• Peugeot
  • Peugeot
  • Peugeot
Vendredi 26 septembre

BAYONNE / STADE TOULOUSAIN

à 20h45

Les nouveaux maillots BLK du Stade Toulousain

Compte rendu

Match Stade Toulousain / Castres

Les Toulousains ont battu le vice-champion de France à Ernest Wallon (35-6, avec bonus) lors de la 2ème journée du Top 14.

A Toulouse (Ernest Wallon) - Stade Toulousain bat Castres 35 à 6 (mi-temps : 13-6 )
Temps pluvieux ; pelouse grasse ; 16.500 spectateurs environ. Arbitrage de M. Gaüzère (Côte Basque).
Pour le Stade Toulousain : 4 essais de Fickou (23), Doussain (44), Médard (48), Bezy (77)  ; 3 pénalités de Flood (8, 40, 57) ; 3 transformations de Flood (23, 48, 77).
Pour Castres : 2 pénalités de Kockott (15, 29). 
Stade Toulousain : Poitrenaud (puis Ramos, 64); Huget, Fritz (puis David, 52), Fickou, Médard ; (o) Flood, (m) Doussain (puis Bezy, 72) ; Harinordoquy (puis Lamboley, 52), Galan, Nyanga ; Albacete, Millo (puis Tekori, 66) ; Johnston (puis Tialata, 52), Flynn (puis Tolofua, 52), Kakovin (puis Pulu, 52).
Carton rouge : Ramos (65)
Castres : Palis ; Evans, Lamerat, Cabannes, Martial ; (o) Tales (cap), (m) Kockott ; Caballero, Beattie, Bornman ; Samson, Faasalele ; Fa'anunu, Mach, Taumoepeau. 
Cartons jaunes : Lazar (65), Kockott (75)

Une semaine après une difficile victoire sur Oyonnax en match inaugural du Top 14, le Stade a réussi à doubler la mise - toujours à domicile - face au vice-champion de France, le Castres Olympique.
Ce deuxième succès de rang, forcément bienvenu, permet aux Rouge et Noir de s'immiscer significativement en haut du classement, sans que cela ne débouche toutefois sur un excès de triomphalisme : d'abord, la copie rendue face au CO est encore largement améliorable, et ensuite, il faudra maintenant attendre le comportement de l'équipe à l'extérieur, et pas plus tard que dans une semaine à La Rochelle

 

Huget-Fickou, une-deux gagnant 
 

Le début de match, incontestablement, était à l'avantage des Castrais. Par deux fois, sous une chandelle et après un ballon à suivre dans les 22, Poitrenaud jouait les pompiers de service et libérait les siens.
On jouait depuis sept minutes, et les Rouge et Noir passaient leur temps à défendre, jusqu'à ce qu'une mêlée en faveur de Castres soit nettement gagnée : pour la première fois, Toulouse passait la ligne médiane, et ce n'était pas en pure perte : sur la touche consécutive, le ballon était impeccablement capté et le CO se mettait à la faute. Flood, tranquillement, ouvrait le score (8ème).

Dans la foulée ou presque, et alors que les Tarnais confirmaient leur bon comportement, Kockott, de près de 55 mètres, restait court. Très rapidement, le demi de mêlée obtenait une nouvelle occasion, qu'il ne manquait pas. Castres égalisait, et ce n'était que justice (3-3, 15ème).
Sur le reculoir depuis le coup d'envoi, les joueurs de la ville rose se réveillaient après cela. Ils obtenaient coup sur coup deux pénalités, et Flood manquait ses deux tentatives, laissant échapper deux opportunités de donner un bol d'air frais à sa formation..

Si l'essentiel du jeu se déroulait au pied, le Stade marquait pourtant un essai d'école, à l'issue d'un superbe une-deux entre Huget et Fickou, et conclu par ce dernier. Toulouse menait 10-3 (23ème).
Un petit break venait de se faire, mais Les Bleu et Blanc connaissaient un gros temps fort par la suite. La défense haut-garonnaise souffrait, et finissait par concéder une pénalité, suite à un plaquage haut de HarinordoquyKockott réduisait l'écart (10-6, 29ème).

Il restait moins de dix minutes à jouer dans le premier acte, et Nyanga, sur un ballon de récupération, portait le danger. Une mêlée à cinq mètres suivait, mais cette  cartouche plus qu'intéressante était hélas annulée par un en-avant. Il faut dire que la pluie tombait de façon assez intense depuis quasiment le coup d'envoi, et que les prises de balle s'en trouvaient difficiles, à l'image de ce ballon échappé par Huget dans ses 22, sur une relance audacieuse initiée par Poitrenaud...

A la 36ème, Huget se voyait refuser un essai pour un en-avant imaginaire. Un coup du sort d'autant plus rageant que malgré les supplications des Toulousains, M. Gaüzère refusait de faire appel à l'arbitrage vidéo... Le score passait in extremis à 13-6, après une nouvelle pénalité de Flood, mais la deuxième moitié de première période laissait malgré tout entrevoir bien des espoirs, car la copie était prometteuse.
 

Doussain la bonne entame 
 

Le début de deuxième acte était à l'avantage des visiteurs, mais si la pluie redoublait d'intensité, Poitrenaud faisait bonne garde sur les offensives adverses. Toulouse n'allait avoir besoin que d'un seul ballon pour marquer son deuxième essai : Harinordoquy récupérait un ballon au sol, et la contre-attaque, marquée par une touche rapidement jouée par Fickou, faisait mouche, pour un essai de Doussain. L'affaire prenait bonne tournure.

Totalement déchaînés et bien aidés par une mêlée ultra dominatrice, les Rouge et Noir n'allaient pas tarder à inscrire leur troisième essai, quand Médard se trouvait à la réception d'une merveilleuse passe au pied de Doussain. L'issue du match ne faisait plus de doute, mais il fallait maintenant conserver le bonus offensif, qui était à ce moment-là dans l'escarcelle des coéquipiers de Pato Albacete.

Du reste, si les débats étaient assez équilibrés par la suite, Flood creusait l'écart sur pénalité, alors que le CO, sur ses possessions, se heurtait à une défense bien organisée. La victoire acquise, Guy Novès en profitait pour effectuer un turnover pour ménager les organismes de ses ouailles.
Le dernier quart d'heure n'était toutefois pas de tout repos : pour une violence sur LazarRamos, à peine entré en jeu, écopait d'un carton rouge... C'était peut-être sévère pour le jeune Toulousain, mais surtout, son équipe se trouvait à égalité numérique (Lazar prenait au passage un jaune) avant d'être en infériorité.

En difficulté et acculé dans ses cinq mètres, le Stade finissait par craquer, avec un essai au près de Beattie... finalement annulé, et un peu contre toute attente, pour une faute préalable sur Lamboley. Bref, la partie sombrait dans la confusion, et il y avait quelques minutes qu'on n'avait plus vu de jeu sur la pelouse.

Les dix dernières minutes, heureusement, étaient d'un autre acabit, et la mêlée rouge et noire poursuivait son festival. Après quelques occasions très nettes pour les Stadistes, Bezy prenait le ballon à deux mètres et passait dans un trou de souris... Les cinq points de la victoire étaient acquis : c'était plus qu'espéré et la soirée avait été belle.

 

Photos du match

 
La boutique en ligne
Le Cop'
Vivez Stade ! 0 892 69 31 15