• ERCC
  • Peugeot
  • Orange
  • LNR
Samedi 01 novembre

LOU / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Compte rendu

Match Connacht Rugby / Stade Toulousain

A Galway - Stade Toulousain bat Connacht 37 à 9 (mi-temps : 22-9 )
Temps frais ; vent violent ; pelouse grasse ; Arbitrage de M. Hodges (Ang).
Pour le Connacht : 1 pénalité de Parks (2) ; 2 drop de Parks (14, 33).
Pour le Stade Toulousain : 5 essais de Médard (12, 27), Tolofua (38), Picamoles (55) et Fickou (78) ; 2 pénalités de Beauxis (4, 73) ; 3 transformations de Beauxis (12, 38, 78).
Connacht : Henshaw ; Carr, Griffin, McSharry, Healy ; (o) Parks, (m) Marmion ; Heenan, McKeon, Muldoon ; Clarke, Kearney ; Ah You, Harris Wright, Wilkinson.
Stade Toulousain : Poitrenaud ; Huget, Fritz, David, Médard (puis Gear, 65) ; (o) Beauxis, (m) Doussain (puis Bézy, 65) ; Dusautoir, Picamoles, Nyanga ; Maestri (puis Tekori, 60), Millo ; Johnston (puis Steenkamp, 60), Tolofua (puis Ralepelle, 60), Ferreira (puis Montès, 60).


Le Stade a réagi de la meilleure des manières une semaine après avoir chuté à domicile face au Connacht. Face à ces mêmes Irlandais, le club a réussi à s'imposer à l'occasion du match retour et garde donc son destin en mains dans cette Coupe d'Europe. Mais pour terminer en tête du groupe, il faudra à tout prix s'imposer face aux Saracens en janvier à Ernest Wallon, dans une rencontre qui fera office de finale de la poule.
 

Beauxis-Médard, duo gagnant
 

La première possession était irlandaise et sur un regroupement, Johnston était sanctionné pour avoir gêné la libération du ballon. En moins de deux minutes, les visiteurs ouvraient le score, grâce à la vista de Parks, déjà auteur d'un petit festival au match aller. Mais les Stadistes réagissaient dans la foulée, et sur une mêlée, Ferreira prenait nettement le dessus sur son vis-à-vis, Ah You. Beauxis égalisait (3-3, 4ème).

Très clairement, on allait assister à moins de jeu qu'au match aller. Les coups de pied d'occupation se succédaient, et aucune occasion n'était à signaler. Mais sur un ballon de récupération, le ballon filait à l'aile, où Beauxis tapait à suivre pour Médard, qui poussait le ballon au pied et aplatissait. Le Stade se détachait (10-3).

La partie était bien lancée, mais évidemment loin d'être gagnée. Un drop de Parks, peu académique mais précis, tombait à point nommé pour le rappeler. En mêlée, la supériorité toulousaine ne se démentait pas, mais après une nouvelle pénalité obtenue par ce biais, Beauxis, d'un rien, voyait son ballon passer à droite. A la 26ème, Parks, sans doute gêné lui aussi par le vent violent, connaissait à son tour un échec.

Moins d'une minute plus tard, une merveilleuse passe au pied décroisée de Beauxis trouvait Médard, qui exploitait à merveille l'offrande de son demi d'ouverture après avoir échappé à un plaquage. Toulouse menait 15-6.
L'avance pouvait paraître confortable, mais sur sa pelouse, le Connacht ne comptait pas abdiquer. Suite à une pénal'touche à cinq mètres, un maul était repoussé in extremis, tout comme les multiples charges qui suivaient. La très longue séquence se terminait par un nouveau drop réussi de Parks, mais on pouvait presque dire que Toulouse s'en tirait à bon compte.

Heureusement, les hommes de Novès terminaient la première période de façon idéale. Suite à une possession dans le camp adverse, les assauts permettaient de progresser et de s'installer dans les 22 irlandais. Et si une charge de Picamoles était stoppée très prés de la ligne, le relais de Tolofua faisait mouche. Le tableau d'affichage indiquait 22-9 au moment où les deux formations regagnaient les vestiaires.

 

Picamoles pour le bonus
 

Le Connacht mettait la main sur le ballon à la reprise, mais un peu comme on l'avait vu durant une bonne partie du premier acte, leur jeu semblait trop stéréotypé pour prendre en défait une défense plus que concernée.
Sur sa première possession, le Stade bénéficiait d'une pénalité et choisissait de la taper, plutôt que d'aller en touche, Cela signifiait bien que le staff pensait avant tout à consolider sa victoire, même si Beauxis ne trouvait pas la cible sur ce coup-là.

Dans l'ensemble, la partie était équilibrée. Aucune opportunité n'était à signaler, ce qui augmentait les chances rouge et noire de remporter ce match. Mais sur une pénal'touche à cinq mètres en faveur du Stade, Nyanga ne pouvait capter le ballon de Tolofua, et c'était une chance de marquer le tant désiré quatrième essai qui venait de s'envoler.

Mais suite à une combinaison en touche astucieuse entre Tolofua et Nyanga, Picamoles héritait du ballon, renversait tout sur son passage et marquait en coin. On jouait depuis 55 minutes et le Stade menait 27 à 9, bonus offensif acquis. Il fallait rester dans le match, mais l'affaire, on l'a compris, prenait une très jolie tournure.

Le Connacht, bien que très probablement battu, ne lâchait pas son match et se montrait dangereux. Toulouse, sur quelques ballons de récupération, l'était aussi, à l'image d'un contre de 80 mètres à l'issue duquel Médard n'était pas loin de marquer son troisième essai personnel.

Globalement, Toulouse gérait bien la dernière ligne droite et ne laissait pas le moindre motif d'espérance au Connacht. Le score n'allait plus évoluer de manière significative (Beauxis passait cependant une pénalité et Fickou marquait un joli essai personnel) et les coéquipiers de Thierry Dusautoir avaient largement assuré l'essentiel. Il faudra maintenant attendre janvier pour la suite de l'aventure européenne.

 

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15