• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Samedi 30 août

LA ROCHELLE / STADE TOULOUSAIN

à 14h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Munster Rugby / Stade Toulousain

A Limerick (Thomond Park) - Munster bat Stade Toulousain 47 à 23 (mi-temps : 13-9)
Temps agréable ; pelouse grasse ; Arbitrage de M. Owens (Pays de Galles).
Pour le Munster : 6 essais de Earls (5), Kilcoyne (42), Stander (48), Laulala (64), Zebo (75), O'Connell (80); 3 pénalités de Keatley (16, 22, 62) ; 4transformations de Keatley (5, 42, 48, 80).
Pour le Stade Toulousain : 2 essais de Gear (55), Tekori (72) ; 3 pénalités de McAlister (6, 30, 33) ; 2 transformations de Beauxis (55, 72).
Munster : Jones ; Earls, Laulala, Downey, Zebo ; (o) Keatley, (m) Murray ; O'Donnell, Coughlan, O'Mahony (cap) ; O'Connelle, Foley ; Botha, Varley, Kilcoyne.
Carton jaune : Kilcoyne (50)
Stade Toulousain : Médard (puis Poitrenaud, 50) ; Huget, Fritz (puis Doussain, 61), Fickou, Gear ; (o) Beauxis (puis McAlister, 52), (m) Vermaak ; Tekori, Picamoles (puis Galan, 58), Camara ; Albacete, Maestri (puis Millo, 48), Montès, Tolofua (puis Bregvadze, 48), Steenkamp.
Carton jaune : Montès (50)

L'aventure européenne du Stade s'est achevée en quart de finale, sur la pelouse du Munster. Si les Toulousains n'ont pas démérité dans ce qui constituait le premier match à élimination directe de la saison, renverser la province irlandaise, chez elle, avec l'appui de ses supporters, constituait sans doute un challenge un peu trop élevé. Il faut maintenant basculer ses efforts dans le Top 14, avec, dès samedi prochain, la venue de Brive à Ernest Wallon.

 

Le Munster démarre fort 
 

Malgré l'appui du vent, les Toulousains connaissaient une entame de match plus que difficile. Deux ballons consécutifs étaient perdus en touche, et le Munster n'en demandait pas tant pour mettre une pression terrible : durant cinq minutes, les Irlandais multipliaient les charges dans les cinq mètres. Le ballon sortait finalement, et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, finissait à l'aile, pour un essai de Earls .

Heureusement, dès le renvoi, les locaux se mettaient à la faute, ce qui permettait à McAlister de réduire le score (3-7, 6ème). Mais dans le jeu, les Toulousains ne parvenaient pas à conserver le cuir et commettaient trop de fautes. Si les pénalités, face au vent, ne pouvaient être tentées par le Munster, le jeu se déroulait dans la moitié de terrain stadiste. 

Cela se confirmait par la suite. Alors que la possession était aux trois-quarts en faveur de la province, les fautes rouge et noire se succédaient. Keatley passait après le quart d'heure de jeu une première pénalité, et le demi de mêlée, Murray, était retourné in extremis dans l'en-but. Sans ballons à négocier, Toulouse ne pouvait jusqu'ici opposer que son courage. 

A la 22ème, Montès était sanctionné sur une mêlée, et le score passait à 13-3... Les minutes passaient, et les joueurs de la ville rose n'étaient toujours pas parvenus dansles 22 adverses. En face, le Munster ne proposait sans doute rien d'extraordinaire, mais le travail était fait proprement et privait l'adversaire de munitions. 

A la demi-heure, McAlister passait un lointain coup de pied, et la marque passait à 6-13. Un moindre mal, compte tenu de la physionomie des débats. Le même McAlister passait un nouveau coup de pied quelques instants plus tard, après un bel effort de son pack sur mêlée qui contraignait Botha à se mettre à la faute. Toulouse revenait à quatre points...

Et ce n'était pas fini. Très vite, une deuxième pénalité consécutive était obtenue en mêlée. McAlister ramenait le jeu dans les 22 adverses, et si la touche n'était pas captée, Camara se saisissait finalement du cuir. Le ballon filait à l'aile, mais malgré une situation de 3 contre 2, la passe de Médard à Gear ne trouvait pas preneur.

La fin du premier acte, incontestablement, étai en faveur des Stadistes, qui avaient su faire le dos rond et attendre que l'orage passe. La passe au pied de McAlister à destination de son compère Gear était mal contrôlée par ce dernier, et c'était une opportunité qui venait de passer. Alors que l'on jouait les derniers instants avec vent dans le dos, ce n'était évidemment pas une bonne nouvelle. 

La pause était atteinte sur le score de 13-9, et si le faible écart autorisait tous les espoirs, le fait de jouer contre les éléments en seconde période risquait de se montrer décisif.
 

Encore une entame cauchemardesque 
 

Comme en première période, le début était cauchemardesque : un maul irlandais emportait tout sur son passage et progressait sur une bonne vingtaine de mètres. Si le mouvement était neutralisé aux cinq mètres, le ballon sortait et après une charge neutralisée de Murray, c'était Kilcoyne qui aplatissait. Le Stade était mené 20-9.

Sur le renvoi, les Toulousains se procuraient leur meilleure occasion d'essai, avec une percée de McAlister, une passe acrobatique de Vermaak à destination de Huget, repris de justesse. Une cause et un double effet, car dans la foulée, une passe mal contrôlée était récupérée par les "Reds" : une contre-attaque et une touche plus tard, Stander marquait à son tour. L'affaire semblait entendue, alors que Tolofua, visiblement touché à l'épaule, sortait du terrain. 

On pensait les Stadistes résignés, mais ils marquaient quand on s'y attendait le moins un superbe essai, initié par une percée de Baille et une conclusion de Gear, qui mystifiait son vis-à-vis avant de filer entre les poteaux.

A partir de là, on assistait à une véritable orgie de jeu, alors que le rythme atteignait des sommets. Libérés, les Rouge et Noir jouaient et réussissaient beaucoup, mais sans parvenir à marquer un autre essai, qui aurait pu redonner l'espoir. Peu avant l'heure de jeu, Picamoles devait sortir sur blessure, et après cette de Tolofua, cela commençait à faire beaucoup. 

La pénalité de Keatley, suivie de l'essai de Laulala, venait mettre un terme définitif aux maigres espoirs rouge et noir. Cette fois, l'issue du match ne faisait plus de doute, mais les joueurs de Novès, courageusement, ne lâchaient rien. Leur abnégation était récompensée par un essai de Tekori, qui ne changeait rien mais ramenait l'écart à des dimensions plus acceptables, avant que Zebo ne marque à son tour et que O'Connell, tout un symbole, n'inscrive l'ultime essai de la rencontre. 

Le Stade doit dès lors se reconcentrer sur le Top 14, en espérant que cette défaite méritée n'occasionne pas trop de dégâts, tant sur le plan moral que physique. 
 

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15