• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 25 octobre

BATH RUGBY / STADE TOULOUSAIN

à 16h15

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Connacht Rugby

A Toulouse (Ernest Wallon) -  Connacht bat Stade Toulousain 16 à 14 (mi-temps : 6-7 )
Temps frais ; belle pelouse ; 16.500 spectateurs environ ; Arbitrage de M. Mitrea (Ita).
Pour le Stade Toulousain : 2 essais de Barraque (40), Dusautoir (65) ; 2 transformations de Barraque (40) et Beauxis (65).
Pour le Connacht : 1 essai de Marmion (49) ; 2 pénalités de Parks (13, 47) ; 1 transformation de Parks (49) ; 1 drop de Parks (15).
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Huget, Fritz, David, Gear ; (o) Barraque (puis Beauxis, 54), (m) Vermaak (puis Doussain, 49) ; Dusautoir, Picamoles, Camara ; Maestri, Maka (puis Millo, 49); Johnston (puis Montès, 55), Ralepelle (puis Bregvadze, 75, Steenkamp (puis Ferreira, 49).
Connacht : Henshaw ; Carr, Griffin, McSharry, Healy ; (o) Parks, (m) Marmion ; Heenan, Naoupu, Muldoon ; Clarke, Kearney ; White, Henry, Wilkinson.

Le Stade a perdu le bénéfice de sa victoire chez les Saracens... A domicile, lors de la troisième journée, les Toulousains se sont inclinés face à une vaillante et courageuse équipe du Connacht (14-16). Inutile de préciser que cette contre-performance était tout sauf attendue, et elle a au moins le (petit) mérite de clarifier les choses : il faudra maintenant tout gagner pour terminer en tête du groupe en janvier prochain.

Une domination stérile
 

Le Stade n'était pas loin de marquer sur sa première possession, avec une relance de Camara dans ses 22, qui progressait sur une vingtaine de mètres. Il donnait à Gear, lequel se débarrassait de son vis-à-vis avant que sa passe pour Huget, hélas, soit interceptée.
Cette bonne entame se confirmait par la suite, avec une mainmise stadiste sur le ballon et des charges signées David et Maestri qui étaient à deux doigts d'aboutir.

Très rythmée, avec des Irlandais qui mettaient peu à peu le nez à la fenêtre, la partie était en tout cas très plaisante à suivre. A la 10ème, on assistait à un mouvement de toute beauté de la part des Toulousains, avec une succession de temps de jeu dans les 22 adverses, avec des passes après contact qui assuraient la continuité du jeu. Malheureusement, et comme cela avait été le cas à deux reprises depuis le coup d'envoi, un en-avant venait mettre un terme à ce temps fort.

Mais les Toulousains, à la 13ème, étaient punis pour leur manque de réalisme car Parks, de 50 mètres, ouvrait le score sur pénalité, avant de récidiver, cette fois via un drop, trois minutes plus tard. Ce n'était pas vraiment mérité, mais toujours est-il que le Connacht menait 6-0.
Bien entendu, Toulouse tentait de réagit, pénétrait dans les 22 mètres, mais encore une fois, une mésentente, cette fois entre Ralepelle et Vermaak, entraînait un en-avant.

Les minutes défilaient, et les hommes de Novès ne parvenaient pas à débloquer leur compteur. On en était pourtant pas loin avec une superbe percée de Gear relayée par Fritz, puis par un coup de pied de Barraque à destination du même Gear, devancé in extremis par un adversaire, mais rien ne bougeait concrètement.
Cela se confirmait à la demi-heure de jeu, avec une tentative de pénalité de Barraque, lointaine, qui passait assez nettement à droite.

Et finalement, le Stade parvenait à marquer, à quelques secondes de la pause. Barraque héritait d'un ballon près d'un regroupement, faisait mine d'ouvrir le jeu avant finalement de prendre le trou, de mystifier Henshaw et d'aller entre les barres. Les Toulousains prenaient l'avantage in extremis, mais avec un score de 7-6 au moment où les deux équipes regagnaient les vestiaires, rien, très loin de là, n'était encore acquis.
 

Dusautoir relance les siens
 

Le début de second acte venait confirmer que le plus dur restait à faire. Encore une fois, l'entrain et les bonnes situations toulousaines étaient annihilées par des ballons tombés alors qu'en face, le Connacht faisait montre de bien plus de pragmatisme. Après leur première incursion dans la moitié de terrain stadiste, Parks bénéficiait d'une pénalité, qu'il réussissait. Les Irlandais reprenaient l'avantage (9-7, 48ème).

Dans la foulée, un joli numéro de Henshaw le long de la ligne de touche aboutissait à une situation brûlante. Tolofua, à peine entré en jeu, empêchait Carr d'aplatir, mais la séquence continuait et de près, Marmion aplatissait ! Après recours à l'arbitrage vidéo, M. Mitrea validait l'essai et cette fois, très clairement, Toulouse était en danger.

Menés 7-16, les coéquipiers de Thierry Dusautoir semblaient accuser le coup. Juste avant de céder sa place à Beauxis, Barraque manquait une pénalité et le score n'évoluait pas. Mais le Connacht, peut-être un peu fatigué, commençait à multiplier les fautes. Celle de la 54ème était trop lointaine pour être tentée, mais Beauxis trouvait une bonne touche. Suivait un interminable temps fort, mais aucune des innombrables charges de près ne trompait la vigilance de la défense irlandaise.

La peine était à  deux doigts d'être double, car sur un ballon récupéré, un contre de 80 mètres se développait, à l'issue duquel Henshaw marquait ! Mais l'action était annulée pour un en-avant de passe. Toulouse avait eu très chaud.

Mais le temps, on l'aura compris, ne jouait pas en faveur des Rouge et Noir, qui éprouvaient de surcroît des difficultés à se montrer dangereux. Mais à la 65ème, après une nouvelle jolie touche trouvée par Beauxis, un maul se structurait et avançait d'une bonne dizaine de mètres. Dusautoir s'emparait du ballon et marquait l'essai de l'espoir. Tout restait jouable, car après la transformation de Beauxis, il y avait 14-16...

Le Stade devait abattre ses dernières cartes, mais c'étaient les Irlandais, pourtant, qui connaissaient un temps fort de plusieurs minutes, à l'issue duquel le drop de Parks passait à côté. Globalement, Toulouse ne parvenait pas à s'installer dans la moitié de terrain adverse et bientôt, il ne restait plus que cinq minutes à jouer.

Pire encore, sur une relance de Huget, finalement plaqué, le Stade se mettait à la faute. De 48 mètres, face aux  barres, Parks restait court, pour une poignée de centimètres. Les trois dernières minutes étaient toulousaines, mais en pure perte. Le Connacht tenait son exploit.
 

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15