• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Vendredi 26 septembre

BAYONNE / STADE TOULOUSAIN

à 20h45

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Montpellier

A Toulouse (Ernest Wallon) - Montpellier bat Stade Toulousain 15 à 12  (mi-temps : 6-3 )
Temps pluvieux ; pelouse grasse ; 16.000 spectateurs envirob. Arbitrage de M. Lafon (Roussillon)
Pour le Stade : 4 pénalités de Barraque (14), Bézy (31, 59, 78) ; transformations de.
Pour Montpellier : 5 pénalités d'Escande (7, 44, 63, 73) et Paillaugue (80).
Stade Toulousain : Barraque (puis Bonneval, 48) ; Clerc, Gear, Poitrenaud, Médard ; (o) Bézy, (m) Vermaak ; Qera, Galan (puis Tolofua, 55), Camara ; Tekori (puis Maka, 71), Millo Chluski ; Johnston (puis Montès, 55, puis Johnston, 73), Ralepelle, Steenkamp (puis Ferreira, 63).
Carton jaune : Poitrenaud (72)
Montpellier : Berard ; Ranger, Tuitavake, Ebersohn, Dupont ; (o) Perraux, (m) Escande ; Grant, Tulou, Timani ; Tchale-Watchou, De Marco ; Bustos, Geli (cap), Watremez.

 

Dès la première minute, les mauls toulousains faisaient très mal à la défense adverse. Deux pénalités étaient ainsi récupérées sur cette phase de jeu. La première occupait le terrain et la deuxième, tentée par Barraque, passait assez nettement à côté... Le score restait vierge, mais les Toulousains avaient attaqué la rencontre par le bon bout.

Mais Montpellier, discret dans les premiers instants, n'allait pas tarder à réagir et investissait la moitié de terrain toulousaine. Une chandelle brûlante était ainsi difficilement captée par la défense locale, avant que M. Lafon ne revienne à une pénalité, réussie par Escande. Le MHR prenait les devants (3-0, 7ème).

Mais dans un match âpre et où chaque duel comptait, le Stade ne lâchait rien et égalisait, via une pénalité de Barraque obtenue sur une mêlée dominatrice. Le même Barraque, toujours sur pénalité, n'avait pas de réussite et trouvait le poteau, à l'issue d'une séquence initiée par un joli numéro de Gear.

Toulouse n'avait pas de réussite, mais ne baissait pas de rythme pour autant et dominait les débats. Peu après la demi-heure, la mêlée rouge et noire prenait une nouvelle fois le dessus et Bézy, qui suppléait Barraque pour l'occasion, donnait pour la première fois l'avantage à sa formation.
Dans la foulée ou presque, le MHR se procurait une immense occasion d'essai, avec un départ de Tulou au ras d'un regroupement. Mais alors que le numéro 8 s'approchait de la ligne, un plaquage conjugué de Vermaak et Qera éloignait le danger...

Cette action mise à part, la fin de première période était tout à l'avantage des Toulousains, qui ne parvenaient pas à marquer. Les deux équipes regagnaient les vestiaires sur le score de 6-3, et bien malin qui, à ce moment-là, pouvait désigner le nom du futur vainqueur.
 

Escande répond à Bézy
 

C'est le MHR qui attaquait le mieux le deuxième acte et dominait, que ce soit en terme de possession ou d'occupation. Une pénalité d'Escande venait récompenser ce bon passage, et les deux formations étaient désormais dos à dos (6-6, 44ème).

Les hommes de Novès réagissaient dans la foulée, et reprenaient le match à leur compte. Mais aucune réelle occasion d'essai n'était à signaler, en dépit de la bonne entrée en jeu de Bonneval, qui confirmait à cette occasion la bonne impression laissée quinze jours plus tôt au Stade de France.
Le staff, avant l'heure de jeu, choisissait de procéder à quelques changements. On notait que Tolofua remplaçait Galan au poste de troisième ligne centre, comme cela avait été vu à... Hong Kong, lors du match amical disputé face au Racing.

A la 59ème, un bon travail de Tekori, omniprésent dans le combat, sur un ruck permettait d'obtenir une pénalité. Bézy redonnait trois points d'avance au Stade, et dans un match où il semblait évident que chaque occasion était cruciale à convertir, c'était important. Quel dommage, dans ces conditions, que les coéquipiers du capitaine Millo n'aient pas réussi à conserver cet avantage très longtemps, car Escande remettait rapidement les deux équipes à égalité.

Les minutes passaient, et aucune équipe ne se détachait. Mais à la 72ème, sur une offensive héraultaise dangereuse, Poitrenaud se rendait coupable d'un plaquage haut. La double sanction était immédiate : carton jaune et trois points de plus pour les visiteurs, qui prenaient l'avantage.
Mais encore une fois, Toulouse ne lâchait pas et jetait ses dernières forces dans la bataille. Bézy égalisait sur pénalité, alors qu'il restait trois minutes. Mais c'était bien Paillaugue, sur une ultime pénalité, qui donnait au MHR un avantage définitif.
C'est une lapalissade, mais c'était une bien mauvaise opération dans l'optique de la qualification.



 

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15