'empêchait les visiteurs de se montrer parfois menaçants, même si Sanchez, à la 72ème, manquait une pénalité largement dans ses cordes.

Peu de temps plus tard, le Stade était à deux doigts de tuer le match, avec une passe au pied de Beauxis pour Huget, qui contrôlait la balle, effaçait son aversaire direct mais commettait un en-avant au moment de donner à un coéquipier, à quelques mètres seulement de l'en-but...
Heureusement, les joueurs de la ville rose n'allaient pas nourrir de regrets : ils géraient bien les dernières minutes (malgré une tentative de pénalité lointaine de Sanchez) et s'imposaient d'un souffle. L'essentiel était préservé.
 

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15